5 513.82 PTS
+0.08 %
5 480.0
-0.61 %
SBF 120 PTS
4 405.94
+0.16 %
DAX PTS
13 246.33
-
Dowjones PTS
25 792.86
-0.04 %
6 737.14
-0.32 %
Nikkei PTS
23 776.28
-0.73 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mailly: les ordonnances ne sont "pas la casse du Code du travail"

| AFP | 212 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, arrive à l'hôtel Matignon, le 31 août 2017 à Paris
Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, arrive à l'hôtel Matignon, le 31 août 2017 à Paris ( ALAIN JOCARD / AFP )

Les ordonnances réformant le Code du travail ne sont "pas la casse du code du travail", même si le projet du gouvernement "ne fait pas un ensemble équilibré", a estimé vendredi le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

"Il y a des reculs dans cette loi, il y a aussi des avancées. Non, ce n'est pas la casse du code du travail (...) le modèle social n'est pas remis en cause", a-t-il déclaré sur RMC/BFM TV.

Pour autant, "ça ne fait pas un ensemble équilibré", juge-t-il.

"Je ne défends pas la réforme, j'essaie d'être objectif", a ajouté M. Mailly, qui l'année dernière avait été l'un des plus farouches opposant à la précédente réforme.

La loi El Khomri, "on l'a découverte dans les journaux (...) là il y a eu une vraie concertation", a-t-il justifié pour expliquer pourquoi Force ouvrière n'irait pas cette fois manifester avec la CGT le 12 septembre.

"C'est pas quand le match est fini qu'il faut faire une manif. Le vrai combat a eu lieu pendant trois mois", "trois mois de discussions intenses", a-t-il poursuivi.

Au final, "on n'a pas tout fait bouger" mais "on a obtenu que la branche continue à avoir un rôle important" et que le pouvoir de négocier des accords "reste du domaine des organisations syndicales" dans les entreprises de plus de 50 salariés.

Il a en revanche regretté que le projet permette aux entreprises de 11 à 20 salariés de négocier directement avec des salariés non mandatés par un syndicat en l'absence d'élus du personnel : "là on n'est pas d'accord".

En outre, si le "droit à l'erreur" reconnu aux entreprises allait jusqu'à permettre de "modifier les motifs de licenciement, là ça pose un problème juridique et on est prêt à attaquer", a-t-il prévenu.

Quant aux "ruptures conventionnelles collectives" annoncées, via des plans de départs volontaires en dehors d'un plan social, "les équipes creusent le dossier et essaient de voir s'il y a des loups sous cette affaire", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Il s'agit d'une émission obligataire à taux fixe de 500 ME à 7 ans assortie d'un coupon de 0,75%...

Publié le 16/01/2018

Selon le quotidien 'Les Echos', le groupe de BTP Eiffage a décroché le plus gros contrat du futur réseau de métros automatiques Grand Paris Express.

Publié le 16/01/2018

"Nos résultats semestriels s'inscrivent dans la trajectoire présentée lors de notre introduction en Bourse"...

Publié le 16/01/2018

Le Groupe M6 et le Groupe Canal+ passent un accord de partenariat global pour les contenus du groupe M6 destinés aux offres Canal...

Publié le 16/01/2018

Rendez-vous le 22 février...

CONTENUS SPONSORISÉS