En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 045.01 PTS
-1.11 %
5 051.00
-0.99 %
SBF 120 PTS
4 040.46
-0.94 %
DAX PTS
11 379.22
-0.81 %
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.127
-0.19 %

Les grands enjeux de la présidentielle au Brésil

| AFP | 176 | Aucun vote sur cette news
Des partisans de Jair Bolsonaro, candidat d'extrême droite à la présidentielle, lors d'un rassemblement à Copacabana, le 21 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil
Des partisans de Jair Bolsonaro, candidat d'extrême droite à la présidentielle, lors d'un rassemblement à Copacabana, le 21 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil ( CARL DE SOUZA / AFP )

Le deuxième tour de l'élection présidentielle a lieu dimanche au Brésil dans un contexte de crises politique, économique, sociale et morale.

Voici, en six points, les grands enjeux du scrutin qui oppose le candidat d'extrême droite, Jair Bolsonaro, à celui de gauche, Fernando Haddad:

. Le candidat d'extrême droite va-t-il être élu?

Les derniers sondages des instituts Ibope et Datafolha prédisent une très confortable victoire au député du Parti social libéral (PSL) Jair Bolsonaro, avec 59% contre 41% à Haddad, du Parti des travailleurs (PT).

Le PSL, insignifiant avant le 1er tour du 7 octobre qui était couplé aux législatives, est en passe de devenir la première formation de la Chambre des députés l'an prochain grâce à la vague -- le "tsunami" disent certains -- bolsonariste.

Principales propositions de Bolsonaro et Haddad
Principales propositions de Bolsonaro et Haddad ( Nicolas RAMALLO / AFP )

Si Jair Bolsonaro était élu, le plus grand pays d'Amérique latine choisirait pour la première fois un président d'extrême droite, chantre de la dictature (1964-85) et apologiste de ses tortionnaires.

. Le parti de Lula peut-il revenir au pouvoir ?

Il semble extrêmement improbable que le PT remporte une cinquième présidentielle d'affilée. A moins d'un coup de théâtre dans cette dernière semaine d'une campagne qui a déjà été riche en rebondissements.

La candidature de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, emprisonné pour corruption, ayant été invalidée, son remplaçant, Fernando Haddad, a réussi à se qualifier pour le second tour alors qu'il était entré tardivement en campagne.

Mais l'ex-maire de Sao Paulo a un handicap de 18 points dans les sondages de 2e tour, avec un taux de rejet -- les électeurs déclarant qu'ils ne voteraient pour lui "en aucun cas" -- qui ne cesse de progresser.

. Pourquoi cette campagne a-t-elle été inédite?

Lula, qui était grand favori bien qu'en prison pour corruption depuis avril, a finalement été écarté de la course en août après des mois de rebondissements politico-judiciaires. Le brouillard autour de la candidature ou non-candidature de Lula a fait pendant des mois de ce scrutin le plus incertain des temps modernes au Brésil.

Le candidat d'extrême droite Jari Bolsonaro poignardé à l'estomac lors d'un meeting à Juiz de Fora, le 6 septembre 2018 dans le centre-est du Brésil
Le candidat d'extrême droite Jari Bolsonaro poignardé à l'estomac lors d'un meeting à Juiz de Fora, le 6 septembre 2018 dans le centre-est du Brésil ( Raysa LEITE / AFP/Archives )

Celui qui est devenu ensuite le favori du 1er tour, Jair Bolsonaro, a frôlé la mort après avoir été poignardé à l'abdomen par un déséquilibré le 6 septembre lors d'un bain de foule. Hospitalisé plus de trois semaines, il n'a plus fait campagne dans la rue.

. Quel a été l'impact des réseaux sociaux ?

Enorme. Ils ont totalement détrôné la télévision. Et les fausses informations ont déferlé sur les réseaux sociaux.

Bolsonaro a mené l'essentiel de sa campagne sur Facebook, Instagram et Twitter où il compte plus de 14 millions d'abonnés. Il a refusé de se confronter à Haddad lors des six débats télévisés prévus dans l'entre-deux tours, invoquant des "raisons médicales" après l'attentat mais aussi des "raisons stratégiques".

Le PT a accusé le camp Bolsonaro d'avoir monté une "organisation criminelle" avec de "l'argent sale" en diffusant des millions de fausses informations sur WhatsApp, messagerie très populaire au Brésil avec 120 millions d'utilisateurs.

La Police fédérale a ouvert une enquête. Le PT a demandé la disqualification de Bolsonaro au Tribunal supérieur électoral (TSE), qui pourrait ne se prononcer qu'après l'élection.

. Quelle attitude des marchés après le 2e tour ?

L'arrivée au pouvoir de Bolsonaro serait pour eux acceptable, même si celui-ci a avoué son incurie en économie. Il a déjà désigné son "super ministre de l'Economie", Paulo Guedes, un "Chicago boy" ultra-libéral, ce qui les a rassurés.

Un membre d'une unité de police d'élite lors d'une opération de sécurité dans la grande favela Complexo do Alemao, le 6 octobre 2018 à Rio de Janeiro
Un membre d'une unité de police d'élite lors d'une opération de sécurité dans la grande favela Complexo do Alemao, le 6 octobre 2018 à Rio de Janeiro ( Mauro Pimentel / AFP/Archives )

Les investisseurs attendent la mise en oeuvre rapide de réformes. Mais les marchés vont attendre que Bolsonaro montre son engagement sur une réforme des retraites jugée cruciale ou la réforme fiscale, sur lesquelles il est resté flou.

Les investisseurs ne veulent pas du retour de la gauche avec Haddad, qui n'a pris aucun engagement en faveur de réformes destinées à assainir les comptes publics.

. Quels défis pour le prochain président?

Donner un sérieux coup de fouet, grâce à de courageuses réformes d'austérité, à une économie qui ne redémarre pas après deux années de récession historique (2015-16) et compte près de 13 millions de chômeurs.

Diminuer la criminalité dans l'un des pays les plus violents au monde, autre préoccupation majeure des Brésiliens, avec la santé, l'éducation et le logement -- des secteurs délabrés qui manquent cruellement d'infrastructures et de moyens.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Rothschild & Co enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 2% au troisième trimestre à 454 millions d’euros, l’activité de Capital-investissement et dette privée ayant chuté de 54% à…

Publié le 14/11/2018

Une souci récurrent...

Publié le 14/11/2018

ARKIA Israeli Airlines a reçu le premier A321LR, devenant ainsi l'opérateur de lancement de l'appareil...

Publié le 14/11/2018

Seb a annoncé l'acquisition de 750g International, éditeur de sites et services culinaires en Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Brésil, USA et Royaume Uni. 750g International a développé une…

Publié le 14/11/2018

Alstom gagne 4,31% à 39,48 euros dans les premiers échanges. Au premier semestre, clos fin septembre, le résultat net part du groupe du spécialiste du matériel ferroviaire a atteint 563 millions…