5 526.36 PTS
+0.30 %
5 530.5
+0.40 %
SBF 120 PTS
4 417.35
+0.42 %
DAX PTS
13 344.59
+1.09 %
Dowjones PTS
25 803.19
+0.89 %
6 758.54
+0.00 %
Nikkei PTS
23 951.81
+1.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Emmanuel Macron tacle les "esprits chagrins" qui critiquent son séjour à Chambord

| AFP | 354 | 1 par 1 internautes
Emmanuel Macron, le 14 décembre 2017 à Bruxelles
Emmanuel Macron, le 14 décembre 2017 à Bruxelles ( THIERRY ROGE / BELGA/AFP )

Emmanuel Macron a critiqué dimanche les "esprits chagrins" qui ont vu un symbole monarchique dans son week-end près du château de Chambord (Loir-et-Cher) où il a célébré un "Noël avant l'heure" en famille.

"Il ne faut pas tomber dans cette espèce d'esprit chagrin qu'ont beaucoup qui voudraient voir toujours des symboles", a déclaré le président de la République à l'AFP et RTL, au cours d'un entretien devant le château.

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon s'était auparavant dit "content" que M. Macron "soit allé à Chambord parce que ça donne de lui une image monarchique qui me semble correspondre à l'idée qu'il se fait de lui-même."

"Dans la monarchie présidentielle, tout est spectaculaire, le +corps du roi+, comme on dit, est quasi sacré", a-t-il analysé, sur le plateau du "Grand rendez-vous" CNews-Europe1-Les Echos, estimant que sous la Ve République un président ne "fait pas ce qu'il veut" concernant sa vie privée.

"Mais honnêtement, on ne va pas aller lui chercher pouilles, c'est la Constitution qu'il faut changer", a poursuivi M. Mélenchon, partisan d'une VIe République.

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon le 11 octobre 2017 à Grenoble
Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon le 11 octobre 2017 à Grenoble ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

M. Macron a au contraire fait valoir que le château de Chambord avait, au-delà de la royauté française, "une vraie histoire républicaine" : "C'est une histoire de nature, où on réconcilie l'attachement à la nature et à la biodiversité et la tradition de la chasse", a-t-il dit. "Moi, les polémiques, c'est pas la première, elles ne m'intéressent pas beaucoup."

Le président est arrivé vendredi à Chambord pour un "Noël avant l'heure" avec une quinzaine de membres de sa famille. Ils ont séjourné dans un gîte près du château, loué 800 euros le week-end et payé sur les deniers du président.

- 'Coût raisonnable' -

"J'aurais pu décider de passer mon Noël en famille à l'Élysée et j'aurais pu faire comme beaucoup de mes prédécesseurs, profiter des lieux de la République", a relevé M. Macron.

"Il y a plus d'un million de visiteurs (par an au château, ndlr) et je ne suis pas sûr que ce soit un million de privilégiés", a-t-il souligné, au côté de Jean d’Haussonville, directeur du domaine national de Chambord. "C'est un coût raisonnable que peut se payer un président de la République qui veut faire plaisir à sa famille", a-t-il ajouté.

Après s'être rendu samedi au zoo de Beauval qui héberge le premier bébé panda né en France, dont Brigitte Macron est la marraine, le couple présidentiel a effectué une visite ludique de la demeure royale avec les enfants et petits-enfants de Brigitte Macron, avant de se réunir dans une salle de la demeure royale louée pour environ 600 euros, selon l'Elysée.

Dimanche, le chef de l'Etat a fait un footing le long du canal puis a assisté au spectacle "La belle et la bête, une nouvelle histoire".

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale Richard Ferrand a tenté de clore le débat, estimant dimanche qu'il ne "casse pas trois pattes à un canard".

"Que se passe-t-il? Le Président de la République, son épouse et sa famille ont loué des gîtes ruraux dans le Loir-et-Cher, à proximité de Chambord, tous les Français peuvent le faire, sur ses deniers personnels", a-t-il développé au "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

"Il y a suffisamment d'occasions et de raisons de critiquer Emmanuel Macron pour ses choix politiques pour ne pas s'engouffrer dans ce genre de polémiques", a déclaré le vice-président du Front national, Nicolas Bay, invité de Questions politiques France Inter-France Info-Le Monde. "Emmanuel Macron, pendant la campagne présidentielle nous expliquait qu'il n'y a pas de culture française, je vois qu'il a changé d'avis", a-t-il néanmoins raillé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Incertains en début de séance, les marchés actions européens ont repris le chemin de la hausse, soutenus par le repli de l'euro. Les investisseurs réagissent également aux informations Reuters…

Publié le 16/01/2018

La semaine boursière démarre réellement aujourd'hui, puisque Wall Street était fermée hier

Publié le 16/01/2018

EVS Broadcast Equipment annonce la nomination de Pierre De Muelenaere en tant que président du conseil d'administration...

Publié le 16/01/2018

Le Tribunal de l'Union européenne a confirmé la décision de la Commission ordonnant à la France de récupérer 1,37 milliard d'euros dans le cadre d'une aide d'État accordée à EDF. Le 16…

Publié le 16/01/2018

Un bel exercice 2017...

CONTENUS SPONSORISÉS