En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 905.5
-0.08 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-
DAX PTS
11 066.41
-
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.138
+0.17 %

Les écrans et les très jeunes enfants, un enjeu de santé, selon Agnès Buzyn

| AFP | 289 | Aucun vote sur cette news
La ministre de la Santé Agnès Buzyn durant les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018
La ministre de la Santé Agnès Buzyn durant les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

L'exposition des très jeunes enfants aux écrans (télévisions, smartphones, tablettes...) entraîne des risques pour le développement et la santé physique, a souligné jeudi la ministre de la Santé Agnès Buzyn, à l'occasion des 10 ans de la campagne du CSA visant à bannir les écrans pour les moins de 3 ans.

De vendredi à dimanche, les chaînes de télévisions et les radios relaieront le message martelé depuis une décennie par le Conseil supérieur de l'audiovisuel : "pas d'écran avant 3 ans".

Un principe simple, posé il y a 10 ans, lorsque le CSA avait décidé d'interdire les programmes télé destinés aux moins de trois ans au moment où des chaînes anglo-saxonnes dédiées aux bébés avaient cherché à s'installer en France.

Même si cette décision s'appuyait sur des avis d'experts de la santé et de l'enfance, la recommandation du CSA de bannir l'usage des écrans par les tout-petits avait eu du mal à s'imposer, certains la jugeant trop "intrusive" ou y voyant une forme de "censure", a rappelé Carole Bienaimé-Besse, conseillère du CSA en charge de la jeunesse, lors d'une conférence de presse.

Mais 10 ans après, avec la multiplication des écrans (on en compte 5 par foyers désormais), "nous voyons aujourd'hui combien cette alerte était nécessaire et combien cet enjeu est toujours d'actualité", a souligné la ministre de la Santé, venue exprimer son "soutien sans réserve" à l'action du CSA dans ce domaine.

"S'il ne faut pas culpabiliser les parents, il ne faut pas ignorer les risques qui pèsent sur les jeunes enfants", a-t-elle insisté, évoquant des dangers qui vont de "conséquences sur le développement du cerveau, l'acquisition du langage et le niveau de concentration" à des problèmes de santé physique, entre "troubles du sommeil et de la vision" et "obésité liée à la sédentarité".

Le président du CSA, Olivier Schrameck, entend développer l'action du régulateur dans le domaine de la santé, notamment via deux chartes en cours d'élaboration avec le ministère, l'une qui porte sur l'exposition des enfants à la pornographie et la seconde sur l'influence des écrans en matière de comportements alimentaires.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Après avoir obtenu l'autorisation réglementaire nécessaire, Amundi annonce le lancement d'un programme de rachat d'actions, via un mandat conclu avec...

Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...