5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'hommage de Macron aux victimes du 13-novembre

| AFP | 728 | 3 par 1 internautes
Emmanuel Macron réconforte un proche d'une victime des attentats du 13 novembre 2015 près du Bataclan lors d'une cérémonie d'hommage, le 13 novembre 2017
Emmanuel Macron réconforte un proche d'une victime des attentats du 13 novembre 2015 près du Bataclan lors d'une cérémonie d'hommage, le 13 novembre 2017 ( Etienne LAURENT / POOL/AFP )

Emmanuel Macron, en présence de son prédécesseur François Hollande, a rendu hommage lundi aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, en observant une minute de silence sur les 6 lieux des attaques à Paris et Saint-Denis.

Le Stade de France, Le Carillon et Le Petit Cambodge, La Bonne Bière et Casa Nostra, le Comptoir Voltaire, la Belle Equipe et enfin la salle de concerts du Bataclan: le même cérémonial - lecture du nom des personnes tuées, dépôt de gerbe, minute de silence, échanges avec les familles de victimes - s'est répété tout au long de la matinée en hommage aux 130 morts et plus de 350 blessés des pires attaques terroristes de l'histoire de France, revendiquées par l'organisation Etat islamique (EI).

Dans le 11e arrondissement de Paris, Anne Hidalgo, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, le 13 novembre 2017
Dans le 11e arrondissement de Paris, Anne Hidalgo, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, le 13 novembre 2017 ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP )

Les cérémonies ont débuté peu après 09H00 à Saint-Denis, en présence notamment des ministres de l'Intérieur Gérard Collomb, de la Justice, Nicole Belloubet, des présidents du Sénat Gérard Larcher et de l'Assemblée nationale François de Rugy, de la maire de Paris Anne Hidalgo et de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

Emmanuel Macron a déposé une gerbe devant la plaque commémorative, où figure le nom de Manuel Dias, seul tué dans les explosions du 13-novembre aux abords du Stade de France.

Le 13 novembre 2015, son prédécesseur François Hollande y assistait au match de football France-Allemagne.

L'ex-président François Hollande aux côtés de Brigitte Macron et du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant Le Bataclan à Paris, le 13 novembre 2017
L'ex-président François Hollande aux côtés de Brigitte Macron et du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant Le Bataclan à Paris, le 13 novembre 2017 ( Etienne LAURENT / POOL/AFP )

"Au Stade de France, quand claque la première détonation, nous ne savons pas si c'est un attentat. Il en faut une deuxième pour avoir la certitude qu'il s'agit d'une attaque terroriste (...) Toute mon attention est de ne pas créer de panique au stade et je donne la consigne de ne pas bouger. (...) Nous avons cet instant-là, en prenant cette décision de rester, sauvé sûrement des vies", a-t-il raconté dimanche sur France 2.

- "On est laissés pour compte" -

Il y a deux ans, les attentats de Paris
Il y a deux ans, les attentats de Paris ( Alain BOMMENEL, Tamara HOHA, Laurence SAUBADU / AFP )

La même cérémonie s'est répétée sur chacun des lieux des attaques, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte saluant personnellement les familles présentes.

Michaël Dias, fils de Manuel Dias, lui, s'est mis en retrait, refusant de saluer le chef de l'Etat: "On n'a aucun interlocuteur depuis la suppression du secrétariat d'aide aux victimes par Emmanuel Macron", a-t-il déploré au micro de BFMTV. "On est vraiment complètement laissés pour compte".

Elisabeth Boissinot, mère de Chloé, tuée sur la terrasse du Carillon, a décliné l'invitation, "un tour d'honneur", critique-t-elle sur Facebook, avant que les victimes soient "oubliées dans l'heure".

Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte saluent des secouristes devant le bar Le Comptoir Voltaire pendant une cérémonie marquant le 2e anniversaire des attentats de Paris le 13 septembre 2017
Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte saluent des secouristes devant le bar Le Comptoir Voltaire pendant une cérémonie marquant le 2e anniversaire des attentats de Paris le 13 septembre 2017 ( ETIENNE LAURENT / POOL/AFP )

Plusieurs riverains des lieux des attaques, interrogés par l'AFP, ont déploré la faible affluence.

Bloqué par un périmètre de sécurité aux abords du Carillon et au Petit Cambodge, Miguel Fleuriot, 28 ans, manager dans un restaurant du quartier, dit avoir "zappé que c'était aujourd'hui".

A la Bonne Bière, des fleurs et des bougies ont été disposées sur les tables de la terrasse quasiment vide. "Peut-être que la vie est plus forte que tout mais c'est très embêtant la perte de mémoire", s'indigne Francine Best, 86 ans. Cette agrégée de philosophie estime que "la solidarité qui a permis au quartier de se redresser formidablement a peu à peu disparu". "Même les familles de victimes sont peu nombreuses".

Devant le Bataclan, où 90 personnes sont mortes, environ 200 personnes sont venus assister à distance à la cérémonie. Le chef de l'Etat et les personnalités présentes - rejointes notamment par la ministre de la Culture Françoise Nyssen et l'ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve - s'y sont longuement attardés, partageant l'émotion des proches des victimes.

"130 morts, il ne faut jamais l'oublier", avait exhorté Manuel Valls, avant de se joindre à l'hommage, appelant "à ne jamais baisser la garde" devant la menace terroriste .

"Le niveau de menace reste évidemment élevé", a confirmé Edouard Philippe, en particulier la menace intérieure, les défaites de l'organisation Etat islamique en Irak et en Syrie rendant "probablement plus difficile d'organiser de là-bas des actions qui se passeraient chez nous".

Après l'étape du Bataclan, en présence du groupe Eagles of Death Metal, Emmanuel Macron s'est joint à l'hommage public organisé par l'association de familles de victimes Life for Paris sur la place de la Mairie du XIe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS