5 494.83 PTS
+0.02 %
5 498.0
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 394.92
+0.02 %
DAX PTS
13 281.43
+0.74 %
Dowjones PTS
26 017.81
-0.37 %
6 811.38
+0.02 %
Nikkei PTS
23 763.37
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Macron sur France 2: Jacob (LR) raille une émission "obséquieuse, dégoulinante"

| AFP | 251 | Aucun vote sur cette news
Le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, le 4 juillet 2017 à l'Assemblée nationale à Paris
Le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, le 4 juillet 2017 à l'Assemblée nationale à Paris ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

Le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, a jugé mardi "obséquieuse" et "dégoulinante" l'interview d'Emmanuel Macron sur France 2 dimanche, dénonçant aussi comme "ridicule" la "mise en scène" sur son séjour à Chambord.

Lors d'un point de presse, dans la foulée d'une réunion de groupe où le président de LR Laurent Wauquiez a appelé les députés à "s'opposer ensemble à Emmanuel Macron", M. Jacob a dénoncé "cette orchestration par le service public d'une émission qui était obséquieuse, dégoulinante".

Rappelant que "15 jours avant le président de la République disait que l'audiovisuel public était la honte de la France, c'est en tout cas ce qui nous a été rapporté (la formule a été démentie par l'Elysée, ndlr)", il a estimé que "là, on a envoyé les cireurs de chaussures se précipiter et le moins qu'on puisse dire, c'est que les chaussures ont été astiquées", jugeant tout cela "assez invraisemblable".

Le chef de file des élus LR a aussi jugé "ridicule" la "mise en scène sur Chambord", où le chef de l'Etat a célébré au cours du week-end un "Noël avant l'heure" en famille.

"Tout cela est assez médiocre, de chercher à chaque fois ce besoin de se mettre en scène, ce besoin de faire peuple en allant à Chambord, ça on nous l'avait jamais fait!", a-t-il lancé.

Invité à dresser un bilan des premiers mois de travail parlementaire, il a jugé qu'il était "inquiétant". Le rôle du Parlement "se trouve quand même très affaibli" avec "un groupe En marche qui écrit dans ses statuts qu'il est interdit pour un député sous peine de sanctions de pouvoir co-signer un amendement ou soutenir une proposition de loi qui viendrait d'un autre groupe parlementaire, avec des députés qui sont sous la pression constante de l’exécutif".

"Donc le Parlement est en train de perdre beaucoup en autonomie", a-t-il jugé, disant attendre "de manière assez inquiète ce qu'il pourrait y avoir dans une réforme de la Constitution si elle arrivait".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Le chiffre d'affaires du 2e semestre traduit la dynamique de transformation de Mecelec...

Publié le 18/01/2018

Le réseau Vinci Airports a accueilli 156,6 millions de passagers en 2017...

Publié le 18/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/01/2018

Compagnie des Alpes donne ses perspectives 2017/2018 sous réserve d'aléas conjoncturels majeurs...

Publié le 18/01/2018

Cet accord entre Framatome et Schneider Electric établit également un partenariat de fabrication à long terme

CONTENUS SPONSORISÉS