5 337.91 PTS
-0.36 %
5 327.0
-0.42 %
SBF 120 PTS
4 254.51
-0.46 %
DAX PTS
13 063.48
-0.04 %
Dowjones PTS
24 619.62
+0.45 %
6 426.58
+0.57 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les Etats-Unis confiants dans leurs capacités anti-missiles

| AFP | 207 | Aucun vote sur cette news
Test de missile antimissiles américain en Alaska
Test de missile antimissiles américain en Alaska ( Leah Garton / MISSILE DEFFENSE AGENCY/AFP/Archives )

Les Etats-Unis sont confiants dans leurs capacités à répondre efficacement à une attaque balistique nord-coréenne, a indiqué mercredi un responsable américain, au lendemain d'un nouveau test de missile balistique intercontinental par Pyongyang.

"Je ne pense pas qu'ils puissent lancer une attaque nucléaire contre les Etats-Unis dans l'état actuel des choses", a indiqué ce responsable américain s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

"Le consensus est que nous pouvons arrêter tout ce dont la Corée du Nord dispose actuellement", a-t-il ajouté. "A l'avenir, je ne sais pas."

La Corée du Nord a tiré mercredi un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, qui s'est abîmé en mer du Japon après un vol de quelque 1.000 kilomètres.

Ce missile, que le régime de Pyongyang dit "capable de frapper la totalité du continent américain", a atteint la plus haute altitude de tous les tirs effectués par Pyongyang à ce jour, selon le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

Face aux missiles intercontinentaux, les Etats-Unis ont dépensé des milliards de dollars pour développer des technologies capables d'intercepter un missile balistique qui se dirige vers le pays et le Congrès est en train de débloquer des milliards de dollars supplémentaires pour permettre au Pentagone d'accélérer ses programmes de recherche.

Washington dispose du système GMD (Ground-based Midcourse Defense) fort de 44 intercepteurs installé à Fort Greely, à environ 160 km de Fairbanks, en Alaska et sur la base Vandenberg de l'US Air Force en Californie.

Le système repose sur des radars et d'autres capteurs répartis dans le monde entier et sur des satellites pour détecter les tirs de missiles ennemis. Puis un missile intercepteur détruit le missile cible dans l'espace, par la force de son énergie cinétique.

- Défense testée avec succès -

Tir d'un missile antimissile le 26 janvier 2013 du type de ceux qui seraient chargés d'intercepter un missile nord-coréen AFP PHOTO / HANDOUT / US Air Force / Joe Davila = RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT
Tir d'un missile antimissile le 26 janvier 2013 du type de ceux qui seraient chargés d'intercepter un missile nord-coréen AFP PHOTO / HANDOUT / US Air Force / Joe Davila = RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / US Air Force/ Joe Davila " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS = ( Joe Davila / US AIR FORCE/AFP/Archives )

Selon le responsable américain, le système GMD est capable de protéger l'ensemble du territoire américain et il n'est pas nécessaire d'installer un système équivalent sur la côte est.

Cet élément-clé de la défense antimissile américaine a été testé avec succès en mai, lorsqu'un missile intercepteur, tiré depuis la base Vandenberg, avait intercepté avec succès un missile balistique intercontinental cible lancé depuis le Reagan Test Site, dans les îles Marshall.

Mais il avait eu des performances plus mitigées auparavant et pourrait être débordé en cas de tir de missiles en rafale, une capacité dont ne disposent aujourd'hui que les Etats-Unis ou la Chine. Et ce genre d'attaque déclencherait une riposte nucléaire connue sous le nom de "destruction mutuelle assurée", sur laquelle est fondée la dissuasion nucléaire.

Mais les Etats-Unis ne pensent pas que la Corée du Nord dispose d'un nombre suffisant de missiles pour dépasser leurs capacités de défense anti-missile.

"Nous avons suffisamment d'intercepteurs et (...) nous pouvons lancer plus d'un missile en direction de chaque cible entrant" dans l'espace aérien américain, a expliqué le responsable.

En outre, Pyongyang doit encore démontrer qu'il maîtrise la technologie clé pour assurer la survie des ogives à leur rentrée dans l'atmosphère depuis l'espace, a-t-il rappelé. "C'est beaucoup plus difficile" que de lancer un missile et ils ont échoué dans le passé.

La trajectoire en cloche observée lors du dernier test de Pyongyang ne prouve pas que le missile nord-coréen puisse survivre à une phase de rentrée dans l'atmosphère en suivant une trajectoire plus oblique, a-t-il expliqué. La chaleur et la friction provoquées par une entrée en oblique sont nettement supérieures à une entrée verticale.

Pour Michael Elleman, spécialiste de Défense anti-missile à l'International Institute for Strategic Studies, il faudra encore un an à la Corée du Nord pour être capable d'atteindre la côte ouest des Etats-Unis avec un ICBM "fiable".

"Beaucoup d'autres tests seront nécessaires pour déterminer la performance et la fiabilité du missile et il n'est pas sûr que les ingénieurs nord-coréens aient tenté de valider l'efficacité du missile à la rentrée" dans l'atmosphère, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis et leurs alliés disposent d'autres systèmes de défense anti-missile, comme le système THAAD (Terminal High-Altitude Area Defense), qui est conçu pour détruire les missiles balistiques de portées moyenne ou intermédiaire dans leur dernière phase d'approche en s'écrasant contre eux.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

EDF progresse de 0,3% à 10,505 euros. L’électricien a confirmé son objectif d'Ebitda 2017 malgré une production nucléaire plus faible que prévu. Le groupe entend toujours dégager un Ebitda…

Publié le 15/12/2017

Barrière en vue

Publié le 15/12/2017

Information réglementée - Informations privilégiées - 15 décembre 2017 - 16h45 CET   LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ,…

Publié le 15/12/2017

Après la forte hausse du titre

Publié le 15/12/2017

bioMérieux a un nouveau patron...

CONTENUS SPONSORISÉS