En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Les étapes de la crise en Bolivie

| AFP | 262 | Aucun vote sur cette news
Une femme enlève des affiches avec le portrait d'Evo Morales sur le mur d'une maison à El Alto en Bolivie, le 11 novembre 2019
Une femme enlève des affiches avec le portrait d'Evo Morales sur le mur d'une maison à El Alto en Bolivie, le 11 novembre 2019 ( Aizar RALDES / AFP )

Rappel des événements en Bolivie depuis l'élection présidentielle du 20 octobre dont la contestation a abouti à la démission du président Evo Morales, parti se réfugier au Mexique.

En trois semaines, la vague de protestation a fait trois morts et plus de 380 blessés.

Election présidentielle

Au soir du scrutin présidentiel du 20 octobre, Evo Morales, premier chef d'Etat indigène et de gauche du pays, arrive en tête avec 45,28% des voix devant le centriste Carlos Mesa (38,16%) après le dépouillement de 84% des bulletins, loin des dix points d'écart nécessaires à une élection au premier tour.

Dans la nuit, la transmission des résultats partiels par le Tribunal électoral suprême (TSE) est inexplicablement interrompue, suscitant les critiques des observateurs internationaux et de l'opposition qui craint des fraudes.

Le 21, le TSE donne 46,4% des voix à M. Morales, contre 37,07% à Carlos Mesa, sur 95,63% des bulletins dépouillés, laissant entrevoir une victoire au premier tour du président sortant, qui brigue un 4e mandat, pourtant rejeté par référendum en février 2016.

La rue s'embrase

De violents incidents éclatent dans plusieurs régions, dont la capitale La Paz: incendies de bâtiments, heurts avec la police, saccages.

Un homme parle au téléphone près d'autobus incendiés, sur un parking de La Paz le 11 novembre 2019
Un homme parle au téléphone près d'autobus incendiés, sur un parking de La Paz le 11 novembre 2019 ( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

Le 23, M. Morales affirme que "la droite s'est préparée, avec le soutien international, à un coup d'Etat".

Une grève générale, à l'appel d'organisations citoyennes, est émaillée d'incidents entre partisans des deux camps.

Victoire officielle

Le 25, selon les résultats définitifs, Evo Morales est déclaré vainqueur avec 47,08% des voix devant Carlos Mesa (36,51%).

L'opposition, l'Union européenne (UE), l'Organisation des Etats américains (OEA), les Etats-Unis, la Colombie et l'Argentine demandent un second tour.

Le 27, M. Morales exclut toute "négociation politique". La contestation s'intensifie.

Mesa demande un nouveau scrutin

Le 2 novembre, Luis Fernando Camacho, le dirigeant le plus radical de l'opposition, appelle l'armée et la police à "se ranger aux côtés du peuple".

Le 4, Carlos Mesa exige la tenue d'un nouveau scrutin.

Le 6, violents affrontements à Cochabamba, blocages ailleurs dans le pays.

Mutineries

Le 8, au moins trois unités de police se mutinent à Cochabamba, Sucre et Santa Cruz.

Des manifestants pro-Evo Morales bloquent une rue à El Alto en Bolivie le 11 novembre 2019
Des manifestants pro-Evo Morales bloquent une rue à El Alto en Bolivie le 11 novembre 2019 ( Aizar RALDES / AFP )

Evo Morales dénonce un "coup d'Etat en cours".

Le lendemain, il lance un appel au dialogue avec les partis politiques, aussitôt rejeté par l'opposition.

Morales démissionne

Le 10, l'OEA demande l'annulation de la présidentielle qu'elle estime entachée d'irrégularités.

Evo Morales annonce un nouveau scrutin, sans réussir à ramener le calme.

Plusieurs ministres et députés démissionnent, après des attaques contre certains d'entre eux.

Alors que l'armée et la police réclament son départ, le dirigeant indigène âgé de 60 ans renonce finalement à son poste.

Vacance du pouvoir

Evo Morales annonce dans la soirée qu'un mandat d'arrêt "illégal" a été émis contre lui.

Plusieurs anciens responsables, notamment au sein du TSE, sont arrêtés.

La Bolivie se retrouve sans dirigeant, les successeurs prévus à Evo Morales par la Constitution ayant tous démissionné avec lui.

Face à la vacance du pouvoir, la deuxième vice-présidente du Sénat, l'opposante Jeanine Añez, revendique son droit à devenir chef de l'Etat par intérim.

Dans la nuit, des troubles éclatent à La Paz et El Alto, une ville proche.

La gauche latino-américaine (Cuba, Nicaragua, Venezuela...) dénonce un "coup d'Etat".

Morales réfugié au Mexique

Des policiers patrouillent dans les rues de La Paz, le 11 novembre 2019
Des policiers patrouillent dans les rues de La Paz, le 11 novembre 2019 ( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

Le 11, Moscou dénonce les violences orchestrées par l'opposition et le départ forcé de Morales, tandis que Madrid critique le rôle de l'armée et de la police. Le président américain Donald Trump se félicite son côté du "signal fort" envoyé aux "régimes illégitimes".

Jeanine Añez annonce la prochaine convocation d'une élection présidentielle.

La police, "dépassée" par la situation à La Paz où s'est installé un climat de violences, appelle l'armée en renfort.

Evo Morales se réfugie au Mexique qui lui a accordé l'asile politique.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...