En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 452.03 PTS
+0.54 %
5 447.50
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 359.67
+0.44 %
DAX PTS
12 745.82
+0.67 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

Immigration: très remontées, les associations reçues à Matignon

| AFP | 420 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe au côté du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, à Matignon, le 21 décembre 2017, pour une réunion avec les associations sur le projet de loi
Le Premier ministre Edouard Philippe au côté du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, à Matignon, le 21 décembre 2017, pour une réunion avec les associations sur le projet de loi "asile et immigration" ( Thomas Samson / AFP/Archives )

Très remontées contre la politique migratoire du gouvernement qu'elles viennent d'attaquer au Conseil d'Etat, les associations sont reçues jeudi par le Premier ministre sur le projet de loi "asile et immigration", un texte qui fait des vagues jusque dans les rangs de la majorité.

Depuis Rome, Emmanuel Macron, en réponse aux critiques des associations et d'intellectuels, dont il a dénoncé la "confusion", a estimé qu'il fallait "se garder des faux bons sentiments", assurant que "la France n'est pas fermée".

La réunion, prévue à 15H00, avait été annoncée fin décembre, lorsque Edouard Philippe avait repris en main le dossier du recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence. Mais la polémique, devenue plus large, est en train de tourner au bras de fer.

Quelques heures avant la rencontre, plus de vingt associations actives dans l'hébergement et l'aide aux étrangers (dont la Fédération des acteurs de la solidarité, Emmaüs, le Secours catholique, Médecins sans frontières, la Fondation Abbé Pierre...) ont saisi le Conseil d'Etat pour obtenir la suspension en urgence de la circulaire du 12 décembre organisant ce recensement.

"Nous avons des arguments très sérieux et des chances réelles d'obtenir la neutralisation du système", a affirmé à l'AFP Me Patrice Spinosi, leur avocat.

Des travailleurs sociaux et des bénévoles accueillent migrants et réfugiés dans un centre porte de la Chapelle à Paris, le 10 novembre 2016
Des travailleurs sociaux et des bénévoles accueillent migrants et réfugiés dans un centre porte de la Chapelle à Paris, le 10 novembre 2016 ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

Au coeur des critiques: le "véritable tri" selon leur référé auprès du Conseil d'Etat, organisé par la circulaire qui permettrait d'"utiliser" l'hébergement d'urgence pour "faciliter" l'éloignement du territoire.

Les plaignants dénoncent ainsi l'envoi d'"équipes mobiles" de fonctionnaires dans les centres, mesure "dénuée de base légale", "parfaitement contraire aux droits et libertés", et qui "porte une atteinte grave et immédiate" aux associations et à leur action.

Le démarche en urgence des associations s'accompagne d'une requête au fond - qui ne sera pas tranchée avant plusieurs mois - au nom d'une "atteinte au droit inconditionnel à l'aide d'urgence", a ajouté l'avocat.

Pour les associations, il s'agit certes d'obtenir "la réécriture de la circulaire", mais aussi de "donner un coup de pression" sur l'ensemble de la politique migratoire, a expliqué à l'AFP Florent Gueguen, de la Fédération des acteurs de la solidarité.

- 'Déni d'humanité' -

Le projet de loi, dont les grandes lignes ont été transmises aux associations mercredi, a été conçu pour équilibrer fermeté de la lutte contre l'immigration irrégulière et amélioration de l'accueil des réfugiés.

Mais pour beaucoup d'associations, "il s'agit d'un texte déséquilibré, qui penche dans le sens des mesures coercitives", estime M. Gueguen.

Le gouvernement a laissé entendre que des inflexions étaient possibles sur l'accueil: "je suis preneur", dans le travail avec les parlementaires notamment, de "tout ce qui ira dans le sens d'un renforcement de l'insertion des réfugiés", a affirmé lundi Gérard Collomb à l'AFP.

Car le gouvernement s'emploie depuis la rentrée à un délicat travail d'explication auprès des parlementaires. "L'humanisme et le pragmatisme ne sont pas incompatibles", a assuré jeudi le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, sur franceinfo.

Sur ce sujet traditionnellement polémique, les critiques se sont poursuivies jeudi à gauche, Benoît Hamon dénonçant sur RTL le discours du gouvernement qui "prétend être humain" et "a la politique la plus dure depuis Nicolas Sarkozy".

Avis contraires à droite: Emmanuel Macron "va afficher de la fermeté et en réalité réaliser très peu d'actes", a affirmé Geoffroy Didier, le secrétaire général délégué de Les Républicains, en déplorant sur franceinfo une "faiblesse manifeste" sur la maîtrise des flux migratoires.

Mais des voix plus inattendues s'élèvent aussi. Les migrants ne sont pas "une vague déferlante", a affirmé Jean-Jacques Eledjam, le président de la Croix-Rouge française, peu familier des prises de positions publiques, dans une tribune à L'Obs.

Et après la conférence des évêques de France appelant à "sanctuariser les lieux d'hébergement, le prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio a dénoncé "le tri" entre migrants, y voyant "un déni d'humanité insupportable".

cg-bap-ic-aje-alh/blb/phc

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Atari rebondit de 9,9% désormais à 0,49 euro ce mercredi dans un volume de 2 millions de pièces...

Publié le 18/07/2018

Fin d'action de concert au capital

Publié le 18/07/2018

Ericsson bondit de 9,13% à 74,10 couronnes suédoises à la faveur de deux bonnes nouvelles : des comptes moins dégradés que prévu au deuxième trimestre et une activité dynamique aux Etats-Unis.…

Publié le 18/07/2018

EOS imaging retombe en bourse, sur la place parisienne ce mercredi...

Publié le 18/07/2018

Greenpeace et le réseau Sortir du nucléaire portent plainte contre EDF et sa filiale Framatome suite aux problèmes de soudures constatés sur le...