En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 000.64 PTS
-0.66 %
5 007.50
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 000.26
-0.54 %
DAX PTS
11 285.68
-0.60 %
Dowjones PTS
25 289.27
+0.00 %
6 890.45
+0.00 %
1.140
+0.69 %

Marine Le Pen chahutée dans un village du Var

| AFP | 737 | 1 par 1 internautes
La présidente du Rassemblement National (RN) Marine Le Pen à Chateaudouble dans le Var, le 12 septembre 2018
La présidente du Rassemblement National (RN) Marine Le Pen à Chateaudouble dans le Var, le 12 septembre 2018 ( BORIS HORVAT / AFP )

Marine Le Pen a été chahutée mardi dans un village du Var, où elle a dénoncé ce qu'elle qualifie de "submersion migratoire imposée par l'Union européenne" à Châteaudouble, qui doit accueillir un centre de demandeurs d'asile.

"Ce petit village de Châteaudouble est symbolique de ce qui se passe dans toute la France aujourd'hui", a estimé la présidente du Rassemblement national (RN) au cours d'une déambulation qu'elle a dû écourter, face à une cinquantaine de villageois venus protester contre sa venue.

"Le FN (devenu RN en juin, NDLR) on n'en veut pas chez nous", criait une manifestante. "Marine, Marine", scandaient les partisans de Mme Le Pen.

Le responsable du RN dans le Var et président du groupe RN au conseil, Frédéric Boccaletti, a indiqué à l'AFP avoir porté plainte après ces protestions, pour "entrave à la liberté de circulation, insultes et menaces", dénonçant un "laxisme total du préfet" du département.

"C'est un petit village de 470 habitants dans lequel, sur ordre de l'Union européenne, on installe 72 migrants, sans avoir demandé son avis à la population, sans avoir demandé son avis au maire. C'est comme si demain on imposait 12 millions de migrants en France en l'espace d'une nuit", a poursuivi Mme Le Pen.

Châteaudouble doit accueillir, dans un centre d'accueil et d'orientation (CAO), un maximum de 72 demandeurs d'asile de sexe masculin, qui ont vocation à rester entre un et neuf mois, le temps que leurs dossiers soient étudiés. L'autorisation donnée par la préfecture à ce centre géré par l'association Forum Réfugiés est de deux ans.

"La France va vivre demain une pression migratoire considérable (...) et les deux seuls pays qui vont se retrouver en fin de course sont la France et l'Espagne, qui vont être obligés d'accueillir l'ensemble des clandestins qui cherchent à rejoindre l'Europe", a précisé Mme Le Pen devant la presse, mais dans une ambiance chahutée, avec notamment une pelleteuse installée par les villageois pour lui barrer l'accès à une partie du village.

"Je viens dire solennellement à Châteaudouble, village symbolique, qu'en ce qui nous concerne, il n'en est pas question. Nous continuerons à lutter contre l'immigration clandestine, à réclamer que le droit d'asile soit analysé dans les consulats et les ambassades des pays d'origine", a encore indiqué Marine Le Pen.

Le CAO, installé dans une maison de retraite inaugurée en 2014 mais désaffectée depuis deux ans, doit accueillir, mercredi ou jeudi selon Forum réfugiés, "une première vague d'une dizaine de demandeurs d'asile", les autres devant arriver "petit à petit". Six personnes ont été embauchées pour encadrer ces demandeurs d'asile, dont certaines dans le village, assure l'association.

Mme Le Pen, qui avait prévu de visiter ce centre, a finalement dû y renoncer.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu un avis favorable au sujet du fexinidazole de Sanofi. Il s'agit du premier traitement…

Publié le 16/11/2018

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier supplémentaire sur l'action TECHNIPFMC, qui constituera le sous-jacent d’un turbo put parfaitement adapté (S802S). Ce produit dérivé…

Publié le 16/11/2018

Le directeur financier de T-Mobile a annoncé que l'acquisition de Sprint pour 26 milliards de dollars pourrait être conclue dès le premier trimestre de 2019."Bien que le processus puisse être…

Publié le 16/11/2018

BONDUELLE Société en commandite par actions au capital de 56 491 956,50 EUR. Siège social : La Woestyne, 59173 Renescure. 447 250 044 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

      Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de Commerce et l'article 223-16 du…