En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+2.15 %
4 892.0
+1.96 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+2.13 %
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.137
-0.00 %

Macron consulte des partis divisés sur le scrutin des européennes

| AFP | 762 | Aucun vote sur cette news
Le président Emmanuel Macron reçoit le président de l'Union des Démocrates Indépendants (UDI) Jean-Christophe Lagarde à son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017
Le président Emmanuel Macron reçoit le président de l'Union des Démocrates Indépendants (UDI) Jean-Christophe Lagarde à son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a commencé lundi à consulter les responsables politiques sur l'opportunité de revenir à un mode de scrutin national pour les élections européennes de 2019, une question qui divise les partis.

Ces consultations ont débuté alors que l'Elysée s'inquiète de la crise politique en Allemagne qui menace la chancelière Angela Merkel, sur qui compte le président de la République pour redonner un nouvel élan à l'Europe.

Au total, 14 responsables politiques seront accueillis à l'Elysée d'ici mardi soir à tour de rôle, comme M. Macron l'a fait à deux reprises avec les représentants syndicaux et patronaux depuis son élection.

Neuf d'entre eux se sont succédé lundi, dont les présidents du Sénat Gérard Larcher (LR) et de l'Assemblée nationale François de Rugy (LREM). Ils seront suivis mardi de François Bayrou (MoDem), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Marine Le Pen (FN) ou Pierre Laurent (PCF).

En les recevant, M. Macron entend recueillir leur avis sur "les futures élections européennes" - qui marqueront en 2019 le retour aux urnes des Français - et en particulier leur mode de scrutin.

Le président français Emmanuel Macron reçoit le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer à Paris, le 20 novembre 2017
Le président français Emmanuel Macron reçoit le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer à Paris, le 20 novembre 2017 ( Ian LANGSDON / POOL/AFP )

Le chef de l'Etat semble favorable au retour à une circonscription nationale alors que, depuis les européennes de 2004, la France est divisée en huit circonscriptions (Est, Ouest, Ile-de-France...).

Cela permettrait, selon lui, de mener un vaste débat national sur la "refondation de l'Europe" qu'il a appelée de ses voeux dans les discours d'Athènes et de la Sorbonne.

Si elle fait l'unanimité au sein de La République en marche (LREM), cette ambition proeuropéenne fracture aussi bien à gauche qu'à droite. Comme l'ont récemment montré les remous provoqués au sein de LR par le soutien d'Alain Juppé à "la capacité d'initiative" du président sur l'Europe.

- LR hostile -

A sa sortie de l'Elysée, Bernard Accoyer a expliqué que les Républicains étaient favorables au maintien de l'actuel mode de scrutin, qui "permet de garantir la proximité et le lien entre les territoires".

Le président Emmanuel Macron reçoit Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, dans son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017
Le président Emmanuel Macron reçoit Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, dans son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

A l'opposé, le président du parti centriste UDI, Jean-Christophe Lagarde, a souhaité "le retour à un scrutin national" car "quoi de mieux qu'un débat national pour pouvoir démarrer la reconstruction de l'Europe?".

Cette option est aussi défendue par les Verts et le PS, dont le responsable Rachid Temal a jugé qu'elle était la "meilleure solution pour qu'il y ait un débat de fond".

LREM se prononcera sur cette question à l'issue d'"un débat interne", a indiqué son nouveau délégué général Christophe Castaner, pour qui les listes nationale ou régionales présentent chacune des avantages.

Estimant que la modification du mode de scrutin ne suffira pas "à réparer la fracture démocratique", Nicolas Dupont-Aignant (Debout la France) a réclamé à M. Macron un référendum sur le Ceta, l'accord commercial entre l'UE et le Canada.

M. Macron a également sondé ses interlocuteurs sur l'introduction de listes transnationales grâce à l'utilisation du quota des députés britanniques partant après le Brexit.

Mais pour M. Accoyer, un tel mode d’élection "ne pourrait se justifier que dans le cadre d’une organisation fédérale de l’UE".

M. Macron a par ailleurs reçu des avis plutôt positifs sur son projet de lancer des "conventions démocratiques" dans "toute l’Europe afin d'associer les citoyens européens à la refondation" de l’UE.

Ces débats seront utiles, selon David Cormant (Les Verts), s'ils "permettent de poser les questions qui fâchent" et ne se résument pas à "une animation socio-culturelle sur l'Europe".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…