En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les principaux points du plan britannique pour l'après-Brexit

| AFP | 481 | Aucun vote sur cette news
Theresa May lors du second jour du sommet de l'OTAN, à Bruxelles, le 12 juillet 2018
Theresa May lors du second jour du sommet de l'OTAN, à Bruxelles, le 12 juillet 2018 ( Tatyana ZENKOVICH / POOL/AFP )

Le gouvernement britannique a présenté jeudi les détails de sa proposition sur la relation commerciale post-Brexit qu'il souhaite mettre en place avec l'UE, et qui doit permettre une étroite coopération économique et sécuritaire.

Ce plan a provoqué la démission de deux poids lourds du gouvernement de Theresa May, Michael Gove, ministre du Brexit, et Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères. Il a également relancé les velléités de rébellion au sein de la majorité conservatrice de Mme May.

Voici les principaux points du livre blanc publié jeudi:

- Zone de libre-échange

L'exécutif britannique propose de créer une "zone de libre-échange" encadrée par un "ensemble de règles communes pour les biens et les produits agro-alimentaires".

Les nouvelles normes concernant les marchandises seraient élaborées en commun entre l'UE et le Royaume-Uni, qui resterait membre des agences de régulation des secteurs très encadrés (chimie, médicaments, aviation).

Le Parlement britannique disposerait du droit de rejeter certaines nouvelles règles qui ne lui conviendraient pas, tout en acceptant les "conséquences" que cela pourrait impliquer.

Enfin, Londres quitterait les politiques européennes communes en matière d'agriculture et de pêche.

- "Autonomie" pour les services

La proposition britannique prévoit que le secteur des services fasse l'objet "de nouveaux arrangements", plus ambitieux que le régime d'équivalence qui existe actuellement entre l'UE et des pays tiers.

Ce nouveau régime implique néanmoins un moindre accès aux marchés réciproques. Il permettrait au Royaume-Uni de conserver une "autonomie" règlementaire, lui permettant de légiférer pour protéger la stabilité de sa place financière.

Le Royaume-Uni accepte la fin du "passeport financier", qui permet aux sociétés de proposer leurs services sans entrave dans l'UE depuis le Royaume-Uni.

- Fin de la libre circulation des personnes

La proposition britannique souhaite "mettre fin" à libre circulation des personnes pour redonner au Royaume-Uni le contrôle de sa politique migratoire. Londres promet de rester "une nation ouverte et tolérante".

Le gouvernement aspire toutefois à un dispositif permettant aux citoyens britanniques et de l'UE de "continuer à voyager dans les territoires des uns et des autres", d'y faire des études ou de travailler.

- Le cadre juridique

Le Royaume-Uni souhaite la mise en place "d'arrangements institutionnels et de gouvernance", avec un mécanisme de résolution des conflits et un système d'arbitrage indépendant, afin que "cette coopération puisse fonctionner correctement".

Calendrier du Brexit
Calendrier du Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Un "organe de gouvernance" serait mis en place, pour permettre aux décideurs politiques des deux parties de prendre des décisions communes et de faire évoluer la forme de la future relation.

Londres confirme également son intention de quitter la juridiction de la Cour de justice de l'UE, mais souligne que les tribunaux britanniques pourraient tenir compte de la réglementation européenne pour les affaires tombant sous le coup de "règles communes".

- Droits de douane et frontières

Londres propose également un "accord douanier simplifié": le Royaume-Uni collecterait les droits de douanes sur les biens entrant sur son territoire à destination de l'UE, et appliquerait ses propres taxes sur ses importations en provenance de pays tiers.

Ce dispositif permettrait d'éviter l'instauration de contrôles à la frontière entre l'Irlande du nord et la république d'Irlande.

Le gouvernement britannique recommande enfin d'éviter tout droit de douane ou quota dans le commerce entre l'UE et le Royaume-Uni.

- Sécurité

Londres défend également une nouvelle relation étroite en matière de sécurité. Celle-ci reposerait sur le partage de "capacités opérationnelles" et d'informations sur les dossiers liés à la criminalité et au terrorisme.

Le gouvernement britannique souhaite mettre en place un dispositif similaire au mandat d'arrêt européen, maintenir sa coopération avec les agences Europol et Frontex.

Il demande également à "continuer" à participer aux programmes spatiaux européens, notamment Galileo et Copernicus.

Londres souligne toutefois le nécessaire respect réciproque de la souveraineté des décisions du Royaume-Uni et de l'UE en matière de défense et de politique étrangère, malgré la "coopération continue" recherchée dans ces domaines.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...