En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 159.73 PTS
-0.17 %
5 158.00
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 093.11
-0.18 %
DAX PTS
11 300.33
+0.01 %
Dowjones PTS
25 885.54
+0.01 %
7 065.81
+0.15 %
1.132
+0.15 %

Loi santé: Philippe veut que les maisons de santé deviennent "la norme"

| AFP | 237 | Aucun vote sur cette news
Agnès Buzyn (g) et Edouard Philippe (c) lundi 11 février 2019 dans une maison de santé pluridisciplinaire à Avoine
Agnès Buzyn (g) et Edouard Philippe (c) lundi 11 février 2019 dans une maison de santé pluridisciplinaire à Avoine ( ALAIN JOCARD / AFP )

Le gouvernement veut que les maisons de santé, qui regroupent plusieurs médecins et professionnels de santé, deviennent "la norme" afin notamment de combattre la désertification médicale, a déclaré lundi Edouard Philippe.

A deux jours de l’arrivée du projet de loi santé en Conseil des ministres, le Premier ministre, accompagné de la ministre Agnès Buzyn, a visité lundi matin une de ces maisons de santé pluridisciplinaire (MSP), où exercent au total une trentaine de professionnels (généralistes, internes, kinés...) à Avoine, petit bourg près de Chinon (Indre-et-Loire).

"Cette initiative ici, et d’autres initiatives partout en France, montrent le chemin. Et l’objectif du projet de loi, c’est de faire en sorte que ces initiatives puissent être dupliquées, multipliées sur le territoire, pour que l’exercice collectif de la médecine devienne la norme", même s'il ne s'agit pas de la rendre "obligatoire", a-t-il déclaré.

Attirer des médecins libéraux qui craignent les contraintes d’exercer seul à l’écart des villes, décharger les services d’urgence, faciliter les "soins non programmés" et les consultations sans rendez-vous, permettre la présence de certains spécialistes au moins un ou deux jours par semaine: le gouvernement voit de nombreux avantages à ces structures, dont le développement a été amorcé il y a une dizaine d'années.

"Cette capacité à se regrouper, inventer des nouvelles façons d’exercer, séduit y compris des médecins qui ne vivent pas en milieu rural", a plaidé M. Philippe, citant le cas de médecins de la maison de santé d'Avoine qui vivent à Tours, à 45 minutes de route.

Selon un point effectué par le ministère début 2018, la France comptait 910 MSP et plus de 300 en cours de création.

Edouard Philippe a confirmé la création d’ici 2022 de 4.000 postes d’assistants médicaux, qui font actuellement l’objet de négociations difficiles entre la Sécurité sociale et les médecins libéraux, pour faciliter notamment "l’organisation de communautés médicales".

Agnès Buzyn a elle rappelé les autres axes de son plan "Ma santé 2022", annoncé par Emmanuel Macron en septembre, dont une partie sera incluse dans le projet de loi présenté mercredi en Conseil des ministres: fin du numerus clausus pour les études de médecine, transformation de petits hôpitaux en "hôpitaux de proximité" dotés de nouveaux investissements, ou encore créations de communautés de professionnels de santé adaptées aux besoins locaux.

Interrogé sur des critiques sur le manque de "concertation" de ce plan, formulées par les élus locaux (Association des maires de France, Régions de France, Assemblée des départements de France) et la Fédération hospitalière de France, Edouard Philippe a souligné qu’il y avait eu "beaucoup" de consultations depuis février 2018.

"Et il va continuer à y en avoir énormément", a-t-il dit, en précisant que Mme Buzyn rencontrerait mardi les grandes associations d’élus.

La discussion se poursuit notamment sur les modalités de la fin du numerus clausus qui "font l’objet de très nombreuses concertations", selon la ministre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/02/2019

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, à Paris, le 6 février 2019 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )La ministre de la Santé Agnès Buzyn a présenté mercredi un projet de…

Publié le 13/02/2019

Le fonds BSO Bio Santé de Banque Saint Olive investit sur des actions du secteur de la Bio Pharmacie...

Publié le 13/02/2019

Agnès Buzyn à Avoine, près de Tours, le 11 février 2019 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )Réforme des études de santé, révision de la carte hospitalière, accès élargi aux données de…

Publié le 12/02/2019

Claresco Europe est un fonds d'investissement à vocation générale, investi en " Actions des pays de l'Union Européenne ", éligible au PEA...

Publié le 12/02/2019

Ramsay Générale de Santé a confirmé ce jour son intention de lancer une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Empreinte climatique...

Publié le 19/02/2019

En partenariat avec la start-up Zelros, CNP Assurances a déployé un assistant virtuel utilisant des technologies d’intelligence artificielle pour faciliter le travail de ses équipes de gestion de…

Publié le 19/02/2019

Actuellement en test sur la ligne 1...

Publié le 19/02/2019

Dans la sclérodermie systémique