En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 959.30 PTS
+1.28 %
5 951.5
+1.15 %
SBF 120 PTS
4 681.75
+1.13 %
DAX PTS
13 382.63
+1.22 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0. %
1.118
-0.02 %

Macron retourne sur les routes pour déminer les tensions sociales

| AFP | 302 | 3 par 2 internautes
Emmanuel Macron, le 6 novembre 2019 à Pékin
Emmanuel Macron, le 6 novembre 2019 à Pékin ( Ludovic MARIN / AFP )

A Epernay jeudi, au Congrès des maires puis à Amiens la semaine prochaine, Macron retourne au contact des Français au moment où les tensions sociales se multiplient, à quatre mois des municipales.

Ces déplacements coïncident avec plusieurs mobilisations sociales, dont une grande manifestation pour l'hôpital jeudi à Paris. Et ce week-end, les "gilets jaunes" ambitionnent d'être nombreux sur les ronds-points et à Paris pour le premier anniversaire de leur mouvement. Sans oublier le cri d'alarme des étudiants et la perspective d'une grande grève nationale le 5 décembre à la SNCF et à la RATP.

Emmanuel Macron "casse la France" et ses "valeurs", a accusé mardi Marine Le Pen.

Dans ce contexte, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a insisté mercredi sur "la vigilance du gouvernement" face à "un certain nombre de catégories professionnelles qui, à raison, connaissent des difficultés".

Des
Des "gilets jaunes" sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 22 décembre 2018 ( Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives )

"Nous déminons point par point", précise une source gouvernementale, alors que l'exécutif semble redoubler de prudence par rapport aux réformes à venir, à commencer par celle des retraites.

A ces tensions, Emmanuel Macron veut répondre par des faits et des chiffres. Il parlera ainsi, au cours de ses déplacements à Epernay et Amiens, de sujets très concrets: maisons de santé, couverture très haut débit, desserte ferroviaire... L'occasion de faire valoir sa proximité avec les préoccupations des Français et, dans sa ville natale d'Amiens, ses racines locales, en réponse à ceux qui l'accusent de déconnexion, sa "principale faille", selon le chef des députés LR Damien Abad.

Jeudi, après une visite au Mémorial des batailles de la Marne, à Dormans, le chef de l'Etat assistera dans l'après-midi à une séance du conseil municipal d'Epernay.

Il présidera ensuite une réunion de "suivi de la mise en œuvre des réformes et des actions engagées au niveau territorial" en interrogeant le préfet et ses collaborateurs.

"Il s'agit d'une sorte de contrôle continu pour vérifier comment les impulsions données à Paris sont interprétées et mises en oeuvre à mi-mandat", explique l'Elysée.

Le chef de l'Etat, deux ans et demi pile après son entrée en fonction,demandera au préfet des comptes sur les indicateurs de l'action de l'Etat - surnommés les "OVQ" ("objet de la vie quotidienne") - censés donner des mesures chiffrées de l'avancement des réformes.

Avant les municipales

Il lui demandera ainsi où en sont les rénovations thermiques des logements, l'ouverture des maisons de santé, le nombre d'apprentis, la scolarisation des enfants handicapés ou les maisons France Services réunissant plusieurs services publics.

Malgré des mesures de sécurité toujours importantes, la CGT a prévu un rassemblement dans le centre d'Epernay à 14H00.

Mardi prochain, dans un même esprit "d'écoute et de dialogue", explique l'Elysée en référence au grand débat, Emmanuel Macron ouvrira le Congrès de l'Association des maires de France (AMF), qu'il avait boudé l'an dernier.

Après deux ans de relations tendues -- il s'était fait huer au Congrès de l'AMF de 2017 --- l'Elysée espère cette fois "un dialogue apaisé", grâce au projet de loi sur le statut des élus locaux et au "grand débat" qui a mis les maires à l'honneur.

Le Premier ministre Edouard Philippe, le 7 octobre 2019, lors d'un débat sur l'immigration à l'Assemblée nationale
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 7 octobre 2019, lors d'un débat sur l'immigration à l'Assemblée nationale ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

Comme l'an dernier, Emmanuel Macron recevra le lendemain soir 1.500 maires à l'Elysée pour un séance de questions-réponses. Avant que le Premier ministre Edouard Philippe ne clôture, le lendemain, le congrès de l'AMF, dernier grand rendez-vous avec les élus locaux avant les municipales de mars.

Cette "grande séquence territoriale" continuera à Amiens, où le chef de l'Etat a prévu deux jours de visite, les 21 et 22 novembre, aux thèmes multiples: un discours sur la jeunesse dont Amiens est la capitale européenne pour 2020, le 800e anniversaire de la cathédrale, l'inauguration de la Citadelle, nouveau pôle universitaire de Picardie, et une rencontre avec les anciens salariés de l'usine Whirlpool, l'un des dossiers sociaux de ces dernières années.

Il devrait également faire des annonces sur le raccordement ferroviaire de la ville ainsi que sur le canal Seine-nord, un projet pharaonique d'autoroute fluviale de plus de 100 km qu'il a promis de concrétiser.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Atos annonce sa participation au projet européen RENAISSANCE financé par la Commission européenne dans le cadre du programme H2020...

Publié le 13/12/2019

Peu de dégâts boursiers...

Publié le 13/12/2019

Oracle perd du terrain en pré-séance à Wall Street ce vendredi, au lendemain de l'annonce des comptes trimestriels...

Publié le 13/12/2019

Verallia, le leader européen des emballages en verre, va bientôt entrer à l'indice SBF 120. La société va remplacer à compter du 23 décembre 2019 la banque Rothschild & Co, qui avait fait son…

Publié le 13/12/2019

La prochaine sortie du titre Air France-KLM des indices CAC Next 20 et CAC Large 60 ne semble pas porter préjudice à l'action de la compagnie aérienne...