En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 335.38 PTS
+0.36 %
5 330.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 281.18
+0.27 %
DAX PTS
12 517.06
+0.04 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
+0.00 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

LR: Raffarin veut mettre Wauquiez sous "observation vigilante"

| AFP | 516 | Aucun vote sur cette news
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, aux Invalides à Paris, le 5 juillet 2017
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, aux Invalides à Paris, le 5 juillet 2017 ( Michel Euler / POOL/AFP/Archives )

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin veut mettre le nouveau président des Républicains, Laurent Wauquiez, sous "observation vigilante", appelant à la réunification d'une "droite ouverte".

"J'ai participé à un scrutin, j’en respecte le résultat", a déclaré sur France Inter M. Raffarin, qui a voté pour Maël de Calan.

"On va mettre en observation Laurent Wauquiez. Elle sera vigilante, une observation vigilante", a-t-il dit. "On est dans l’observation : vigilance d’un côté, bienveillance de l’autre", a-t-il précisé, évoquant Emmanuel Macron.

"Ce qui paraît très important aujourd’hui, c’est que la droite ouverte pense à la perspective de se réunifier. Elle se réunira selon deux schémas, à l’intérieur des Républicains, ou à l’extérieur. Ca, on a une année pour le décider", a affirmé l'ancien sénateur de la Vienne.

Pour M. Raffarin, "soit on revient au modèle de l'UMP, c'est-à-dire qu’à l’intérieur de la droite, il y a une place pour le centre". Soit, si ce scénario "n'est pas possible", "il faudra revenir à un schéma tel que nous l’avons connu par le passé, avec une droite qui était représentée par le RPR et avec un centre, une droite ouverte qui était celle de l’UDF".

La droite ouverte doit-elle se fondre dans le mouvement du chef de l'Etat, La République en marche ? "Elle ne doit pas, je pense, parce qu’on n’est pas en accord sur tout", a répondu M. Raffarin, estimant cependant que "dans une confédération, on pourrait peut-être s’entendre".

"Aujourd’hui il y a un certain nombre de sujets sur lesquels nous sommes en vraie communion avec ce que fait la majorité. Mais nous avons aussi des divisions", a-t-il dit, citant la hausse de la CSG.

En ce qui concerne LR, "la ligne du Front national est une ligne qu’on ne doit pas franchir", a-t-il souligné. "On sera extraordinairement attentifs et vigilants (…) c’est clair qu’entre Macron et Le Pen, nous sommes avec Macron".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

Etapé clé franchie dans le programme Isoprod...

Publié le 22/06/2018

EDF retombe de 1,1% à 11,7 euros en début de séances, la spéculation liée à une éventuelle scission de l'électricien s'essoufflant après les propos de...

Publié le 22/06/2018

Somfy annonce qu'il va sortir la société chinoise Dooya, qu'il contrôle à 70%, de son périmètre d’intégration globale pour la consolider selon la méthode de la mise en équivalence. Les…

Publié le 22/06/2018

L'Association internationale du transport aérien (IATA) s'est dit dans un communiqué "inquiète" des propositions du gouvernement français concernant la privatisation d'ADP. "La privatisation doit…

Publié le 22/06/2018

Une sursouscription de 4,2 fois l'offre proposée et une demande globale de 160 ME : c'est le résultat de l'introduction de 2CRSI qui va donc...