En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les élections de mi-mandat américaines: ce qu'il faut savoir

| AFP | 404 | Aucun vote sur cette news
Les électeurs américains vont choisir leurs parlementaires à Washington à l'occasion des élections de mi-mandat, le 6 novembre prochain
Les électeurs américains vont choisir leurs parlementaires à Washington à l'occasion des élections de mi-mandat, le 6 novembre prochain ( Eric BARADAT / AFP/Archives )

Les Américains renouvelleront-ils la majorité républicaine pour qu'elle puisse soutenir au Congrès le programme de Donald Trump? Ou rendront-ils aux démocrates le contrôle du Sénat et de la Chambre des représentants afin d'entraver la politique du président américain?

Réponse le 6 novembre, lorsque les électeurs choisiront les parlementaires pour siéger à Washington et dans pratiquement toutes les assemblées locales, ainsi que les gouverneurs de 36 Etats sur 50.

Ce sera "une bataille au couteau", a prédit le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell, alors que certains voient venir une "vague" démocrate qui pourrait engloutir le Capitole.

Organisées deux ans après la présidentielle, ces élections de mi-mandat se convertissent de fait en référendum sur l'occupant de la Maison Blanche. En plus de 150 ans, le parti du président n'a que très rarement échappé au vote sanction.

- Qui élit-on? -

Elections de mi-mandat
Elections de mi-mandat ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Les élections présidentielles se tiennent tous les quatre ans aux Etats-Unis, en même temps que certaines élections parlementaires et scrutins locaux.

Puis, au milieu du mandat du président, des élections parlementaires et locales sont de nouveau organisées à travers le pays. Le président américain ne figure pas sur le bulletin de vote.

L'ensemble des 435 sièges de la Chambre américaine des représentants sont remis en jeu tous les deux ans.

Au Sénat, qui compte 100 élus, les mandats durent six ans. Plus d'un tiers seront renouvelés le 6 novembre: 35 sièges.

Les républicains contrôlent en ce moment le Congrès, avec une courte majorité au Sénat (51-49) et plus confortablement à la Chambre (236-193, avec six sièges vacants).

Mais la carte électorale du Sénat est, par un hasard du calendrier, beaucoup plus défavorable aux démocrates car ils doivent défendre 26 sièges, contre seulement neuf pour les républicains.

A la Chambre, les démocrates doivent gagner 25 sièges supplémentaires s'ils veulent reprendre la majorité. C'est faisable, selon les sondeurs.

Les nouveaux élus entameront leur mandat le 1er janvier 2019.

- Quels enjeux? -

L'impact de ces scrutins pourrait être monumental.

Si les démocrates prenaient la majorité à la Chambre, la probabilité du lancement d'une procédure de destitution contre Donald Trump ("impeachment") augmenterait grandement.

Les enquêtes parlementaires contre l'administration Trump, visant notamment les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du milliardaire et la Russie en 2016, se multiplieraient.

Les démocrates prendraient la tête des commissions parlementaires à la Chambre, ce qui leur donnerait le pouvoir de distribuer les assignations à comparaître aux témoins qu'ils voudraient entendre sous serment.

Si les démocrates parvenaient aussi à prendre le contrôle du Sénat, alors toutes les nominations de Donald Trump pour la Cour suprême, le système judiciaire fédéral ou des postes exécutifs au sein de l'administration pourraient être bloquées. Le Sénat a le dernier mot sur ces choix présidentiels.

- Un vote sur Trump? -

Absolument. Bien que le nom de Donald Trump ne figure pas sur les bulletins de vote, de nombreux Américains perçoivent le scrutin du 6 novembre comme un référendum sur le président.

Dans des Etats conservateurs comme le Kansas ou la Caroline du Sud, les candidats républicains n'ont aucune raison de se distancer du milliardaire. Au contraire, ils peuvent compter sur sa très solide popularité chez les conservateurs.

Mais cette cote de popularité plonge à l'échelle nationale. Dans des terres tiraillées entre démocrates et républicains, le nom du président peut donc s'avérer toxique. Les candidats de son parti tentent alors de concentrer leur campagne sur la solide croissance économique tandis que les démocrates font tout pour rappeler ses politiques controversées sur l'immigration, la santé ou le commerce.

Tout est question d'équilibre, remarque Matt Mackowiak, un consultant républicain basé à Austin, au Texas.

"Le défi pour les républicains est qu'ils ont besoin de Trump pour galvaniser la base. Mais plus il est présent, plus le risque est élevé" de braquer les groupes d'électeurs qui peuvent faire basculer le scrutin: les femmes éduquées de la classe moyenne et les indépendants.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...