5 438.55 PTS
-
5 378.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 343.57
-
DAX PTS
12 572.39
-
Dowjones PTS
24 448.69
-0.06 %
6 648.80
+0.00 %
Nikkei PTS
22 196.34
+0.49 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les femmes jihadistes doivent être jugées sur place pour Lydia Guirous

| AFP | 380 | Aucun vote sur cette news
La femme d'un combattant de l'Etat islamique et son enfant, près de Raqa en Syrie, le 8 octobre 2017
La femme d'un combattant de l'Etat islamique et son enfant, près de Raqa en Syrie, le 8 octobre 2017 ( / AFP/Archives )

Les femmes jihadistes françaises doivent être "jugées là où elles se trouvent", a estimé mercredi Lydia Guirous, porte-parole des Républicains (LR) pour qui "aucun risque ne doit être pris avec la sécurité des Français".

Figure de la mouvance jihadiste française, Emilie König, 33 ans, a été arrêtée par les forces kurdes en Syrie, selon sa mère qui vient d'écrire au ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, afin de lui demander de "rapatrier" sa fille et ses enfants.

"Je suis féministe, j'estime qu'il faut absolument que les femmes et les hommes soient traités de la même façon", a déclaré Mme Guirous sur Sud Radio.

"Ces femmes qui se sont engagées à aller combattre en Syrie ou en Irak contre la France, trahir la France, s'engager pour tuer, ne sont pas inconscientes. Ce sont des femmes qui ont exprimé une affinité pour l'idéologie islamiste et je pense qu'elles doivent être à mon sens non pas traitées au cas par cas, mais plutôt jugées sur le territoire où elles se trouvent, là où elles se sont engagées pour trahir la France et pour nous menacer", a insisté l'une des nouvelles porte-parole des Républicains, membre de la nouvelle équipe nommée par Laurent Wauquiez.

"Aucun risque ne doit être pris pour la sécurité des Français", "que ce soit pour les hommes, les femmes et certains mineurs". "Il faut absolument sortir de l'angélisme sur ces questions et être d'une fermeté absolue", a-t-elle dit.

Délégué national d'Agir, l'ancien secrétaire d'Etat Frédéric Lefebvre souhaite également "que la France ne demande pas son extradition et qu'(Emilie König) soit jugée sur place pour toutes ses exactions".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/04/2018

En 2017, le groupe Kerlink a réalisé un chiffre d'affaires de près de 25 ME, et affiche une croissance annuelle moyenne de plus de 62%...

Publié le 23/04/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 23/04/2018

Premier trimestre 2018...

Publié le 23/04/2018

PM Crypto d'Ekinops permet une mise en conformité RGPD simple et rapide...

Publié le 23/04/2018

Un ancien de chez Grant Thornton pour succéder à Laurent Gonthiez...