En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
+1.02 %
6 101.50
+1.12 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0.53 %
1.109
0. %

Macron aborde les municipales comme une première marche vers 2022

| AFP | 374 | 3.67 par 6 internautes
Emmanuel Macron au Congrès des maires de France Porte de Versailles à Paris le 19 novembre 2019
Emmanuel Macron au Congrès des maires de France Porte de Versailles à Paris le 19 novembre 2019 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Sans s'impliquer de façon visible, Emmanuel Macron aborde les municipales comme le premier volet du trio de scrutins qui, avec les sénatoriales fin 2020 puis les départementales et les régionales en 2021 paveront la voie de la présidentielle dans deux ans.

Dans son entourage, la prudence est de mise pour mars. "Il ne serait pas anormal qu'on se vautre", prévient un ministre. "Nous avons toujours été très lucides sur l'échéance municipale. Les +midterms+ ne sont jamais bonnes pour le pouvoir en place", souligne une source gouvernementale.

Si Emmanuel Macron est déjà en campagne, c'est pour 2022. "Ce sera la première brique de notre construction jusqu'à l'élection présidentielle", ajoute la même source. "Mais nous n'avons jamais considéré qu'il fallait enjamber l'élection comme si c'était une dent à arracher".

Deuxième rendez-vous électoral du quinquennat après les européennes de mai 2019, les municipales seront un test pour son parti nouveau-né qui tire toute sa légitimité de son chef. Le sort des candidats étiquetés LREM rejaillira donc sur lui. Ce qu'il ne souhaite visiblement pas.

Le président prend soin de se tenir à distance. Hormis la réception de 2.000 maires à l'Elysée fin novembre, il évite actuellement tout événement qui pourrait s'apparenter à la campagne. Plusieurs de ses cérémonies de voeux resteront confidentielles.

"Il va essayer de se détacher de l'enjeu des municipales. Il n'ira probablement pas faire campagne dans des grandes villes pour soutenir ses candidats. Les Français ne l'attendent pas là", pronostique Franck Louvrier, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

"Il pensait sans doute pouvoir transformer l'essai après les européennes mais il sait qu'il n'est pas dans une phase de popularité et qu'il s'agit d'abord d'équations locales. De plus ses candidats ne sont pas toujours à la hauteur, comme le montre la multiplication des dissidents", souligne-t-il.

"Nicolas Sarkozy n'avait participé à la campagne que pour soutenir des proches. Emmanuel Macron ne sera pas comme lui ou François Hollande sollicité par des barons du parti", ajoute l'ex-conseiller.

Le tremplin des régionales

En coulisses, le chef de l'Etat prend en revanche l'affaire en main personnellement. Passionné de carte électorale qu'il a apprise canton par canton, il se penche sur les candidatures jusque dans les petites villes. Il réunit d'ailleurs chaque mois à l'Elysée les cadres LREM et la commission d'investiture, avec ses conseillers politiques, pour discuter des personnalités à choisir et des alliances locales.

Il s'est aussi efforcé de rétablir de bonnes relations avec les maires, très hostiles au début du quinquennat à ce président "vertical" qui avait fait supprimer abruptement la taxe d'habitation.

Pour les amadouer, le chef de l'Etat est revenu en 2019 devant le Congrès des maires de France et fait passer un texte qui améliore le statut des élus.

Mais conscient des faiblesses de son jeune parti, il se projette déjà vers les sénatoriales, les départementales et surtout les régionales qui, pour lui, donneront le ton de la présidentielle. C'est là que peuvent émerger des adversaires potentiels, comme Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, ou Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France.

"Il est logique qu'il mise davantage sur les régionales, qui sont des élections beaucoup plus politiques, avec seulement 13 présidents de région", note Franck Louvrier.

"Pour lui, c'est un arc électoral de trois élections. Il scrute les régions une par une pour trouver la bonne équation", explique un conseiller.

L'Elysée s'inquiète pourtant des résultats des grandes villes, les plus clairement interprétables au niveau national. Mais à Paris, Lyon, Marseille, Lille ou Bordeaux, LREM est en difficulté, alors que des proches d'Emmanuel Macron sont en lice: Benjamin Griveaux à Paris, Thomas Cazenave à Bordeaux, Gérard Collomb pour la métropole de Lyon.

Ce qui ne peut que conforter le choix du président de ne pas paraître s'en mêler.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits annonce la conclusion d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette...