En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 910.31 PTS
+2.17 %
4 897.5
+2.07 %
SBF 120 PTS
3 897.01
+2.01 %
DAX PTS
10 926.05
+1.35 %
Dowjones PTS
24 606.78
+0.97 %
6 797.22
+1.39 %
1.136
+0.35 %

Les dates-clés de la crise des Rohingyas

| AFP | 561 | Aucun vote sur cette news
Un groupe de Rohingyas se dirige vers un point d'enregistrement bangladeshi, à Cox's Bazar, au lendemain de leur arrivée depuis la Birmanie, le 3 décembre 2017
Un groupe de Rohingyas se dirige vers un point d'enregistrement bangladeshi, à Cox's Bazar, au lendemain de leur arrivée depuis la Birmanie, le 3 décembre 2017 ( Ed JONES / AFP/Archives )

Les dates-clés de la crise humanitaire des Rohingyas, qui a fait au moins 6.700 morts au premier mois des violences selon Médecins sans frontières (MSF). 647.000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie ont fui au Bangladesh depuis août.

- 25 août: attaques de la rébellion rohingya -

Le 25 août, aux aurores, des partisans de la jeune rébellion rohingya, l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), lancent une trentaine d'attaques contre des postes de police dans l'Etat Rakhine. Treize policiers sont tués.

Des réfugiés rohingyas s'abritent de la pluie à dans un camp près de Gumdhum, au Bangladesh, le 17 septembre 2017
Des réfugiés rohingyas s'abritent de la pluie à dans un camp près de Gumdhum, au Bangladesh, le 17 septembre 2017 ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

L'armée riposte avec des raids sur des villages rohingyas, présentés comme des opérations antiterroristes. Des témoins font état de tirs d'obus et de mitrailleuses sur des civils fuyant vers le Bangladesh.

L'armée dit avoir tué 400 rebelles. Les détracteurs du régime soutiennent que la majorité des victimes sont des civils. L'ONU évoque un bilan d'au moins 1.000 tués les deux premières semaines.

- 5 septembre: marée de réfugiés au Bangladesh -

Onze jours après les attaques, plus de 120.000 réfugiés rohingyas ont déjà passé la frontière du Bangladesh, pris de court par cet afflux. Au moins 300.000 Rohingyas s'y trouvaient déjà, legs des vagues de violences précédentes.

Un homme porte des bâtons de bambou près d'un camp de réfugiés rohingyas, à Balukhali, au Bangladesh, le 15 septembre 2017
Un homme porte des bâtons de bambou près d'un camp de réfugiés rohingyas, à Balukhali, au Bangladesh, le 15 septembre 2017 ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

Après avoir pour certains marché plus d'une semaine à travers collines et forêts, sous la pluie et dans la boue des rizières, les nouveaux arrivants découvrent des camps de réfugiés surpeuplés. Nombre d'entre eux disent avoir été victimes d'exactions de la part de l'armée et des bouddhistes.

Selon les autorités birmanes, 10.000 hindous et bouddhistes avaient également été déplacés à cette date en Birmanie à cause des combats. Un chiffre monté par la suite à près de 30.000.

- 19 septembre: Aung San Suu Kyi sort du silence -

Dans un discours en anglais destiné à l'étranger, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi se dit ouverte à un retour de réfugiés rohingyas en Birmanie, selon des critères ambigus.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi prononce un discours à Naypyidaw, le 19 septembre 2017
La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi prononce un discours à Naypyidaw, le 19 septembre 2017 ( Ye Aung THU / AFP/Archives )

Cette prise de parole n'apaise pas les critiques de la communauté internationale, qui dénonce la position floue du prix Nobel de la paix sur les Rohingyas, des apatrides considérés par la société birmane comme des étrangers menaçant l'identité nationale.

L'ex-dissidente, arrivée au pouvoir en avril 2016, doit maintenir un fragile équilibre avec la très influente armée, qui a régné sans partage sur la Birmanie pendant près d'un demi-siècle.

Elle fera une première visite dans la zone du conflit le 2 novembre, sans déclaration.

- 23 novembre: accord pour un retour de Rohingyas -

La Birmanie et le Bangladesh signent un accord au contenu flou sur le retour "dans les deux mois" de réfugiés au Bangladesh, sans employer le terme "rohingya", sans préciser pas les critères de rapatriement ni le nombre des personnes concernées.

Le lendemain, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) estime que les conditions pour assurer un retour "sécurisé et durable" ne sont pas réunies.

- 2 décembre: le pape demande "pardon" aux Rohingyas -

Depuis le Bangladesh, le Pape François demande "pardon" aux réfugiés "rohingyas", après avoir écouté avec gravité les récits de seize d'entre eux.

Le Pape François en visite dans une église bangladeshi à Dacca, le 2 décembre 2017
Le Pape François en visite dans une église bangladeshi à Dacca, le 2 décembre 2017 ( Noah SEELAM / AFP/Archives )

Le souverain pontife, qui a effectué auparavant un voyage de quatre jours en Birmanie, y a appelé le 29 novembre les bouddhistes "à dépasser toutes les formes d'intolérance, de préjugé et de haine", sans mentionner explicitement le sort des rohingyas.

- 5 décembre: "éléments de génocide" selon l'ONU -

La violence dans l'État Rakhine
La violence dans l'État Rakhine ( Gal ROMA / AFP )

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad Al Hussein évoque des "éléments de génocide" visant les Rohingyas, réclamant une enquête internationale.

L'ONU a déjà dénoncé à plusieurs reprises une "épuration ethnique" menée par les autorités birmanes.

- 14 décembre: des milliers de morts selon MSF -

Au moins 6.700 Rohingyas, dont 730 enfants, ont été tués entre fin août et fin septembre lors d'une opération de l'armée birmane, selon Médecins sans frontières (MSF), qui prévient que le bilan réel pourrait être plus lourd.

D'après les milliers d'entretiens menés par MSF, 69% ont été tués par balles, 9% ont été victimes de brûlures mortelles, 5% de tabassages.

burs-amd-ang/vdr/tib/thm

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

A l’issue de la réunion qui s’est tenue hier à l’Elysée et dans un effort de solidarité nationale, Société Générale a annoncé la mise en place des mesures suivantes : le gel de ses…

Publié le 12/12/2018

Elliott Advisors s'attaque à une nouvelle société française...

Publié le 12/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 12/12/2018

      12 décembre 2018       Déclaration du nombre total des droits de vote et du nombre d'actions composant le capital social     (articles…

Publié le 12/12/2018

C’est désormais officiel : Anne Rigail est nommée directrice générale d’Air France. Elle était jusqu’à présent directrice générale adjointe client d’Air France. Elle devient ainsi la…