En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Les principales étapes du Brexit, du référendum au vote pour un report

| AFP | 215 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants pro et anti-Brexit devant le Parlement, le 14 mars 2019 à Londres
Des manifestants pro et anti-Brexit devant le Parlement, le 14 mars 2019 à Londres ( Tolga AKMEN / AFP )

Du référendum du 23 juin 2016 au vote jeudi des députés britanniques en faveur d'un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE, prévue le 29 mars, voici les principales étapes du Brexit :

Oui au Brexit

Le 23 juin 2016, quelque 17,4 millions de Britanniques (51,9% des suffrages) votent en faveur d'une sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni.

Cameron out

Le 24 juin, le Premier ministre conservateur David Cameron, partisan du maintien dans l'UE mais à l'initiative du référendum, démissionne.

Les eurosceptiques aux manettes

Le 13 juillet, Theresa May, eurosceptique mais qui avait voté contre le Brexit, devient Première ministre.

Vers un Brexit dur

Le 17 janvier 2017, dans le discours dit de Lancaster, Theresa May expose ses plans pour un Brexit dur.

Pour elle, "le Royaume-Uni ne peut pas continuer à faire partie du marché unique", incompatible avec la priorité de Londres : la maîtrise de l'immigration européenne.

Article 50

Le 29 mars 2017, Theresa May active l'article 50 du Traité de Lisbonne. Le processus de sortie est officiellement enclenché, et doit aboutir le 29 mars 2019.

Législatives anticipées

Désireuse d'asseoir son autorité avant d'entamer les négociations avec l'UE, Theresa May convoque des élections législatives anticipées. Elle y perd la majorité absolue le 8 juin 2017 et doit s'allier avec le petit parti nord-irlandais ultra-conservateur DUP pour pouvoir gouverner.

Dossiers prioritaires

Le 8 décembre 2017, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Theresa May annoncent un accord initial sur les trois dossiers prioritaires du divorce: règlement financier, droits des citoyens expatriés et sort de la frontière entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE.

Plan de Chequers

Le 6 juillet 2018, de la résidence de campagne de Chequers (nord-ouest de Londres), Theresa May expose son plan pour une relation commerciale post-Brexit: maintien des échanges industriels et agricoles via une "zone de libre-échange" avec les 27 et "nouveau modèle douanier".

Cet adoucissement de la position britannique provoque la démission de deux ministres de poids, David Davis (Brexit) et Boris Johnson (Affaires étrangères).

- Accord -

Le 13 novembre, Downing Street annonce que les négociateurs britanniques et européens ont conclu un projet d'accord. Le lendemain, un conseil des ministres approuve l'accord mais quatre membres du gouvernement démissionnent.

Les votes sur le Brexit
Les votes sur le Brexit ( Gal ROMA / AFP )

L'accord de retrait et la déclaration politique qui dessine les contours des relations post-Brexit sont approuvés, le 25 novembre, au cours d'un sommet européen.

L'accord règle la question de la facture que devra payer Londres à l'UE et contient la disposition très controversée du "filet de sécurité", ou "backstop", qui prévoit en dernier recours le maintien de tout le Royaume-uni dans une union douanière pour éviter une frontière physique en Irlande.

Vote reporté

Theresa May appelle les députés à soutenir l'accord de divorce au cours d'un vote fixé au 11 décembre. Mais la veille du vote, qu'elle est quasi assurée de perdre à cause de l'opposition au filet de sécurité, elle annonce son report.

Le 12 décembre, Theresa May remporte le vote de défiance organisé par des députés de son Parti conservateur opposés à l'accord de divorce.

Premier revers

Le 15 janvier, les députés rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre 202. Le lendemain, le gouvernement survit de justesse à la motion de censure déposée par l'opposition travailliste. Il se lance dans de nouvelles discussions avec Bruxelles, qui refuse de rouvrir les négociations sur l'accord.

Deuxième revers

Le 12 mars, les députés rejettent à nouveau massivement l'accord de Brexit, par 391 voix contre 242, pas convaincus par les "changements" de dernière minute obtenus de l'UE par Theresa May.

Le lendemain, ils votent contre une sortie de l'UE sans accord.

Vers un report

Le 14 mars, la Chambre des communes vote en faveur d'un report de la date du Brexit, qui devra être approuvé à l'unanimité des 27 autres membres de l'UE.

Theresa May doit soumettre d'ici au 20 mars, et pour la troisième fois, l'accord de retrait au vote des députés. Si celui-ci est adopté, Londres demandera un report jusqu'au 30 juin. Si l'accord de retrait est une nouvelle fois rejeté, le report demandé ira au-delà du 30 juin, impliquant que le Royaume-Uni participe aux élections européennes en mai.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...