En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 790.92 PTS
-0.19 %
4 793.0
+0.01 %
SBF 120 PTS
3 805.09
-0.19 %
DAX PTS
10 812.76
+0.38 %
Dowjones PTS
23 592.98
-2.11 %
6 448.39
+0.00 %
1.138
+0.33 %

Macron annonce le retour de la réforme constitutionnelle devant l'Assemblée début janvier

| AFP | 323 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron donne un discours devant le Conseil constitutionnel à Paris, le 04 octobre 2018
Emmanuel Macron donne un discours devant le Conseil constitutionnel à Paris, le 04 octobre 2018 ( Thomas SAMSON / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a annoncé jeudi que la réforme constitutionnelle, suspendue cet été lors de l'affaire Benalla, reviendra à l'Assemblée nationale "début janvier".

"Je sais que le gouvernement, par le dialogue, avec l'Assemblée nationale et le Sénat, trouvera la manière de faire intelligemment cheminer cette réforme", a ajouté le chef de l'Etat, lors d'un discours devant le Conseil constitutionnel marquant le 60e anniversaire de la Ve République.

Début septembre, Edouard Philippe avait indiqué que la réforme des institutions serait examinée "avant la fin de l'hiver". "Elle requiert deux semaines d'examen consécutif à l'Assemblée", avait-il précisé, en ajoutant que les trois volets de la réforme (projet de loi constitutionnel, organique et ordinaire) étaient concernés par ce nouveau calendrier.

En théorie, la première semaine en janvier, dont l'ordre du jour est fixé par le gouvernement, est celle du 21 janvier, selon le calendrier prévisionnel de la session ordinaire en cours. De sources concordantes, les travaux sur la réforme des institutions pourraient cependant débuter dès le 14 janvier, et la reprise de la session après les vacances.

Le gouvernement avait décidé le 23 juillet de suspendre l'examen de la révision constitutionnelle jusqu'à nouvel ordre, l'Assemblée nationale étant paralysée pendant plusieurs jours par l'affaire Benalla.

Le Sénat, dominé par la droite, sans qui l'adoption de la réforme est donc impossible, voit dans ce texte un affaiblissement des droits du Parlement face à l'exécutif, avec notamment la proposition de limiter les amendements ou réduire les navettes pour les textes.

La réforme constitutionnelle prévoit notamment la suppression de la Cour de justice de la République, qui juge les ministres en fonction, au profit de la cour d'appel de Paris. Elle doit également réformer les conditions de fabrique de la loi, notamment les règles de dépôt d'amendements et l'accélération des procédures.

D'autres dispositions figurent dans les projets de loi organique et ordinaire dont la limitation du cumul à trois mandats identiques dans le temps et l'introduction d'une dose de 15% de proportionnelle. M. Macron n'a cependant pas évoqué dans son discours vendredi la réduction de 30% du nombre de parlementaires, un des points de friction avec le Sénat.

Durant son allocution d'une quarantaine de minutes devant un parterre d'anciens chefs de l'Etat et d'élus, M. Macron s'est attaché à rappeler la philosophie de sa réforme.

Évoquant le texte de 1958, il a ainsi souligné que "savoir en pratiquer les souplesses et parfois l(e) modifier est la meilleure garantie de sa pérennité pour l'avenir".

"C'est une tâche qui n'est jamais terminée. La condition de son succès tient à un facteur déterminant: il nous faut raisonner à partir des besoins de la nation et non à partir des intérêts des institutions existantes", a-t-il plaidé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Beijing (Pékin) - Artprice, suite à différentes dates invoquées par des tiers, se doit de préciser ce 18 décembre que le démarrage officiel de la commercialisation des…

Publié le 18/12/2018

A l'occasion de sa visite sur le campus de Polytechnique à Paris-Saclay pour inaugurer l'IPVF et signer la Chaire Trend X, Patrick Pouyanné, PDG de...

Publié le 18/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/12/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…

Publié le 18/12/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…