En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 154.74 PTS
-0.27 %
5 156.00
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 092.12
-0.20 %
DAX PTS
11 297.72
-0.01 %
Dowjones PTS
25 879.44
-0.01 %
7 064.57
+0.13 %
1.132
+0.13 %

Les dates clés de l'Iran depuis la Révolution islamique

| AFP | 301 | 5 par 1 internautes
L'ayatollah Khomeiny, de retour d'exil, est entouré par ses partisans, le 1er février 1979 à Téhéran
L'ayatollah Khomeiny, de retour d'exil, est entouré par ses partisans, le 1er février 1979 à Téhéran ( GABRIEL DUVAL / AFP/Archives )

Rappel des principaux événements en Iran depuis la Révolution islamique de 1979.

Révolution islamique

Le 1er février 1979, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny rentre à Téhéran après plus de 14 ans d'exil, à la suite du départ du chah Mohamed Reza Pahlavi, qui avait pris la fuite le 16 janvier après des mois de protestations contre son régime.

Le 11, la radio iranienne, baptisée "Voix de la Révolution", annonce "la fin de 2.500 ans de despotisme". La République islamique est proclamée le 1er avril.

Otages américains

Le 4 novembre 1979, des étudiants islamistes envahissent l'ambassade des États-Unis à Téhéran et prennent en otage 52 diplomates. Ils dénoncent l'hospitalisation de l'ex-chah aux États-Unis et demandent son retour en Iran. La prise d'otage dure 444 jours.

En avril 1980, Washington rompt ses relations diplomatiques avec Téhéran et impose un embargo commercial, dix mois avant la libération des derniers otages.

Guerre Irak-Iran

Le 22 septembre 1980, l'Irak lance son armée sur le territoire iranien après que Bagdad eut dénoncé les accords d'Alger de 1975 censés mettre fin au conflit frontalier entre les deux pays sur le Chatt al-Arab, le bras principal du delta du Tigre et de l'Euphrate.

Un cessez-le-feu entre en vigueur en août 1988. La guerre a fait 680.000 morts et disparus (180.000 côté irakien et 500.000 côté iranien).

De Khamenei à Khatami

Après le décès en juin 1989 de Khomeiny, l'ayatollah Ali Khamenei, président depuis 1981, devient guide suprême.

En juillet, Akbar Hachémi Rafsandjani est élu président, puis réélu en 1993. Ce conservateur modéré mène la reconstruction de son pays après la guerre avec l'Irak et amorce une politique d'ouverture à l'Occident.

Le 23 mai 1997, le réformateur Mohammad Khatami est élu triomphalement président. Mais des émeutes et des manifestations estudiantines émailleront son mandat. Réélu en 2001, M. Khatami aura passé huit années à se battre contre l'obstruction des conservateurs.

Ahmadinejad, ultraconservateur

Début 2002, le président George W. Bush classe l'Iran comme un pays de l'"axe du mal" avec l'Irak et la Corée du Nord, l'accusant de vouloir "exporter le terrorisme" et de se doter d'armes de destruction massive.

Le 25 juin 2005, Mahmoud Ahmadinejad remporte la présidentielle. L'Iran reprend son programme d'enrichissement d'uranium.

M. Ahmadinejad multiplie les déclarations remettant en cause l'Holocauste, et appelle à ce qu'Israël soit "rayé de la carte".

En juin 2009, sa réélection provoque un mouvement de contestation à Téhéran, violemment réprimé.

Rohani, religieux modéré

Le 15 juin 2013, Hassan Rohani, partisan d'une ouverture vis-à-vis de l'Occident, est élu à la présidence.

En septembre, les présidents Barack Obama et Hassan Rohani se parlent au téléphone, un contact sans précédent à ce niveau depuis 1979.

Le 14 juillet 2015, un accord sur le nucléaire entre la République islamique et six grandes puissances met fin à 12 ans de contentieux. Il garantit le caractère civil du programme iranien en échange d'une levée sur dix ans des sanctions internationales.

Allié d'Assad

Renforcé par l'accord sur le nucléaire qui lui permet de revenir sur le devant de la scène internationale, l'Iran se pose en acteur incontournable dans le conflit en Syrie, où il est, avec la Russie, le principal allié du régime de Damas, qu'il aide militairement et économiquement.

Rupture avec l'Arabie

Début janvier 2016, l'Arabie saoudite et ses alliés rompent ou réduisent leurs relations diplomatiques avec Téhéran après une crise déclenchée par l'exécution d'un dignitaire chiite saoudien.

Ils accusent l'Iran d'ingérence dans les affaires des pays arabes et d'attiser les conflits notamment en Syrie et au Yémen.

Contestation

Le 19 mai 2017, M. Rohani est réélu, avec le soutien des réformateurs.

Du 28 décembre au 1er janvier 2018, des dizaines de villes sont agitées par des troubles (au moins 25 morts), en marge de manifestations non autorisées contre la situation économique et sociale et contre le pouvoir.

Retrait américain de l'accord

Le 8 mai 2018, le président américain Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord nucléaire, et le rétablissement des sanctions contre Téhéran et les entreprises ayant des liens avec la République islamique.

Les sanctions, rétablies en août puis novembre, touchent particulièrement les secteurs pétrolier et financier iraniens.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Empreinte climatique...

Publié le 19/02/2019

En partenariat avec la start-up Zelros, CNP Assurances a déployé un assistant virtuel utilisant des technologies d’intelligence artificielle pour faciliter le travail de ses équipes de gestion de…

Publié le 19/02/2019

Actuellement en test sur la ligne 1...

Publié le 19/02/2019

Dans la sclérodermie systémique