En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 316.71 PTS
-0.8 %
4 313.00
-0.7 %
SBF 120 PTS
3 381.91
-0.97 %
DAX PTS
9 657.22
+0.26 %
Dow Jones PTS
21 695.32
+0.27 %
7 704.07
+1.52 %

Macron dévoile sa stratégie de lutte contre le "séparatisme" islamiste

| AFP | 385 | 5 par 1 internautes
Emmanuel Macron à Chamonix, le 13 février 2020
Emmanuel Macron à Chamonix, le 13 février 2020 ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )

Emmanuel Macron commence cette semaine à dévoiler sa stratégie de lutte contre "le séparatisme" et le radicalisme islamiste, en se rendant mardi dans un quartier populaire de Mulhouse à la rencontre des forces de l'ordre et des associations.

L'exercice s'annonce périlleux pour le chef de l'Etat, dont l'objectif est d'"apaiser" et non "de mettre la société sous tension" ni de stigmatiser, selon son entourage, sur cette question très sensible.

Le débat sur la montée des communautarismes s'est durci ces derniers mois, alimenté par de vives polémiques sur la laïcité, le port du voile ou le radicalisme. Une récente polémique sur une mère voilée lors d'une sortie scolaire, déclenchée par un élu RN, a divisé jusqu'au sein du gouvernement.

Le chef de l'Etat aborde régulièrement ce thème depuis des mois, fustigeant le communautarisme et l'islam radical, notamment dans son discours après les meurtres à la Préfecture de police de Paris.

Pressé de s'exprimer par les oppositions, Emmanuel Macron entend prendre le temps: il devrait effectuer un second déplacement la semaine prochaine et continuer à présenter la suite du plan après les élections municipales des 15 et 22 mars.

A Mulhouse, il est attendu dans le quartier de Bourtzwiller qui "concentre un certain nombre de problématiques", comme la pauvreté ou la délinquance, et "où la République doit réaffirmer sa présence", selon son entourage.

Il fera pour cela le point avec les forces de l'ordre, avant une table-ronde avec des représentants d'associations sociales, culturelles, religieuses ou sportives.

Accompagné du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, du secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, de Gabriel Attal (Jeunesse) et de Roxana Maracineanu (Sports), Emmanuel Macron a prévu de s'exprimer à l'issue de ces échanges.

Cette visite de terrain lui donnera l'occasion d'aborder les deux grands piliers de son plan.

D'un côté, celui, coercitif, de "la lutte contre le repli communautarisme, le séparatisme islamiste et le radicalisme". Il s'agit de cas comme les écoles hors contrat qui ne respectent pas les principes républicains, les jeunes filles non scolarisées, la séparation hommes-femmes dans les piscines, le censure de films ou de spectacles, associations culturelles qui deviennent religieuses, selon une source gouvernementale.

Il présentera aussi un volet positif de "reconquête républicaine des quartiers qui en ont besoin" en terme de services publics, de culture, d'équipements sportifs, pour que les habitants ne soient pas tentés d'aller vers des circuits parallèles.

"Islamisme politique"

Au total, la stratégie du gouvernement devrait s'appuyer sur quelque 25 actions, selon un document de travail datant de janvier et dévoilé par Le Point ce week-end.

Une partie d'entre elles portent également sur l'organisation de l'islam de France, notamment la formation des imams et le financement des lieux de culte par des pays étrangers. A l'image de la grande mosquée en cours de construction à Mulhouse, An-Nour, qui est financée en partie par le Qatar.

"Je souhaite que nous allions beaucoup plus loin en renforçant le contrôle sur les financements venant de l'étranger, en étant beaucoup plus durs à l'égard de toutes les formes de cet islamisme politique", avait déclaré Emmanuel Macron en avril 2019.

Pour préparer ce plan, la semaine dernière, il a réuni Christophe Castaner et Sébastien Lecornu (Collectivités locales), les députés LREM Aurore Bergé et Aurelien Taché ainsi qu'une douzaine de maires qui constatent des dérives communautaristes sur leur commune, comme Olivier Klein (Clichy), Eric Menassi (Trèbes) ou l'ancien maire de Sarcelles François Pupponi.

"Le président de la République ne souhaite en revanche pas aller sur le terrain du voile, qui divise sa majorité et sur lequel le Rassemblement national nous a provoqué", selon une source gouvernementale.

La droite appelle depuis des mois Emmanuel Macron à faire preuve de plus de fermeté sur ce dossier. "On est en train de perdre le combat contre l’islamisme", affirme dimanche dans le JDD le chef de file LR du Sénat Bruno Retailleau pour qui, "bientôt, il sera trop tard".

"Ce qui manque surtout, c'est la lucidité et le courage, qu’il s'agisse de l’islam politique, de la laïcité mais aussi de l'immigration", dénonce le sénateur, co-auteur, avec le chef des sénateurs centristes Hervé Marseille, d'une proposition de loi constitutionnelle visant au respect de la souveraineté nationale, de la démocratie et de la laïcité.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/03/2020

JCDecaux a annoncé offrir un abonnement d'un an à ses systèmes de vélo en libre-service en France à l'ensemble des personnels soignants du pays afin de faciliter leurs déplacements durant la…

Publié le 30/03/2020

La BCE a demandé vendredi aux banques de suspendre leurs dividendes et leurs rachats d'actions jusqu'au 1er octobre prochain...

Publié le 30/03/2020

Abbott Laboratories a reçu le feu vert de la FDA pour son test ultra-rapide du coronavirus. Il faut en effet environ cinq minutes pour détecter un cas positif et 13 minutes pour un cas négatif.…

Publié le 30/03/2020

H4D, CNP Assurances et La Croix-Rouge se joignent à l'effort national et installent une cabine de télémédecine au Centre de Santé Crf de...

Publié le 30/03/2020

Kering redonne 1% ce lundi à 475 euros, alors que le broker Jefferies reste à l'achat sur le dossier mais avec un objectif de cours ramené de 666 à...