En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
+0. %
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
+0. %
DAX PTS
9 632.52
-
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
+0. %

Macron, masqué, visite l'hôpital militaire de Mulhouse et annonce davantage de tests

| AFP | 425 | Aucun vote sur cette news
Vue de l'hôpital militaire de campagne installé à Mulhouse, le 22 mars 2020
Vue de l'hôpital militaire de campagne installé à Mulhouse, le 22 mars 2020 ( PATRICK HERTZOG / AFP )

C'est la première fois qu'on le voit porter un masque depuis le début de l'épidémie: Emmanuel Macron en a enfilé un de type FFP2 en arrivant mercredi après-midi à l’hôpital militaire de campagne de Mulhouse, où il a annoncé une multiplication des tests, qui seront portés à 29.000 par jour, notamment pour les soignants et dans les Ehpad.

Accompagné de seulement trois conseillers, le chef de l'Etat est arrivé vers 17h30 dans ce village de tentes installé cette semaine sur le parking d'un centre hospitalier de la ville. Il s'agit de soulager les hôpitaux de la région, débordés par le nombre de cas graves, au point qu'une vingtaine de malades vont être évacués par un TGV médicalisé, une première.

Le président a d'abord passé une heure à échanger avec une quinzaine de médecins et de personnels hospitaliers (médecins, urgentistes, anesthésistes..), ainsi que des élus du Grand Est, la région la plus touchée par l'épidémie. Tous masqués.

Plusieurs d'entre eux l'ont interpellé sur le manque de matériels, notamment de masques, comme Marie Castro, directrice d'un Ehpad de Wintzenheim et le Dr Tryniszewski, médecin de ville.

"La situation est inédite, c'est du jamais vu, le système est submergé, c'est très inquiétant", a aussi averti un urgentiste mulhousien. "Le flux des malades ayant besoin de réanimation est sans fin, on pourrait remplir une rea classique tous les jours !", a renchéri une autre urgentiste.

"Je mesure ce que vous êtes en train de prendre comme stress, comme charge de travail, et vous avez accompli un travail remarquable", leur a dit le chef de l'Etat, en annonçant que le nombre de tests en France allait être porté à 29.000 par jour contre 5.000 actuellement, surtout pour les soignants et les Ehpad.

Une réponse à l'OMS qui a réclamé de tester le plus possible.

"Je sais les difficultés qui préexistaient pour l'hôpital et j'en tirerai toutes les conséquences", a aussi dit le chef de l'Etat. Il a aussi annoncé qu'un numéro de téléphone pour les soignants et les familles allait être mis en place afin de leur apporter un soutien psychologique.

Il a enfin répondu à des questions sur la chloroquine, médicament qui suscite des espoirs mais divise le monde médical. "Je ne souhaite qu'une chose, que ça marche, mais je ne sais pas. Il faut que ça reste dans un protocole médical", a-t-il jugé.

Le chef de l'Etat devait ensuite visiter une tente médicalisée, mais sans patients à l'intérieur.

Cette installation militaire temporaire, habituellement réservée aux blessés de guerre, forte d'une centaine de soignants, peut accueillir simultanément 30 patients. Déjà 10 malades y sont hospitalisés.

"C’est historique et exceptionnel, à hauteur de cette crise sanitaire qui est exceptionnelle", a commenté dans la presse le médecin principal Antoine, qui a déployé l'installation.

A ce jour 1.331 décès du Covid-19 ont été enregistrés dans les hôpitaux et 2.827 patients sont en réanimation, avec plus d'un tiers dans le Grand Est, selon un dernier bilan officiel fourni mercredi.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...