En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 483.15 PTS
-0.20 %
5 471.50
-0.20 %
SBF 120 PTS
4 388.96
-0.19 %
DAX PTS
12 389.66
-0.33 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.176
+0.15 %

"Tenez bon!": en visite à Athènes, Mélenchon "remonte le moral" des Grecs

| AFP | 449 | Aucun vote sur cette news
 Jean-Luc Mélenchon, le 27 octobre 2017 à Athènes
Jean-Luc Mélenchon, le 27 octobre 2017 à Athènes ( Angelos Tzortzinis / AFP )

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a souhaité vendredi à Athènes "remonter le moral" de la gauche grecque deux ans après ce qu'il a appelé la "capitulation" du Premier ministre de gauche Alexis Tsipras.

En visite dans la capitale grecque pour trois jours, avec quatre autres députés LFI, M. Mélenchon a ouvert le congrès de lancement du nouveau parti de l'ancienne présidente du parlement grec, Zoe Konstantopoulou, "Cap vers la liberté" (Plefsi Eleftherias).

Jadis très proche de M. Tsipras, cette dernière a rompu avec lui quand il a accepté des créanciers de la Grèce, UE et FMI, d'imposer une nouvelle série de mesures d'austérité à une Grèce déjà touchée par une crise économique sans précédent.

"Tenez bon, ne cédez pas!", a enjoint le député français, "je suis venu pour vous remonter le moral (...), je voudrais vous montrer que nous parlons la même langue, que nous parlons des mêmes choses".

Développant son idée que les gauches des différents pays peuvent s'entendre pour "retourner la situation" actuelle de l'Europe, il a poursuivi une séquence entamée par l'épisode retentissant du remplacement du drapeau européen par celui de l'ONU à l'Assemblée nationale française.

Contribution française au budget européen, nouvelles règles pour les travailleurs détachés: le député des Bouches-du-Rhône multiplie ces dernières semaines les prises de parole anti-Bruxelles, évoquant à chaque fois un autre projet européen, porté par nombre de partis de gauche européens.

Vendredi, il a rappelé que la situation de la Grèce était "le symbole de la faillite de l'Union européenne et de son projet" et non celui de "la faiblesse du peuple grec".

Intransigeant avec M. Tsipras, il a jugé que sa "capitulation" devant les exigences de l'Union européenne était "la catastrophe la plus terrible (car elle est) morale, psychologique, spirituelle, affective".

- 'Seulement le droit de dire:+oui+' -

Ce qui n'a pas empêché M. Mélenchon de "remercier" les Grecs d'avoir porté le Syriza, dirigé par M. Tsipras, au pouvoir en janvier 2015. "Un espoir immense est alors passé dans toute l'Europe et chacun dans nos pays, nous étions tous Grecs", s'est-il remémoré, évoquant "une terrible histoire d'amour déçu".

Mais à Athènes vendredi, il s'est aussi livré à une critique sans concession de l'Europe telle qu'elle fonctionne aujourd'hui.

Estimant que le "projet initial de la construction européenne, c'était la démocratie", il a d'abord regretté qu'à l'heure actuelle, "vous avez seulement le droit de dire +oui+". Il a à ce titre évoqué différents referendum comme au Danemark, en Irlande ou en France où le +non+ l'a emporté mais "ça ne compte pas".

"Les règles d'organisation de l'Union européenne opposent les gens les uns aux autres dans les pays et entre les pays: c'est le règne de la compétition générale", a-t-il regretté. Pour lui, l'Europe est "facteur de choc civil, de choc guerrier".

Et pour faire entendre "le seul message pour lequel cela vaut la peine de se battre: la paix", il a annoncé que "le moment venu" se constituerait une liste du "forum du Plan B" pour les élections européennes.

Le "forum du plan B", qui a tenu son 5e sommet le weekend dernier à Lisbonne, est un rassemblement de représentants d'une vingtaine de pays européens, prêts, s'ils parviennent au pouvoir, à agiter la menace de la sortie de l'Europe (plan B) pour obtenir des garanties sociales, fiscales et démocratiques (plan A).

Le député français a enfin une nouvelle fois appelé à ce que la Banque centrale européenne rachète "la totalité" des titres des dettes souveraines de tous les pays européens pour les mettre ensuite "dans le frigidaire".

"Voici le terrible secret: aucun effort ne servira jamais à rien, la dette ne sera jamais payée", a-t-il argumenté car "elle est trop importante et aucune société ne peut dire à sa jeunesse et aux gens dans la force de l'âge: +écoutez, pendant les cent prochaines années, l'unique projet politique, l'unique projet social, c'est de payer la dette+ !".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Pernod Ricard a été reconnu aujourd'hui comme membre du Global Compact LEAD, preuve de son engagement constant envers les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et les dix…

Publié le 24/09/2018

  Villepinte (France), le 24 septembre 2018     Le présent document a pour finalité de présenter les opérations réalisées dans le cadre du programme…

Publié le 24/09/2018

Dans la bataille pour le rachat de l’opérateur de télévision par satellite, Sky, le groupe de médias américain Comcast est ressorti vainqueur en proposant 30,6 milliards de livres sterling, une…

Publié le 24/09/2018

Capgemini a annoncé le lancement d’un cinquième plan d’actionnariat salarié ESOP (Employee Share Ownership Plan) et la mise en oeuvre d’une enveloppe de rachat d’actions dédiée en vue de…

Publié le 24/09/2018

Pernod Ricard a été reconnu comme membre du Global Compact LEAD, reconnaissance de son engagement constant envers les Objectifs de Développement...