En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-0.62 %
5 066.50
-0.30 %
SBF 120 PTS
4 049.60
-0.66 %
DAX PTS
11 524.34
-0.26 %
Dowjones PTS
25 400.63
-0.17 %
7 159.96
+0.74 %
1.147
-0.39 %

Macron: 6 mois de réformes au pas de charge et un style autoritaire

| AFP | 252 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron, après un entretien diplomatique à l'Élysée, le 25 septembre 2017
Emmanuel Macron, après un entretien diplomatique à l'Élysée, le 25 septembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

En six mois, le président français Emmanuel Macron a réformé tambour battant, y compris les dossiers les plus explosifs, mais au prix d'une baisse de popularité sans précédent que plombe également un style parfois jugé cassant.

Fort du triomphe de son parti En Marche! aux législatives en juin, il a fait voter dès cet été la loi sur la moralisation de la vie politique et imposé la réforme du droit du travail, une petite révolution qui continue à susciter de nombreuses manifestations dans la rue.

"Il se place sur un horizon de très long terme et ne cède pas", résume un proche. Pour les observateurs, celui qui, à 39 ans, est le plus jeune président élu en France pense déjà à sa réélection en 2022.

Emmanuel Macron, lors d'un déplacement à Lyon sur le thème de la sécurité, le 28 septembre 2017
Emmanuel Macron, lors d'un déplacement à Lyon sur le thème de la sécurité, le 28 septembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Décidé à maintenir un rythme élevé de réformes malgré une popularité en baisse de 20 points depuis son arrivée - du jamais vu -, M. Macron a mis en chantier les réformes de l'assurance chômage, de la formation professionnelle, de la politique du logement ou encore de l'entrée à l'université.

En 2018 et les années suivantes, ce sera le tour notamment de la justice et des régimes de retraites, sans oublier la promesse de baisser le nombre de députés et de sénateurs.

Il a de plus voulu redonner à la fonction présidentielle une stature d'autorité et une aura internationale que saluent selon des sondages une majorité de Français.

Emmanuel Macron serrant la main de Donald Trump, lors d'une rencontre aux Nations unies, le 18 septembre 2017, à New-York
Emmanuel Macron serrant la main de Donald Trump, lors d'une rencontre aux Nations unies, le 18 septembre 2017, à New-York ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

"Ces six mois se sont bien passés", assure son entourage. "Le pays est mûr pour ces réformes", renchérit une source gouvernementale.

Face à lui, l'opposition semble de plus durablement affaiblie par la vague Macron. Ni les syndicats ni La France Insoumise (LFI, gauche radicale) n'ont réussi à faire barrage à la réforme du droit de travail. Jean-Luc Mélenchon, le leader de LFI qui lutte contre les "réformes libérales" de Macron, a lui-même récemment concédé: "pour l'instant, c'est lui qui a le point".

Emmanuel Macron tient une conférence de presse lors d'un sommet européen à Bruxelles, le 20 octobre 2017
Emmanuel Macron tient une conférence de presse lors d'un sommet européen à Bruxelles, le 20 octobre 2017 ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Quant au parti socialiste, l'ancienne formation au pouvoir, il est moribond. Les Républicains, l'opposition de droite, sont divisés, entre ceux qui ont rejoint Macron, dont le Premier ministre Edouard Philippe, et ceux qui veulent rester dans l'opposition. Enfin, le Front national (extrême droite) a encore du mal à se relever de sa déroute de l'entre-deux tours de la présidentielle.

Mais le chef d'Etat réformateur doit se battre avec une étiquette de "président des riches" qui lui colle à la peau, d'autant plus après sa réforme de l'impôt sur la fortune, qui a nettement allégé ce que paient les plus nantis.

- 'Fainéants' et 'jaloux' -

Le palais présidentiel compte corriger cette image en abolissant pour 80% des ménages la taxe d'habitation, un impôt frappant chaque personne disposant d'un bien immobilier, et en réduisant des cotisations salariales dès janvier.

"Il a le temps", souligne le politologue Bruno Cautrès (Cevipof). Le calendrier électoral est vide jusqu'aux européennes de 2019 et la conjoncture économique s'améliore.

Emmanuel Macron s'est d'ailleurs fixé une échéance de 18 mois à deux ans pour un premier bilan de ses réformes. Les Français lui accordent un délai puisque 50% estiment qu'il est encore trop tôt pour juger.

Il affiche enfin d'immenses ambitions pour l'Europe, allant d'une armée européenne à des taux d'imposition coordonnés. Et il a réussi à faire renforcer les conditions sur le travail détaché au sein de l'UE, un système vivement critiqué en France.

Le style Macron peut cependant mal passer. Il a fustigé les "fainéants", les "cyniques", les "jaloux" qui s'en prennent aux riches et veulent "jeter des cailloux sur les premiers de cordée", ceux qui réussissent. Et reproché à des manifestants de "foutre le bordel" au lieu de chercher du travail.

"La suite dépendra de ses succès socio-économiques. (...) Il a l'image de quelqu’un qui ne porte pas d'attention aux souffrances du peuple, ce qui lui nuit", avertit Bruno Cautrès.

Dans une Une en clin d'oeil, la dernière édition du magazine américain Time a barré une photo de Macron d'un grand "Le prochain leader de l'Europe", mais avec une astérisque renvoyant à une nuance: "S'il arrive d'abord à diriger la France".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

    WORLDLINE SA Société Anonyme au capital de 90.746.112,88 euros Siège social : River Ouest - 80 Quai Voltaire - 95870 BEZONS 323 623 603 RCS…

Publié le 22/10/2018

  Communiqué de Presse     Renforcement de GEMMES VENTURE au capital de CROSSJECT par conversion d'obligations convertibles     Dijon, le 22…

Publié le 22/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 22/10/2018

   Communiqué de Presse - Paris, le 22 octobre 2018     Danone confirme son objectif de croissance supérieure, durable et rentable     Le Séminaire Investisseurs de…

Publié le 22/10/2018

Paris, 22 octobre 2018, 18h   AB Science annonce avoir complété le recrutement de l'étude de phase 3 du masitinib dans le traitement de la maladie d'Alzheimer   Les…