En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 942.12 PTS
-0.67 %
4 933.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
3 943.60
-0.53 %
DAX PTS
11 180.63
-0.57 %
6 575.66
+0.00 %
1.142
+0.35 %
12 005.86
-0.23 %

Macron et Trump jouent l'apaisement sur la défense européenne

| AFP | 381 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump reçu à l'Elysée par son homologue français Emmanuel Macron, le 10 novembre 2018
Le président américain Donald Trump reçu à l'Elysée par son homologue français Emmanuel Macron, le 10 novembre 2018 ( Christophe Petit-Tesson / POOL/AFP )

Le président français Emmanuel Macron a accueilli samedi Donald Trump en optant pour un ton résolument conciliant sur la question sensible de la défense européenne au lendemain d'un tweet très agressif du président américain.

L'impétueux président est dans la capitale française pour le week-end pour participer aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, en présence de dirigeants venus du monde entier.

Visiblement soucieux de désamorcer la polémique, les deux hommes ont insisté sur leurs liens étroits: "Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans", a assuré M. Trump. Mais son visage était fermé et l'atmosphère loin des démonstrations passées de complicité.

"Nous devons mieux partager le fardeau au sein de l'Otan", a lancé M. Macron dès les début de l'entretien à l'Elysée, une musique douce aux oreilles du locataire de la Maison Blanche qui ne cesse de réclamer une hausse des dépenses militaires des pays européens jugeant la situation actuelle injuste pour le contribuable américain.

"Nous voulons une Europe forte", a de son côté affirmé le président américain.

Depuis Lodz en Pologne, le président du Conseil européen Donald Tusk a soutenu exactement le contraire, reprochant à M. Trump d'être contre "une Europe unie et forte".

Vendredi soir, Donald Trump avait opté pour un ton nettement moins consensuel, dénonçant, dans un tweet extrêmement virulent, les propos d'Emmanuel Macron, ardent partisan d'une autonomie européenne en matière de défense.

Donald et Melania Trump avec Emmanuel et Brigitte Macron à l'Elysée, le 10 novembre 2018
Donald et Melania Trump avec Emmanuel et Brigitte Macron à l'Elysée, le 10 novembre 2018 ( ludovic MARIN / AFP )

"Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie", avait-il écrit au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.

"Très insultant mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'Otan que les Etats-Unis subventionnent largement!", avait-il ajouté.

Samedi matin, l'Elysée a assuré que l'armée européenne prônée par le président français en début de semaine ne visait en aucun cas les Etats-Unis, évoquant une "confusion" dans l'interprétation de ses propos.

- Déjeuner avec Melania -

Une grande partie de l'Europe s'abrite sous le bouclier américain depuis l'après-guerre, sans payer un prix satisfaisant selon Donald Trump.

Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l'incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.

Plus largement, cette saillie illustre les désaccords politiques profonds qui opposent les deux hommes, sur l'environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales, et d'une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle M. Macron défend le multilatéralisme, honni par M. Trump.

Viue aérienne de la clairière de Rethondes, le 22 octobre 2018
Viue aérienne de la clairière de Rethondes, le 22 octobre 2018 ( Eric Feferberg / AFP/Archives )

Après la rencontre, la Première dame américaine Melania Trump s'est rendue à son tour à l'Elysée où elle a été accueillie par Brigitte Macron. Les deux couples présidentiels, qui avaient dîné ensemble à la Tour Eiffel à l'occasion du 14 juillet, ont déjeuné à l'Elysée.

M. Trump devait initialement se rendre au cimetière américain de Bois Belleau, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, mais la visite a été annulée en raison du mauvais temps. La Maison Blanche a souligné les difficultés logistiques d'un tel déplacement, sachant que M. Trump devait se rendre sur place à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One.

M. Macron a lui pris vers 14H00 GMT le chemin d'une clairière près de Compiègne, au nord de Paris, pour y retrouver la chancelière allemande Angela Merkel pour une cérémonie très symbolique.

C'est ici que le 11 novembre 1918 fut signé dans un wagon restaurant l'armistice scellant la fin de la Première Guerre mondiale, qui fit 18 millions de morts.

Le palais de l'Elysée souligne que "c'est la première fois depuis 1945" que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontrent dans la clairière de l'Armistice.

- "Valeur de la réconciliation" -

"La cérémonie sera sobre et sans discours", a-t-on ajouté de même source.

Les deux dirigeants déposeront une gerbe et dévoileront une nouvelle plaque au pied du monument la +Dalle sacrée+, au milieu de la clairière, sur laquelle on peut lire +Ici le 11 novembre 1918 succomba le criminel orgueil de l'empire allemand vaincu par les peuples libres qu'il prétendait asservir+".

La nouvelle inscription sera, elle, beaucoup moins martiale, et réaffirmera "la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de l'Europe et de la paix".

Dans la soirée, les Macron, Trump, Merkel, et plusieurs autres dignitaires se retrouveront au Musée d'Orsay à Paris, pour une visite de l'exposition consacrée à Picasso et un dîner protocolaire sur place, avant la grande cérémonie de dimanche matin sous l'Arc de Triomphe, point d'orgue des commémorations.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 22 novembre 2018 par l'AMF, la société en commandite simple DNCA Finance, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...

Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société new-yorkaise Select Equity Group, L...

Publié le 22/11/2018

Nokia annonce le regroupement de ses activités dans les réseaux de téléphonies mobile et fixe, au sein d'Acces Networks, une nouvelle entité. Celle-ci permettra d'exploiter "pleinement les…

Publié le 22/11/2018

L’assemblée générale de Monte Carlo Yachts du 21 novembre dernier a révoqué Carla Demaria de son mandat de présidente et membre du Conseil d’administration de cette filiale de Beneteau. A la…

Publié le 22/11/2018

6 villes seront reliées...