En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 429.20 PTS
-
5 428.50
-0.01 %
SBF 120 PTS
4 346.62
-
DAX PTS
12 540.73
-
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Les fausses images d'enfants séparés de leurs parents à la frontière USA-Mexique

| AFP | 466 | Aucun vote sur cette news
La Une du magazine Time présente un photomontage montrant le président Trump semblant faire face à une fillette migrante, le 22 juin 2018 à Washington
La Une du magazine Time présente un photomontage montrant le président Trump semblant faire face à une fillette migrante, le 22 juin 2018 à Washington ( Eric BARADAT / AFP )

De nombreuses photos et vidéos circulent sur internet depuis que Donald Trump a mis en place sa politique de tolérance zéro face à l'immigration illégale, ce qui a mené plus de 2.300 enfants à être séparés de leurs parents à la frontière entre Etats-Unis et Mexique.

Mais beaucoup d'entre elles ne correspondent pas à la réalité.

Vendredi, après la publication d'un décret du président américain marquant son revirement vis-à-vis de cette politique, le doute demeurait sur le temps que mettront ces mineurs à retrouver leurs familles.

Que vérifie-t-on et que sait-on?

Au moins trois images, largement partagées sur les réseaux sociaux ces derniers jours, illustrent des situations qui ne sont pas celles vécues par les 2.342 enfants détenus en raison de leur statut migratoire irrégulier.

Cette photo de Yanela Varela en pleurs, prise le 11 juin 2018 à McAllen au Texas, a rapidement fait le tour des réseaux sociaux
Cette photo de Yanela Varela en pleurs, prise le 11 juin 2018 à McAllen au Texas, a rapidement fait le tour des réseaux sociaux ( John MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

La première montre une fillette hondurienne, Yanela Varela, en larmes. Elle est vite devenue sur Twitter ou Facebook un symbole de la douleur provoquée par la séparation des familles.

Cette image a même contribué à déclencher des donations d'un total de plus de 18 millions de dollars à une association texane d'aide aux migrants appelée RAICES.

La photo a été prise le 12 juin dans la ville de McAllen, au Texas, par John Moore, un photographe qui a obtenu le prix Pulitzer et travaille pour l'agence Getty Images.

Time Magazine en a fait sa Une, mettant face à face, dans un photomontage sur fond rouge, la petite fille apeurée et un Donald Trump faisant presque trois fois sa taille et la toisant avec cette simple légende: "Bienvenue en Amérique".

Une fillette hondurienne de 2 ans pleure alors que sa mère migrante est fouillée par les forces de l'ordre à McAllen au texas, près de la frontière mexicaine, le 11 juin 2018
Une fillette hondurienne de 2 ans pleure alors que sa mère migrante est fouillée par les forces de l'ordre à McAllen au texas, près de la frontière mexicaine, le 11 juin 2018 ( JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Un article en ligne publié par Time et portant sur cette photo affirmait initialement que la petite fille avait été séparée de sa mère. Mais l'article a ensuite été corrigé, la nouvelle version déclarant: "La petite fille n'a pas été emmenée en larmes par des agents de la police frontalière des Etats-Unis, sa mère est venue la chercher et elles ont été emmenées ensemble".

Time a néanmoins utilisé la photo de la fillette pour sa spectaculaire couverture.

La Une du Time, le 22 juin à Washington, avec un photomontage présentant le président Trump semblant toiser une fillette migrante, que le magazine américain a présentée de façon erronée comme séparée de sa mère
La Une du Time, le 22 juin à Washington, avec un photomontage présentant le président Trump semblant toiser une fillette migrante, que le magazine américain a présentée de façon erronée comme séparée de sa mère ( Eric BARADAT / AFP )

Mais au Honduras, la responsable de la Direction de protection des migrants au ministère des Affaires étrangères, Lisa Medrano, a donné à l'AFP une toute autre version: "La fillette, qui va avoir deux ans, n'a pas été séparée" de ses parents.

Le père de l'enfant, Denis Varela, a confirmé au Washington Post que sa femme Sandra Sanchez, 32 ans, n'avait pas été séparée de Yanela et que les deux étaient actuellement retenues dans un centre pour migrants de McAllen (Texas).

Attaqué pour sa couverture, qui a été largement jugée trompeuse, y compris par la Maison Blanche, Time a déclaré qu'il maintenait sa décision de la publier.

"La photographie du 12 juin de la petite Hondurienne de 2 ans est devenue le symbole le plus visible du débat sur l'immigration actuellement en cours aux Etats-Unis et il y a une raison pour cela", a affirmé dans un communiqué aux médias américains le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal.

Une migrante arrêtée avec sa fille de 2 ans à McAllen au Texas, près de la frontière mexicaine, le 11 juin 2018
Une migrante arrêtée avec sa fille de 2 ans à McAllen au Texas, près de la frontière mexicaine, le 11 juin 2018 ( John MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

"Dans le cadre de la politique appliquée par l'administration, avant son revirement de cette semaine, ceux qui traversaient la frontière illégalement étaient l'objet de poursuites criminelles, qui entraînaient à leur tour la séparation des enfants et des parents. Notre couverture et notre reportage saisissent les enjeux de ce moment", argumente M. Felsenthal dans son communiqué.

Un autre cliché montre une vingtaine d'enfants derrière une grille, certains d'entre eux tentant d'y grimper. Il circule depuis des jours comme une supposée photo de centres de détention pour mineurs à la frontière mexicaine.

Mais son auteur, Abed Al Ashlamoun, photographe de l'agence EPA, a pris cette image en août 2010 et elle représente des enfants palestiniens attendant la distribution de nourriture pendant le ramadan à Hébron, en Cisjordanie.

Enfin, une troisième image est celle d'un enfant en train de pleurer dans ce qui semble être une cage, et qui remporte un grand succès sur Twitter, où elle a été partagée au moins 25.000 fois sur le compte @joseiswriting.

Encore une fois, il s'agit d'un trompe-l'oeil: il s'agit d'un extrait d'une photo qui mettait en scène des arrestations d'enfants lors d'une manifestation contre la politique migratoire américaine et publiée le 11 juin dernier sur le compte Facebook Brown Berets de Cemanahuac.

Que peut-on conclure?

Les trois photographies mentionnées et amplement partagées sur internet ont été sorties de leur contexte et détournées, et ne peuvent servir de preuves des conditions de vie dans les centres de détention de mineurs clandestins.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Orange se renforce dans les services de cloud computing pour les entreprises en annonçant le rachat de Basefarm Holding, un acteur majeur des...

Publié le 16/07/2018

Communiqué de presseParis, le 16 juillet 2018     Orange acquière Basefarm Holding et devient un leader en Europe des services de cloud computing pour les entreprises…

Publié le 16/07/2018

Altice Europe annonce ce matin avoir refinancé 2,5 milliards d'euros de dette de sa filiale française, lui permettant d'allonger de 6,4 à 6,8 années sa maturité. Le coût de celle-ci est de…

Publié le 16/07/2018

Cogelec annonce l'exercice de l'option de surallocation, consentie par son actionnaire majoritaire SRC à Louis Capital Markets UK LLP, dans le cadre...

Publié le 16/07/2018

Allied Universal, dont Wendel est actionnaire à 33%, a signé un accord en vue de l'acquisition de U.S. Security Associates (USSA) pour environ 1 milliard de dollars. USSA, dont le siège est à…