En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
+0.00 %

Les élus reçus par Macron s'opposent à un référendum le jour des européennes

| AFP | 257 | Aucun vote sur cette news
Le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, quitte l'Elysée après un entretien avec le chef de l'Etat, le 5 février 2019
Le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, quitte l'Elysée après un entretien avec le chef de l'Etat, le 5 février 2019 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

L'hypothèse de la tenue d'un référendum le jour des élections européennes a été critiquée par les responsables politiques de gauche, du centre et de la droite reçus mardi par Emmanuel Macron dans le cadre du grand débat.

Organiser "un référendum peut être une bonne idée, mais certainement pas le jour des européennes", a affirmé Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs LR. "Pas question", a également dénoncé Jean-Christophe Lagarde, le patron des députés UDI, à l'issue de son entretien à l'Elysée.

Ce serait "étonnant" qu'Emmanuel Macron, qui "s'est fait élire sur une image très européenne", choisisse d'organiser un référendum le 26 mai, jour du scrutin européen, a également réagi Valérie Rabault, la présidente du groupe PS à l'Assemblée.

De son côté, le patron des députés MoDem Patrick Mignola a estimé que le référendum pouvait "être une solution", mais "pas nécessairement le jour des Européennes".

Enfin, son collègue du groupe communiste André Chassaigne, dernier reçu par Emmanuel Macron, ne s'est pas exprimé sur la date, mais a averti qu'un référendum pouvait "être au final une mèche lente sur un bâton de dynamite".

Selon le Journal du dimanche, le président serait tenté de convoquer un référendum le 26 mai, mais cette hypothèse n'a pas la faveur de plusieurs membres de sa majorité, dont le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Le Premier ministre Edouard Philippe s'est lui-même montré circonspect, mardi au Sénat, en estimant que "tout ce qui aurait pour effet de remettre en cause la clarté du débat" sur l'Europe "serait probablement à écarter".

"Je suis convaincu qu'il ne viendra pas à l'idée du président de le faire concomitamment aux élections européennes", a déclaré Bruno Retailleau car "ce serait sacrifier le débat européen et jouer l'Europe à la roulette russe du référendum".

Pour M. Lagarde, "on ne peut pas être président de la République en se faisant élire sur un projet européen et sacrifier le débat européen, ce serait trahir son mandat".

"S'il y a un référendum le jour des élections européennes, je crains que l'Europe ne passe à la trappe", a estimé Valérie Rabault.

Au-delà de sa date, se pose la question du contenu du référendum qui "ne peut pas être l'alpha et l'oméga du grand débat", selon la porte-parole du MoDem, Sarah El Haïry.

Pour Bruno Retailleau, "les Français ne demandent pas la proportionnelle tous les jours sur les rond-points. Ils demandent du pouvoir d'achat, ils demandent moins d'impôts". "Il faut faire de vraies réformes, pas des semblants de réforme", a-t-il dit au président.

La réponse au grand débat doit être "avant tout économique et sociale" et non "uniquement institutionnelle", a insisté Valérie Rabault. En faisant une comparaison entre la situation actuelle et mai 68: "quand le général de Gaulle a voulu résoudre 68, il a fait le Grenelle. C'est-à-dire (une réunion) avec les partenaires sociaux" et "pas juste une réforme institutionnelle".

"La priorité de la priorité, ce sont des mesures concrètes de justice sociale; le reste c'est de l'artifice", a prévenu André Chassaigne. Qui a aussi mis en garde le président contre une réduction du nombre de députés. "Ce n'est pas la bonne solution" car "on aura des députés hors-sol alors qu'on a besoin d'élus très près du terrain".

Emmanuel Macron poursuit mercredi ses échanges en tête-à-tête avec les chefs des groupes et de partis représentés à l’Assemblée, au Sénat et au Parlement européen. Il reçoit en particulier Marine Le Pen (RN) et Jean-Luc Mélenchon (LFI).

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...