En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 891.37 PTS
-0.48 %
5 891.50
-0.48 %
SBF 120 PTS
4 633.28
-0.54 %
DAX PTS
13 174.11
-0.82 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0. %
1.101
+0.01 %

Marine Le Pen redemande de "déchoir de leur nationalité" les jihadistes français

| AFP | 3022 | 4.80 par 5 internautes
Marine Le Pen, le 7 octobre 2019 à l'Assemblée nationale
Marine Le Pen, le 7 octobre 2019 à l'Assemblée nationale ( Alain JOCARD / AFP )

Marine Le Pen a demandé à nouveau jeudi au gouvernement de "déchoir de leur nationalité par décret administratif" les jihadistes français partis combattre en Syrie, sur le modèle d'une décision prise dans ce sens par le Danemark pour ses ressortissants binationaux.

Le gouvernement danois a annoncé lundi vouloir déchoir de la nationalité danoise les jihadistes ayant une double nationalité partis combattre à l'étranger pour les empêcher de revenir sur le territoire national, après l'offensive turque en Syrie qui force des membres du groupe Etat islamique à quitter la région.

En France, ne peuvent être déchus de leur nationalité que les binationaux (pour ne pas rendre une personne apatride), mais pas ceux, parmi eux, qui sont nés Français. Le gouvernement avait échoué en 2016 à faire adopter un projet de révision constitutionnelle visant à étendre la déchéance de nationalité à ceux qui sont nés Français.

Au Danemark, le gouvernement propose de passer par un décret, sans aucune décision d'un juge. En France, la décision est également prise par décret mais après avis conforme du Conseil d'Etat.

Le gouvernement français "a raison" de ne pas ramener les jihadistes français mais "il devrait aller plus loin et prendre une décision telle que celle qui a été prise par le Danemark, à savoir déchoir de leur nationalité par déret administratif tous ceux qui sont partis combattre en Syrie, ce qui éviterait toute problématique pour le futur de voir revenir ces gens qui sont évidemment des bombes à retardement", a déclaré sur Europe 1 la dirigeante d'extrême droite.

Alors que ces jihadistes pourraient être condamnés à mort s'ils étaient jugés localement, Marine Le Pen a affirmé que "c'est un risque quand on est terroriste". L'ancienne finaliste de la présidentielle en 2017 réclame un référendum sur la peine de mort à laquelle elle reste "personnellement favorable".

En janvier, Marine Le Pen avait écrit sur Twitter que les jihadistes français détenus par les Kurdes étaient "des jihadistes, ils ne devraient donc plus être français".

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian est à Bagdad ce jeudi pour discuter du possible transfert et jugement en Irak des jihadistes étrangers, dont 60 Français, aux mains des Kurdes syriens, actuellement visés par une offensive turque qui fait planer un "risque de dispersion".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.80
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

Le coupon change la donne

Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Société Générale annonce la nomination de Gaëlle Olivier en tant que Directrice de Société Générale pour la Région Asie-Pacifique. Elle remplace Hikaru Ogata qui a décidé de poursuivre de…

Publié le 13/11/2019

Le groupe SII a réalisé au cours du premier semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 325,9 millions d'euros, en croissance de 10,2%. La dynamique reste solide aussi bien en France…

Publié le 13/11/2019

Le constructeur de maisons individuelles AST Groupe totalisait à fin septembre un chiffre d'affaires de 149,7 millions d'euros, en baisse de 9% en raison d'une base de comparaison défavorable.…