En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Macron, lyrique, théorise, Philippe, rapide, énumère: les deux styles opposés de l'exécutif

| AFP | 263 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron devant le congrès à Versailles, le 3 juillet 2017
Emmanuel Macron devant le congrès à Versailles, le 3 juillet 2017 ( Martin BUREAU / AFP )

L'un théorise et affectionne les envolées, l'autre est dans le concret et les chiffres. Le président aime le ton grave et solennel quand son Premier ministre débite ses mots à toute vitesse, sans effets de manche: les différences de style d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe s'affirment.

"Ces deux styles illustrent bien la répartition des rôles dans la Ve République: la théorie et la pratique. L'un fait de grandes envolées, pleines de bonnes intentions. L'autre fait un discours de technicien, nous lit un catalogue, sans être un grand orateur. C'est la hauteur et le terrain. L'un fait la couverture et l'autre présente laborieusement les chapitres", estime l'historien Christian Delporte.

Sur la forme, Emmanuel Macron, d'une voix grave et solennelle -longues pauses, baisses de ton pour les passages qu'il veut mettre en valeur-, en a appelé à des arguments moraux, voire psychologiques, fustigeant notamment le cynisme au profit de l'optimisme. Il promeut de grands principes, avec ses mots favoris : "transformation profonde", "ambition", "changer le réel", "optimisme", "rendre le pouvoir à ceux qui veulent faire et font" sur fond de critique des médias appelés à "en finir avec cette recherche incessante du scandale".

Il a même cité, une première pour un président de la République, l'écrivain sulfureux Georges Bataille quand il a appelé, après une allusion à la pauvreté, à "trouver, à ce qu'(il) appelait notre part maudite, une place, une considération, une vraie réponse enfin".

"Mais Emmanuel Macron utilise une forme de langue de bois: on ne peut pas être contre ce qu'il dit. Il ne fâche personne. C'est un sermon assez classique", estime Christian Delporte. Le discours lundi du président, d'une heure et demie, a d'ailleurs suscité assez peu de réactions chez les parlementaires convoqués à Versailles.

- Clin d'oeil à Bob Dylan -

Il a pourtant abordé un sujet plus concret: sa volonté de profondes réformes institutionnelles, notamment la diminution d'un tiers du nombre des parlementaires. Et pendant que son Premier ministre s'exprimait le lendemain, lui se faisait hélitreuiller d'un hélicoptère dans le sous-marin "Le Terrible", photo publiée sur son compte Twitter à l'appui.

Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale à Paris, le 4 juillet 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale à Paris, le 4 juillet 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Edouard Philippe a lui privilégié des termes simples et directs, parlant même au début de son intervention un peu trop rapidement. Il a ainsi entamé son discours volontairement "terre à terre" en racontant le parcours d'une jeune élue En Marche issue d'une famille modeste, une façon de souligner une rupture avec la politique à l'ancienne.

Il a ensuite cité des références politiques, dont son mentor Alain Juppé et deux Premiers ministres de droite et de gauche, Jacques Chaban-Delmas et Michel Rocard. Le Premier ministre, qui dès la passation de pouvoirs avait annoncé la couleur en se définissant comme "homme de droite", position très utile pour capter l'électorat LR aux législatives, a ainsi semblé mardi vouloir se rapprocher du centre de gravité plus centriste des élus En Marche.

Edouard Philippe avait minutieusement relu les déclarations de politique générale: Michel Rocard, l'ancien Premier ministre socialiste et champion de la "deuxième gauche", dont il était un partisan lors de ses études à Sciences Po, et Jacques Chaban-Delmas, tenant du gaullisme social. Ce qui n'a pas empêché le chef du gouvernement de garder ses solides racines juppéistes, avec des formules dures sur le budget, comme la volonté de "sortir de l'addiction française à la dépense publique".

Le soulagement a prévalu à Matignon de voir que le président était finalement resté dans sa chasse gardée (institutions, international...) sans trop s'aventurer sur les terres du Premier ministre. Ce qui a permis d'évacuer la polémique sur le président "castrateur", qui avait fini par agacer Edouard Philippe.

Cet amateur de rock s'est même permis, sur le thème de la dette de la France, un clin d'oeil à la chanson de Bob Dylan, "Blowing In The Wind": "+Combien de fois un homme peut-il tourner la tête en prétendant qu'il ne voit pas ?+, aurait pu demander le prix Nobel de littérature 2017...", a-t-il souri.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…