En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

LR: Raffarin inquiet du limogeage du Calmels

| AFP | 215 | Aucun vote sur cette news
L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à Paris, le 5 juillet 2017
L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à Paris, le 5 juillet 2017 ( Michel Euler / POOL/AFP/Archives )

L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin délivre plusieurs avertissements au président de LR Laurent Wauquiez dans le JDD, préférant "un parti de projets à un parti de tracts", s'inquiétant du limogeage de Virgine Calmels et insistant sur le rassemblement des "deux droites historiques".

"Tant que mon parti ne se mobilisera pas sur les trois défis de notre avenir –l’Europe, le numérique et les migrations–, il passera à côté de son histoire. J’espère que le débat européen y fera émerger une culture de la solution, du projet, et pas simplement une culture du problème, du slogan", déclare M. Raffarin, qui n'ira pas au conseil national samedi à Menton axé sur le débat européen.

Et "pour le moment, en dehors de Valérie Pécresse, je ne vois pas de travail de fond engagé. C’est le défi de Laurent Wauquiez : la question n’est pas d’avoir des supporters. Elle est d’inventer l’avenir. Nous verrons là s’il est à la hauteur de ses ambitions", glisse-t-il.

Comme on lui demande si Laurent Wauquiez doit prendra la tête de liste aux européennes, l'ancien locataire de Matignon répond que "dans la culture française, le rôle du chef est d’être en avant. Mais la question principale pour LR, c’est de choisir des méthodes qui rassemblent les deux droites historiques – orléaniste et bonapartiste. La tête de liste doit être acceptable par les uns et les autres".

"Nous débattrons de cela en septembre autour d’Alain Juppé à Bordeaux à l’occasion de nos +vendanges + annuelles", prévient celui qui avait prévenu fin avril qu'aux européennes de 2019, entre LR et LREM, il voterait "pour la liste la plus européenne".

Quant au tract controversé "pour que la France reste la France", M. Raffarin "préfère un parti de projets à un parti de tracts". Et le limogeage du poste de numéro deux de Virginie Calmels, "cela m’inquiète sur la place que le parti va donner au débat. Les sujets sont tellement difficiles qu’il faut accepter la diversité et l’organiser".

"Si dans la politique française, un dangereux manichéisme pro-Macron/anti-Macron s’installe, une entente des protestataires n’est pas à exclure le jour où Emmanuel Macron serait en difficulté. La force d’une droite républicaine peut nous éviter ce scénario italien. C’est la seule raison pour laquelle je suis encore aux Républicains", dit M. Raffarin.

Interrogé sur son éventuel rapprochement avec Valérie Pécresse au sein du parti, il affirme n'être "plus dans une logique d’écuries", mais reconnaît que "Valérie Pécresse mène un vrai travail de réflexion et d’action qui fait d’elle une force d’avenir". "Dans l’opposition, tout l’enjeu pour un leader est de ne pas perdre son temps dans des batailles subalternes pour travailler sur l'essentiel", avertit-il encore.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…