En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 951.32 PTS
+0.54 %
4 940.5
+0.63 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-
DAX PTS
11 066.41
-
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.140
+0.29 %

Macron et May signent un traité sur le contrôle de l'immigration à leur frontière

| AFP | 683 | Aucun vote sur cette news
La ministre de l'Intérieur britannique Amber Rudd et son homologue français Gérard Collomb signent un nouveau traité sur le contrôle de l’immigration en présence de Theresa May et d'Emmanuel Macron, le 18 janvier 2018 à Londres
La ministre de l'Intérieur britannique Amber Rudd et son homologue français Gérard Collomb signent un nouveau traité sur le contrôle de l’immigration en présence de Theresa May et d'Emmanuel Macron, le 18 janvier 2018 à Londres ( Ian LANGSDON / POOL/AFP )

Emmanuel Macron et Theresa May ont vanté jeudi "l'entente cordiale" entre la France et le Royaume-Uni lors d'un sommet franco-britannique à Sandhurst qui a débouché sur la signature d'un traité sur le contrôle de l'immigration et le prêt de la Tapisserie de Bayeux.

Ce traité conclu par le président français et la Première ministre britannique est destiné à compléter les accords du Touquet de 2004, qui avaient instauré des contrôles d'immigration communs dans les ports des deux pays - sans réussir à juguler l'afflux de migrants à Calais.

Les deux dirigeants se sont retrouvés dans l'après-midi à l'Académie militaire royale de Sandhurst, un prestigieux établissement situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Londres.

Estimant que la situation n'était "pas satisfaisante à Calais", Emmanuel Macron a affirmé que ce nouveau "Traité de Sandhurst" permettrait "d'améliorer la gestion technique, opérationnelle de cette frontière commune".

"Cela va nous permettre de changer en profondeur les choses, aussi pour mineurs vulnérables, (...) d'avoir une approche plus humaine, plus efficace, et de préserver la qualité de notre frontière commune", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse avec Mme May.

Pour ce premier sommet bilatéral depuis le vote du Brexit, Londres entendait renforcer les liens avec Paris, comme en témoignent les annonces faites par le gouvernement britannique.

Downing Street a ainsi fait part de son intention d'augmenter de 44,5 millions de livres (50,5 millions d'euros) sa contribution financière au contrôle de la frontière à Calais, suite à une demande de la France.

"Nous renforcerons les infrastructure de sécurité avec davantage de vidéosurveillance, des clôtures et des technologies infrarouges à Calais et dans d'autres postes frontières", a assuré Theresa May.

Les délégations française et britannique autour d'Emmanuel Macron (d) et Theresa May (g), le 18 janvier 2018 à Sandhurst, près de Londres
Les délégations française et britannique autour d'Emmanuel Macron (d) et Theresa May (g), le 18 janvier 2018 à Sandhurst, près de Londres ( Ludovic MARIN / AFP )

Sur la coopération en matière de défense, elle a annoncé l'envoi de trois hélicoptères de transport lourd Chinook au Sahel pour épauler les troupes françaises, ainsi que des personnels non-combattants.

La contribution a été qualifiée de "conséquente" par une source proche de la délégation française, l'armée française manquant de capacités en la matière. La France a promis de son côté un appui au groupement tactique de l'Otan dirigé par le Royaume-Uni en Estonie.

Ce sommet "montre qu'une relation solide entre nos deux pays, est dans l’intérêt du Royaume-Uni, de la France et de l'Europe", a insisté Theresa May, répétant: "Le Royaume-Uni se prépare à quitter l'UE, mais cela ne signifie pas qu'il quitte l'Europe".

"Le Brexit n'a pas occupé l'essentiel de nos discussions", a relevé le président français. "Quelles que soient les négociations à venir, jamais ces discussions ne doivent nous amener à revenir sur la qualité de la relation bilatérale".

- 'Coup monté' -

Ces annonces ont cependant été diversement accueillies par la classe politique et la presse britanniques, des voix s'élevant pour critiquer les concessions de Downing Street.

"La France demande 45 millions de livres supplémentaires pour stopper les migrants à Calais, et on nous prête la tapisserie de Bayeux comme lot de consolation", s'est indigné le tabloïd europhobe Daily Mail, qui dénonce un "coup monté".

Ce prêt fait partie d'un programme d'échanges d’œuvres d'art présenté au cours du sommet. La tapisserie en question, chef d’œuvre du XIe siècle, relate la défaite de l'Angleterre face à l'invasion du duc de Normandie Guillaume le Conquérant. Elle reviendra au Royaume-Uni en 2022.

"Je suis honorée par le prêt d'une pièce si précieuse de notre histoire commune qui souligne encore une fois la proximité de notre relation", a salué Theresa May, qui a en outre annoncé un "nouveau fond" pour les échanges scolaires.

En France, le Traité de Sandhurst a été critiqué par le président des Hauts-de-France, la région de Calais, Xavier Bertrand. "Il n'y a rien de nouveau", a-t-il déploré sur BFM-TV. "Les Britanniques vont faire un chèque qui ne va permettre de payer qu'une partie de la facture".

M. Macron devra aussi convaincre l'opinion: selon un sondage Elabe pour BFM-TV publié jeudi, 61% des Français ne lui font pas confiance pour réformer la politique migratoire.

Sur les chaînes d'information britanniques, les images du sommet se sont battues en duel tout au long de la journée avec celles d'un couple particulièrement télégénique: le prince Harry et Meghan Markle, accueillis par des vivats lors d'une visite à Cardiff (ouest), à quelques mois de leur mariage le 19 mai.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

L'USD/JPY reste soutenu par une ligne de tendance haussière

Publié le 21/11/2018

Deinove, société de biotechnologie qui découvre, développe et produit des composés à haute valeur ajoutée à partir de bactéries rares, a annoncé la mise en place d’une nouvelle ligne de…

Publié le 21/11/2018

Apple corrigeait encore de 4,8% à Wall Street hier mardi, sous les 177$, après avoir perdu 4% lundi sur le Nasdaq...

Publié le 21/11/2018

Cerenis Therapeutics, société biopharmaceutique dédiée à la découverte et au développement de nouvelles thérapies innovantes basées sur les HDL pour le traitement des maladies…

Publié le 21/11/2018

Au 30 septembre 2018, l’actif net réévalué de NextStage progresse de +1% à 222,8 millions d'euros (vs. 220,6 millions d'euros au 30 juin 2018), soutenue par la revalorisation de l’une des…