5 357.14 PTS
-0.78 %
5 362.0
-0.69 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-0.71 %
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 615.55
+0.12 %
6 414.57
+0.31 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Loi Taubira: Wauquiez n'a pas l'intention d'abroger le mariage entre homosexuels

| AFP | 337 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez aux Etables, le 3 septembre 2017
Laurent Wauquiez aux Etables, le 3 septembre 2017 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives )

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, veut modifier la loi Taubira en revenant sur les questions liées à la filiation mais pas sur le mariage entre homosexuels, déclare-t-il dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître jeudi.

"On voit bien que la loi Taubira a ouvert une mécanique sur laquelle il est évident qu’il faut revenir. Il ne s’agit pas de démarier les couples de même sexe et le sujet n’est pas la notion de mariage, comme l’a exprimé François Fillon pendant la campagne présidentielle, mais bien de fixer des lignes rouges pour empêcher toute marchandisation et toute remise en cause de la filiation", indique celui qui apparaissait moins nuancé en janvier dernier, quand il appelait à "avoir le courage de revenir sur les lois des socialistes", notamment celle sur le mariage homosexuel.

Critiquant l'annonce du gouvernement de vouloir "élargir" l'accès à la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes "pour satisfaire le désir d'enfant de femmes homosexuelles vivant en couple", M. Wauquiez y voit une "étape" avant d'aller vers la gestation pour autrui (GPA) "et donc la marchandisation du corps de la femme".

Dans la loi Taubira, "le problème n’est pas la question du mariage, mais celle de la filiation et de la marchandisation", souligne encore le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Su LCP mardi matin, le député du Vaucluse Julien Aubert, autre candidat à la présidence de LR, s'est lui déclaré en faveur de l'abrogation de la loi Taubira. "Je crois que politiquement, parce que les conditions dans lesquelles cette loi a été votée ont été inacceptables, nous devons l’abroger", a-t-il déclaré. "Et ensuite nous devons rouvrir le débat. Moi personnellement je suis favorable à l’union civile", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Le Conseil d'administration d'Axa a décidé à l'unanimité de proposer le renouvellement des mandats d'administrateur des deux dirigeants

Publié le 14/12/2017

Le programme HybridADCC testera in vitro l'efficacité d'OSE-703 dans d'autres cancers d'intérêt

Publié le 14/12/2017

Innelec Multimédia réalise une croissance de 7,5% au premier semestre comparée à la même période de l'exercice précédent, soit 38,5 ME de ventes...

Publié le 14/12/2017

Aide du Ministre de la cohésion des territoires

Publié le 14/12/2017

Adeunis annonce son chiffre d'affaires du 1er semestre 2017/2018...

CONTENUS SPONSORISÉS