En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 176.67 PTS
+0.07 %
5 170.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 144.95
+0.09 %
DAX PTS
11 714.40
-0.53 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.156
-0.05 %

Macron invité par Trump en visite d'Etat aux Etats-Unis fin avril

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
Les présidents français Emmanuel Macron (g) et Donald Trump, le 18 septembre 2017 à New York
Les présidents français Emmanuel Macron (g) et Donald Trump, le 18 septembre 2017 à New York ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

Le président Emmanuel Macron effectuera autour du 24 avril une visite d'Etat aux Etats-Unis, la première d'un dirigeant étranger sous la présidence de Donald Trump, ont annoncé mercredi à l'AFP plusieurs sources diplomatiques.

Le président américain avait décidé fin janvier d'inviter son homologue français à la Maison Blanche, après avoir été reçu en grande pompe à Paris les 13 et 14 juillet.

Il devrait se rendre à Washington les 23 et 24 avril avec un possible passage par la Nouvelle-Orléans, qui fête son tricentenaire, une occasion de parler de francophonie.

Le président Trump aurait décidé de faire l'honneur à "Emmanuel" de la première visite d’Etat de sa présidence, notamment grâce à l'insistance de son épouse Melania. Une visite d'Etat -la plus haute forme de réception d'un chef d'Etat étranger- implique de nombreux honneurs, dont une cérémonie à la Maison Blanche.

Emmanuel Macron et Donald Trump, qui ont pour point commun d'être arrivés au pouvoir comme outsiders du monde politique, entretiennent des relations amicales malgré des divergences sur de nombreux points, en particulier sur le climat, depuis le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris en juin dernier.

Le dirigeant français lui avait déroulé le tapis rouge à Paris en juillet, le conviant à assister au défilé militaire sur les Champs-Elysées après un dîner avec son épouse la veille à la Tour Eiffel. Enthousiasmé par ce spectacle, le président américain avait souhaité organiser un défilé similaire à Washington, un projet qu'il a confirmé mercredi.

La visite du couple Trump à Paris s'était déroulée alors qu'outre-Manche, les Britanniques signaient en masse une pétition contre son invitation à effectuer une visite d'Etat à Londres, réclamant qu'elle soit rétrogradée en simple visite. Cette pétition avait recueilli près de 1,9 million de signatures et, le 12 janvier, Donald Trump a annulé son voyage en Grande-Bretagne, prétextant un désaccord sur l'emplacement de la nouvelle ambassade qu'il devait inaugurer.

Fin janvier, Emmanuel Macron a réaffirmé lors d'une interview à la RTS son "amitié" pour le président américain et l'importance stratégique de cette alliance. "Cette relation personnelle (avec lui) est pour moi très forte, j'y suis très attaché. Et les Etats-Unis sont notre partenaire" sur la lutte contre le terrorisme, l'avenir de la Syrie ou encore la paix au Proche-Orient. "Si nous nous fâchons avec eux, nous ne pouvons plus agir", avait-il souligné.

"J'ai des désaccords avec lui sur la méthode, mais sur la finalité on est d'accord", avait poursuivi le président français. A la question "Donald Trump est-il dangereux ?", il avait répondu : "je pense qu'il est parfois imprévisible, ça peut insécuriser des gens, mais je ne l'ai jamais pris en flagrant délit d'incohérence sur l'objectif recherché".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/10/2018

Compétitivité mondiale ( K.Tian/S.Malfatto / AFP )Les Etats-Unis ont l'économie la plus compétitive et la plus innovante du monde, révèle mercredi un classement dressé par le Forum…

Publié le 16/10/2018

Christelle Dubos, le 12 mai 2017 à Bordeaux. ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )Christelle Dubos, nommée mardi secrétaire d'État auprès de la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès…

Publié le 16/10/2018

La production industrielle américaine a dépassé les attentes, tout comme l'indice NAHB et le JOLTS

Publié le 16/10/2018

La production industrielle américaine a dépassé les attentes pour le mois de septembre...

Publié le 16/10/2018

Une femme attend devant un des guichets de l'administration publique à Mossoul, le 19 septembre 2018 en Irak ( Zaid AL-OBEIDI / AFP )Quand Chahed est née en 2015, son père l'a aussitôt…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

En repli de 3,77% à 62,58 euros, Danone accuse la plus forte baisse du CAC 40 malgré une croissance organique de 1,4% au troisième trimestre, supérieure au consensus qui la donnait à 1,2%. Les…

Publié le 17/10/2018

Par courrier reçu le 16 octobre 2018 par l'AMF, la société BlackRock, Inc...

Publié le 17/10/2018

IBM a présenté des résultats meilleurs que prévu au troisième trimestre, mais des revenus décevants. Le géant informatique a enregistré un bénéfice net en repli de 1% à 2,7 milliards de…

Publié le 17/10/2018

Par courrier reçu le 17 octobre 2018 par l'AMF, la société Polaris Capital Management, LLP (Boston, Massachusetts, Etats-Unis), agissant pour le...

Publié le 17/10/2018

D'un point de vue graphique, le titre rebondit après avoir consolidé sur la zone des 77.2 euros qui fait désormais office de support à court terme. Du côté des indicateurs techniques, le titre…