En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.02 %

Macron veut mettre fin à la guéguerre entre universités et grandes écoles à Saclay

| AFP | 582 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron prononçant un discours lors de l'inauguration d'un nouveau campus universitaire à Saclay, dans l'Essonne, le 25 octobre 2017
Emmanuel Macron prononçant un discours lors de l'inauguration d'un nouveau campus universitaire à Saclay, dans l'Essonne, le 25 octobre 2017 ( Etienne LAURENT / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a cherché à relancer l'ambitieux projet d'établir une Silicon Valley à la française sur le plateau de Saclay en officialisant mercredi la création de deux pôles universitaires, après plusieurs années de paralysie.

"Le temps des atermoiements est derrière nous", a affirmé le président au cours d'une visite de cet immense campus situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris.

Il a pris acte des blocages qui entravent le projet à la fin des années 2000 sous le mandat de Nicolas Sarkozy, qui prévoyait de créer un pôle universitaire et scientifique intégré pouvant rivaliser avec les prestigieuses universités britannique Cambridge et américaines Stanford ou Berkeley.

Mais très rapidement, le projet s'est enlisé et les divergences, notamment entre grandes écoles (dont Polytechnique) et universités, ont occupé le devant de la scène.

Pour sortir de l'impasse, M. Macron a voulu, dans un discours face aux responsables du plateau et des étudiants, "graver dans le marbre" la constitution d'un "pôle d'excellence autour de deux ensembles universitaires".

Le premier, "sous la marque Université Paris-Saclay", va regrouper les universités Paris-Sud, Versailles-Saint-Quentin et Evry, les écoles CentraleSupélec, ENS (ex-Cachan) et IOGS (ex-SupOptique).

Le deuxième "sera une alliance de grandes écoles" d'ingénieurs: Polytechnique, Ensta, Ensae, Telecom Paris Tech et Telecom Sud Paris.

"Ces deux pôles seront riches parce que divers", a déclaré M. Macron.

- attractivité -

Au total, ils regroupent 19 grandes écoles, universités et centres de recherche, soit 76.000 étudiants et 11.000 enseignants-chercheurs. Un tissu de grandes entreprises, comme EDF et Danone, et de start-up parfois créées par d'anciens étudiants, s'est développé sur ces anciennes terres agricoles.

"Je crois très profondément à ce projet", dans lequel "l'Etat jouera tout son rôle", notamment financier, a ajouté le président.

La Cour des comptes a chiffré à 5,3 milliards d'euros les financements publics engagés depuis 2010 sur le plateau de Saclay, notamment pour construire des bâtiments flambant neuf de plusieurs écoles qui ont déménagé du centre de Paris.

"La marche arrière n'est désormais plus possible", a-t-il mis en garde à l'adresse de tous les acteurs.

Outre les divergences entre établissements, la situation a pâti du fait que trois ministères intervenaient dans ce dossier (Enseignement supérieur pour les universités, Défense pour Polytechnique et l'Ensta ParisTech, et Bercy pour Télécom ParisTech et CentraleSupélec). Et les précédents gouvernements ont été critiqués pour ne pas avoir arbitré clairement les différends.

L'établissement Paris-Saclay a certes été créé en janvier 2015 et un président nommé, Gilles Bloch.

Mais, dans un rapport sévère publié en février, la Cour des comptes jugeait que "la création d'une grande université de recherche intégrant universités et grandes écoles" était "au point mort". "L'Etat se révèle incapable de parler d'une seule voix" et laisse deux visions concurrentes s'opposer.

Pour la France, l'un des enjeux est de progresser dans les classements mondiaux d'écoles et universités, comme celui de Shanghai, afin d'attirer les meilleurs universitaires et étudiants.

"Vous savez comme moi qu'indépendamment de ces classements, la clarté et la lisibilité de nos organisations sont devenues essentielles" pour attirer "les meilleurs étudiants et les meilleurs chercheurs", a insisté M. Macron.

L'université Paris-Saclay doit en outre présenter d'ici à la mi-décembre un dossier pour obtenir le label Idex (Initiative d’excellence), qui distingue les pôles universitaires d'envergure mondiale.

Saclay avait déjà obtenu ce label il y a cinq ans. Mais en avril 2016, le jury international chargé d'évaluer à nouveau les projets lui avait donné 18 mois pour faire ses preuves et avancer dans son projet d'intégration, sous peine de perdre ce label et la dotation de 30 millions d'euros afférente.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/12/2018

Les Lyonnais Nabil Fekir et Houssem Aouar ont tous les deux marqué dans le large succès de l'OL sur Monaco au Parc OL, le 16 décembre 2018 ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )Lyon, sur un nuage depuis…

Publié le 16/12/2018

Le médium brésilien Joao de Deus (c) arrive à son temple d'Abadiania, dans l'Etat de Goias près de Brasilia, le 12 décembre 2018 ( EVARISTO SA / AFP/Archives )Accusé d'agressions sexuelles…

Publié le 16/12/2018

Alexandre Benalla devant la commission d'enquête du Sénat, le 19 septembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )"Ca peut paraître loufoque mais c'est la réalité": devant les juges, Alexandre…

Publié le 16/12/2018

Alexandre Benalla le 19 septembre 2018 lors de son audition devant une commission du Sénat ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )Le dossier du 1er mai s"épaissit pour Alexandre Benalla:…

Publié le 16/12/2018

La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 27 novembre 2018 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )La secrétaire d'Etat…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...