5 504.03 PTS
-0.18 %
5 501.0
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 397.46
-0.19 %
DAX PTS
13 210.67
-0.27 %
Dowjones PTS
25 792.86
-0.04 %
6 737.14
+0.00 %
Nikkei PTS
23 868.34
-0.35 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les ruptures conventionnelles collectives "facilitent le licenciement" dénonce Alexis Corbière

| AFP | 113 | Aucun vote sur cette news
Le député La France insoumise Alexis Corbière (2e à droite), à l'Assemblée nationale, le 10 octobre 2017
Le député La France insoumise Alexis Corbière (2e à droite), à l'Assemblée nationale, le 10 octobre 2017 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Le député de La France insoumise Alexis Corbière a vivement critiqué mardi le système des ruptures conventionnelles collectives et son usage par des grands groupes comme Pimkie ou PSA, un dispositif qui selon lui "facilite le licenciement" et créé le risque d'un "chantage au chômage".

Ces ruptures conventionnelles collectives - prévues par la réforme du Code du travail et qui existaient déjà à l'échelle individuelle - permettent des départs volontaires, selon une procédure moins risquée pour l'entreprise et moins contraignante que celle d'un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

"Quand vous vendez des armes, il ne faut pas s'étonner que les gens les utilisent un jour. Quand vous mettez en place un dispositif qui facilite le licenciement, les licenciements sont plus faciles", a estimé le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière sur France Inter.

Même si les ruptures conventionnelles sont conditionnées à la signature d'un accord majoritaire avec les syndicats, "il y a sans doute des boîtes où les rapports de force entre salariés et patronat sont un peu difficiles (...) il y a des représentants de salariés qui peuvent subir des pressions, avec la menace qu'il y ait plus de licenciements demain", a-t-il insisté.

"Il peut y avoir un chantage au chômage (...) Si on vous dit +soit c'est 200 emplois qui s'en vont, (...), si vous n'êtes pas contents ça va être plus, on va délocaliser+", a-t-il expliqué, prenant l'exemple de la chaîne de prêt-à-porter Pimkie, qui a présenté lundi aux élus du personnel un projet de 208 suppressions de postes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

Casino chute de 5,12% à 48,14 euros, signant la deuxième plus forte baisse du SBF 120 et retrouvant son plus bas niveau depuis fin novembre 2017. Les investisseurs sanctionnent la révision à la…

Publié le 17/01/2018

Le groupe a publié ses revenus 2017 est une estimation de ses résultats, ce matin...

Publié le 17/01/2018

Le groupe Crédit Agricole et le groupe BEI, composé de la Banque Européenne d’Investissement et de sa filiale le Fonds Européen d’investissement, se mobilisent pour soutenir les PME et…

Publié le 17/01/2018

Le groupe veut se servir d'Hinkley Point C comme d'une vitrine...

CONTENUS SPONSORISÉS