En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+1.35 %
4 816.0
+1.72 %
SBF 120 PTS
3 832.45
+1.67 %
DAX PTS
10 823.79
+1.90 %
Dowjones PTS
24 500.98
+0.32 %
6 738.97
+0.84 %
1.131
-0.32 %

Marine Le Pen demande à Macron des "réponses fortes" à la "souffrance" des "gilets jaunes"

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, prononce un discours lors d'une réunion anti-immigration avec le parti nationaliste flamand Vlaams Belang, le 8 décembre 2018 à Bruxelles
La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, prononce un discours lors d'une réunion anti-immigration avec le parti nationaliste flamand Vlaams Belang, le 8 décembre 2018 à Bruxelles ( NICOLAS MAETERLINCK / BELGA/AFP )

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a demandé samedi au président français Emmanuel Macron des "réponses fortes" à la "souffrance sociale" exprimée par les "gilets jaunes", qui ont de nouveau manifesté à Paris et en France.

"Il faut qu’(Emmanuel Macron) prenne conscience de la souffrance sociale et y apporte des réponses très fortes et immédiates", a-t-elle affirmé à Bruxelles en marge d’un meeting avec le parti nationaliste flamand Vlaams Belang, et l'ex-conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche Steve Bannon, sur le Pacte mondial sur les migrations.

"J’appelle une nouvelle fois le président de la République à tenir compte de la souffrance qui est exprimée et à apporter une réponse, à sortir de l’Élysée, à arrêter de se claquemurer, de s'enfermer à l’Élysée", a-t-elle insisté. "La réponse du président de la République ne peut pas être que sécuritaire".

"Dans les petits villages, dans les zones rurales de France et dans les rues de Paris, les gilets jaunes, les +déplorables+ de France, sont exactement le même type de personnes qui ont élu Donald Trump à la présidence des Etats-Unis en 2016, le même type de personnes qui ont voté pour Brexit.Ils veulent avoir le contrôle de leur pays, ils croient en l'État-nation", a estimé l'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon.

Quelque 125.000 personnes ont manifesté samedi en France lors d'une nouvelle journée de mobilisation à haut risque du mouvement populaire des "gilets jaunes", des rassemblements émaillés de heurts en région et à Paris, où des véhicules blindés de la gendarmerie sont entrés en action.

Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé 1.385 interpellations sur l'ensemble du territoire.

Mme Le Pen s'est refusée à "commenter les interpellations". "S'il y a moins de violences (que lors de la précédente manifestation le 1er décembre, NDLR), bien sûr, je suis le première a m’en réjouir", a-t-elle dit.

"Paris brûle, Londres est en crise. Le pacte mondial de Marrakech sur les migrations est mort avant sa signature", a pour sa part déclaré Steve Bannon.

Adopté à New York en juillet par tous les pays membres de l'ONU, à l'exception notable des Etats-Unis, ce Pacte de l'ONU, qui recense des principes et des droits déjà existants et formule 23 objectifs pour aider les pays à faire face aux migrations, doit être soumis à approbation lors d'un sommet lundi et mardi à Marrakech.

Mais depuis, les retraits ou reports de décision s'accumulent, jetant une ombre sur le sommet.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/12/2018

Le secteur automobile est bien orienté aujourd’hui. En effet, son cadeau de Noël pourrait être livré un peu en avance cette année. Selon Bloomberg, la Chine s’apprêterait à réduire ses…

Publié le 11/12/2018

Une installation artistique, avec des silhouettes de migrants, à la Conférence de Marrakech ayant mené à l'adoption du Pacte sur les Migrations, le 11 décembre 2018 ( FADEL SENNA / AFP )Le…

Publié le 11/12/2018

Des traders à la Bourse de New York, le 28 septembre 2018 ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )Wall Street montait nettement à l'ouverture mardi, rassérénée par l'espoir d'avancées dans les…

Publié le 11/12/2018

Le président des députés Les Républicains Christian Jacob à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 décembre 2018 ( Alain JOCARD / AFP/Archives )Le président des députés Les Républicains…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

La Commission européenne a autorisé le projet d'acquisition de Gemalto par Thales. Toutefois, l’autorisation est subordonnée à la cession de l'activité de Thales concernant les modules…

Publié le 11/12/2018

Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Article 223-16 du Règlement Généralde l'Autorité des Marchés…

Publié le 11/12/2018

Le secteur automobile est bien orienté aujourd’hui. En effet, son cadeau de Noël pourrait être livré un peu en avance cette année. Selon Bloomberg, la Chine s’apprêterait à réduire ses…

Publié le 11/12/2018

CGI Finance, filiale du groupe Société Générale et n°1 des financeurs indépendants en concession automobile, a pris une participation minoritaire au capital de Reezocar, start-up française…

Publié le 11/12/2018

Dans le sillage du baril de pétrole, Vallourec rebondit de 7,4% à 1,94 euro, et efface ainsi ses pertes du début de semaine...