5 319.17 PTS
-
5 307.50
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 376.17
-0.09 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Macron tente un changement de communication à la veille d'une rentrée délicate

| AFP | 198 | Aucun vote sur cette news
Le président français Emmanuel Macron à Varna, en Bulgarie, le 25 août 2017
Le président français Emmanuel Macron à Varna, en Bulgarie, le 25 août 2017 ( Dimitar DILKOFF / AFP )

En panne dans les sondages à la veille d'une rentrée délicate, le président Emmanuel Macron amorce un virage à 180 degrés dans sa stratégie de communication en renonçant à la parole rare, pour s'adresser désormais plus régulièrement aux Français.

"Ce n'est pas un changement de stratégie car le président a vocation à prendre la parole dans un moment utile et pertinent" alors que "l'action du gouvernement entre dans une nouvelle étape", se défend l'entourage du chef de l'Etat.

Mais, de fait, Emmanuel Macron a pris ces derniers jours deux initiatives en rupture avec des principes qu'il s'était fixé en termes de communication à son arrivée au pouvoir.

Depuis Vienne, il s'est ainsi livré à un long plaidoyer sur ses projets de réforme en France, dérogeant à sa propre règle de ne pas s'exprimer sur la politique française à l'étranger.

Plus encore, quelques heures après, c'est dans un "off" avec quelques journalistes invités à bord du Falcon présidentiel, que le chef de l'Etat a annoncé sa volonté de s'adresser plus fréquemment aux Français.

Selon les trois médias invités (L'Obs, Le Monde, Ouest France), au-delà d'interviews ponctuelles qu’il accordera à la presse écrite et aux chaînes de télévision, Emmanuel Macron compte dorénavant privilégier les interventions à la radio, un média de proximité qui, dans son esprit, aurait l’avantage de toucher un public large et populaire.

Une innovation tranchant fortement avec l'attitude du président qui, depuis son élection, évite le plus souvent les questions des journalistes dans ses déplacements hexagonaux, privilégiant la communication visuelle et les réseaux sociaux.

Pourquoi un tel revirement et celui-ci peut-il ranimer la cote de popularité du chef de l'Etat, constamment à la baisse depuis début juillet?

Jusqu'à maintenant, "Emmanuel Macron était sur une parole présidentielle rare mais saturait en revanche l'espace d'images. Prendre la parole davantage pour expliquer son action, donner un sens à la transformation du pays va peut-être rééquilibrer cela" mais "l'impact sur l'opinion risque d'être extrêmement marginal", estime le politologue Frédéric Dabi (Ifop).

-'le feu à la maison'-

Selon lui, cette décision est tout simplement "peut-être le signe qu'il y a le feu à la maison", alors qu'au moment d'entrer dans le dans le vif de réformes et de choix budgétaires qui pourraient être douloureux pour les Français, l'exécutif peine "à donner un cap, une lisibilité" à son action.

La montée du président en première ligne montre aussi le manque "de relais" dont il dispose dans sa majorité et même au sein du gouvernement, estime-t-il.

Jean-David Levy (Harris Interactive) dresse le même tableau. A l'inverse de Nicolas Sarkozy qui, "même lorqu'il était en difficulté, avait toujours quelques personnalités susceptibles de pouvoir prendre la parole en sa faveur, des acteurs en quelque sorte prêts à mourir pour lui", l'actuel locataire de l'Elysée manque de troupes "susceptibles de l'aider, de se battre pour lui", juge ce politologue.

Selon lui, le Premier ministre Edouard Philippe en a donné l'illustration à ses dépens jeudi sur BFMTV et RMC, avec une intervention pleine "d'hésitations" et "une incapacité à pouvoir dire d'une phrase quel était le projet politique d'Emmanuel Macron".

Quant à la stratégie médiatique, Emmanuel Macron a percé grâce à "une communication très personnalisée, très forte, très incarnée" mais "le fait qu'il ait persisté dans cette communication autour de ce qu'il est et non de ce qu'il fait a fini par créer un trouble chez les Français".

Selon M. Levy, "ce n'est pas la fréquence, la manière de s'exprimer, c'est ce que le président de la République va raconter concernant son projet politique pour la France" qui sera susceptible de le sortir de l'ornière. "La question du fond sera absolument essentielle".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

Publié le 17/11/2017

L'actuel Directeur Général d'EuropaCorp Television, Thomas Anargyros, s'est porté acquéreur. La transaction ne comprend pas Taken...

Publié le 17/11/2017

Le centre, situé à proximité de la gare Montparnasse, dégage un loyer annuel de 690 kE...

Publié le 17/11/2017

Une stratégie de réorganisation structurelle dont la finalisation demeure sujette à l'approbation de l'extension des agréments de sa filiale de gestion monégasque par les autorités…

CONTENUS SPONSORISÉS