En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Grand débat: Macron à la rencontre des enfants à Angers, manifestations dans le centre-ville

| AFP | 399 | 3 par 2 internautes
Emmanuel Macron converse avec des enfants le 28 mars 2019 à Beaupreau-en-Mauges
Emmanuel Macron converse avec des enfants le 28 mars 2019 à Beaupreau-en-Mauges ( LOIC VENANCE / AFP )

Emmanuel Macron est allé à la rencontre des élus, puis des enfants, dans le cadre du grand débat jeudi à Angers où quelque 900 manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville pour protester contre la réforme de l'éducation et des suppressions d'emplois.

Dans le Maine-et-Loire, le chef de l'État s'est d'abord entretenu avec la présidente de la région Christelle Morançais (LR) et le maire Christophe Béchu (ex-LR), avant de déjeuner avec une cinquantaine d'élus, dont les maires des communes des chefs-lieux de cantons et les représentants des associations de maires des Pays-de-la-Loire.

Il a ensuite rencontré en fin d'après-midi une cinquantaine d'enfants d'une dizaine d'années dans le centre culturel de Beaupréau-en-Mauges, une commune de 23.000 habitants située entre Angers et Nantes.

"Ca doit durer un heure et demie, mais avec le président ça peut durer 6 heures", a averti en souriant le secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'Enfance Adrien Taquet. La rencontre a finalement duré "seulement" deux heures environ et s'est terminée sur un jeu de questions-réponses sur les "gilets jaunes".

"J'ai bien compris" leur message et "j'ai envie de répondre" à ceux qui "ne sont pas violents", a affirmé Emmanuel Macron. "Le plus vite serait le mieux", a répondu le chef de l'Etat en répondant à un enfant qui lui demandait quand se termineraient les manifestations du samedi.

Faisant la distinction entre les manifestants disant qu'"on ne vit pas assez bien" et les "ultras", il a souligné qu'"aucune cause" ne justifiait de "casser, attaquer les forces de l'ordre, ne pas être respectueux avec les gens, insulter".

Premier thème abordé par les enfants, longuement, l'écologie, en commençant par la surabondance de plastique. Ils ont proposé de limiter la production, renoncer aux emballages ou ramasser les déchets.

Emmanuel Macron s'entretient avec des enfants le 28 mars 2019, à  Beaupreau-en-Mauges
Emmanuel Macron s'entretient avec des enfants le 28 mars 2019, à Beaupreau-en-Mauges ( LOIC VENANCE / AFP )

Interrogeant les enfants comme à l'école, le chef de l'Etat leur a fait un petit cours de politique. "Il faut expliquer, changer nos habitudes, habituer les gens à une forme de civisme, produire moins de plastique mais progressivement car il y a des tas de gens qui travaillent pour en produire, il faut les accompagner pour qu'ils aient un autre travail", a-t-il répondu, avant de passer au second sujet, le cyberharcèlement.

Dans le centre d'Angers, où les forces de l'ordre étaient déployées en grand nombre, environ 900 personnes, selon la préfecture, se sont rassemblées sur la place du Grand Théâtre avant de défiler. Une partie d'entre elles brandissaient des drapeaux de la CGT, de FO ou de la FSU et des banderoles portant surtout sur la réforme de l'enseignement du ministre Jean-Michel Blanquer: "Non aux réformes Blanquer", "Bloquez Blanquer". Peu de "gilets jaunes" étaient visibles.

Ils ont été rejoints par environ 150 salariés de la principale papeterie d'Arjowiggins en France, à Bessé-sur-Braye (Sarthe), menacée de liquidation judiciaire, qui en appelaient à l'Etat pour sauver leurs emplois.

Peu avant midi, des salariés d'Arjowiggins ont envahi la gare d'Angers, occupant les voies ferrées, a constaté un journaliste de l'AFP. La circulation des trains a été interrompue pendant une heure, a indiqué la SNCF, qui a coupé l'alimentation électrique par sécurité.

"Malheureusement, on attend une liquidation judiciaire demain (vendredi). Pourtant on a des clients qui attendent qu'on reparte. Aujourd'hui, on veut se faire remarquer car on a été trop +soft+. Les médias ont beaucoup parlé des casseurs et peu de nous", a déclaré Chrystelle, employée chez Arjowiggins depuis 35 ans.

Les protestataires ont également bloqué le tramway d'Angers.

Ce déplacement est l'un des derniers du président dans le cadre du grand débat qu'il avait lancé le 15 janvier pour tenter de trouver une issue à la crise des gilets jaunes. Il doit recevoir vendredi à déjeuner à l'Elysée les élus des Hauts-de-France, une réunion boycottée par des parlementaires LR et LFI, avant de se rendre en Bretagne le 3 avril puis en Corse le lendemain.

mas-jri-aag-hdu-leb/jk/cam

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/04/2019

Un agent de sécurité compte de petites coupures de dollar le 13 mars 2019 à Mutoko, au Zimbabwe ( Jekesai NJIKIZANA / AFP )Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la…

Publié le 21/04/2019

David Checa, au guidon de la Kawasaki N.11,va passer le relais à Erwan Nigon (2d) lors des 24 Heures du Mans Motos, le 21 avril 2019 au Mans ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )La…

Publié le 21/04/2019

La Mint, concept de citadine électrique de Genesis pour séduire les jeunes urbains fortunés, dévoilée au salon auto de New York le 17 avril 2019 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )Le ralentissement…

Publié le 21/04/2019

Des Ukrainiennes en tuniques brodées traditionnelles devant la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev ( SERGEI SUPINSKY / AFP/Archives )L'Ukraine, où se tient dimanche le second tour de la…

Publié le 21/04/2019

Le comédien et candidat à la présidentielle en Ukraine Volodymyr Zelensky lors d'un débat avec le président sortant Petro Porochenko le 19 avril 2019 à Kiev ( Vasily MAXIMOV / AFP )Le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…