En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 393.74 PTS
-
5 399.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 326.90
-
DAX PTS
12 219.02
-
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
-
1.168
+0.07 %

Mélenchon reconnaît l'échec du mouvement anti-Macron

| AFP | 400 | Aucun vote sur cette news
Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, prononce un discours lors du congrès de lancement du mouvement grec
Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, prononce un discours lors du congrès de lancement du mouvement grec "Cap vers la liberté", à Athènes, le 27 octobre 2017 ( Angelos Tzortzinis / AFP/Archives )

C'est Emmanuel Macron qui "a le point". En concédant une première victoire au président, Jean-Luc Mélenchon a reconnu une forme d'échec après six mois d'opposition tous azimuts mais il l'attribue également aux syndicats qui n'ont pas accepté la main tendue par La France insoumise pour mener la contestation sociale.

"Non, aucune condition n'est réunie pour mettre un million de personnes sur les Champs-Elysées": interrogé sur le succès de la mobilisation contre le "coup d'Etat social" du chef de l'Etat, Jean-Luc Mélenchon n'a pas tergiversé. Son appel du 23 septembre a fait chou blanc.

A Athènes, où il a passé le week-end, le leader de La France insoumise l'avoue: Macron a remporté la première manche malgré l'"état surcritique" de la France. "Normalement, l'avalanche devrait avoir lieu (mais) on ne va pas chercher à le cacher, pour l'instant, il ne se passe rien".

L'ancien candidat à la présidentielle traverse-t-il une phase de déprime ? Difficile à dire tant l'homme a été coutumier, tout au long de ses quelque 40 ans de vie publique, des sautes d'humeur et d'entrain.

"Mélenchon était resté sur l'impression très forte de la mobilisation contre la loi El Khomri et imaginait qu'il pourrait canaliser le même type de mobilisation en utilisant une dynamique similaire", analyse l'historien Jean Garrigues.

C'était oublier la "lassitude" des Français, "la méthode Macron de division des syndicats", la façon dont il a "surestimé sa propre capacité à mobiliser" et la désaffection des Français pour le style Mélenchon" basé sur l'occupation de l'espace public à coups d'"outrances" et de "provocations", poursuit-il.

Mais le député des Bouches-du-Rhône distille un second message, en renvoyant la balle aux syndicats. L'appel à la journée d'action syndicale du 16 novembre, "bon, on va y aller", souffle-t-il, bien que ce soit "un jour de semaine" et que LFI n'ait "pas été consultée".

- "Pas le blues du tout" -

"C'est pas que ça nous vexe mais on trouve que c'est du gâchis", soupire encore le responsable politique pour qui le leadership des syndicats sur le mouvement a été "décevant". La France insoumise souhaite une "large action commune de tout le champ impliqué dans la lutte", politique compris, rappelle M. Mélenchon, mais, il est "clair que les confédérations CGT, FO et CFDT n'en veulent pas".

"Je ne jette pas la pierre aux syndicats", nuance la députée LFI Clémentine Autain, "c'est normal que chacun essaie de jouer sa partie". "On a besoin de combativité et d'un front social et politique large et dynamique qui ait un effet d'entraînement", résume-t-elle.

"On n'a pas le blues du tout", renchérit le député Eric Coquerel, voyant dans les paroles de M. Mélenchon un "signal" sur la nécessité que "les uns et les autres ne restent pas dans leur couloir", syndicats, mouvements de jeunesse et "même nous, à LFI".

Difficilement audible côté syndicats. "On n'a pas de leçon à recevoir de lui ou d'autres, il est dans un rôle politique, nous on fait du syndicalisme", s'est indigné Jean-Claude Mailly, le patron de FO.

Si le constat d'échec est évident, il est plutôt lié à la désunion syndicale et à la fatigue de salariés après le mouvement de 2016, estime de son côté un responsable de la CGT. "Jean-Luc Mélenchon ne peut pas à lui tout seul remettre en cause 100 ans de séparation entre les syndicats et le politique", explique-t-il.

Le même précise que toute alliance objective entre le patron de la CGT Philippe Martinez et celui de La France insoumise est délicat. "La CGT a opéré une vraie coupure avec le PCF mais il y a encore beaucoup de cadres intermédiaires qui sont au PCF et Martinez ne veut pas ouvrir la boîte de Pandore", alors que les relations entre LFI et PCF sont exécrables, analyse-t-il.

"Il est temps de dire qu'il faut que la séparation entre le social et le politique s'arrête en France", a affirmé, comme en conclusion, M. Mélenchon à Athènes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Suresnes, le 19 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) prend acte du jugement rendu le 18 septembre 2018 par le Tribunal de Grande Instance de Béthune…

Publié le 19/09/2018

Noxxon Pharma, société biopharmaceutique développant principalement des traitements contre le cancer ciblant le microenvironnement tumoral, annonce...

Publié le 19/09/2018

      Aujourd'hui, lors de son « Investor Day » annuel, Ageas a dévoilé son plan stratégique triennal pour la période 2019-2021, baptisé Connect21. Ce nouveau…

Publié le 19/09/2018

Osmozis, opérateur de réseaux WiFi multi-services dédiés à l'hôtellerie de plein air en Europe, annonce le lancement d'OsmoRelax, le premier...

Publié le 19/09/2018

Horizontal Software, éditeur de logiciels de nouvelle génération, remporte plusieurs contrats pour déployer son nouveau module d'évaluation des...