En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
-
5 355.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 318.04
-
DAX PTS
12 579.72
-
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 497.49
-0.09 %

Les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

| AFP | 240 | 5 par 1 internautes
L'entrée de Har Adar, une colonie de Cisjordanie occupée située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Jérusalem, le 26 septembre 2017
L'entrée de Har Adar, une colonie de Cisjordanie occupée située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Jérusalem, le 26 septembre 2017 ( MENAHEM KAHANA / AFP )

Plus de 600.000 colons résident en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, territoires occupés par Israël depuis le conflit-israélo-arabe de 1967 où vivent également près de trois millions de Palestiniens.

A ce jour, ils sont plus précisément 430.000 colons à vivre en Cisjordanie occupée, aux côtés de 2,6 millions de Palestiniens. Plus de 200.000 Israéliens vivent, eux, dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, aux côtés d'au moins 300.000 Palestiniens.

Alors que cette coexistence est souvent conflictuelle, des dizaines de milliers de Palestiniens vont chaque jour travailler en Israël ou dans ces colonies, souvent attirés par des rémunérations notablement plus élevées, malgré la réprobation pouvant être associée parmi les autres Palestiniens à un tel emploi.

L'assaillant palestinien qui a tué trois Israéliens mardi, à l'entrée de la colonie de Har Dar, disposait lui-même d'un permis de travail israélien. Il s'agissait d'un habitant de Beit Surik, un village tout proche de Har Adar.

Cisjordanie: 3 Israéliens tués par les tirs d'un Palestinien
Cisjordanie: 3 Israéliens tués par les tirs d'un Palestinien ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

La colonisation est considérée par une grande partie de la communauté internationale comme un des principaux obstacles à un règlement du conflit israélo-palestinien. Elle est illégale au regard du droit international.

Elle s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis la guerre des Six Jours en 1967 et le début de l'occupation: selon Roby Nathanson, directeur général de Macro Center for Political Economics --une ONG qui publie des rapports sur les colonies--, la superficie totale des constructions en Cisjordanie a bondi de 100% en 18 ans.

Les autorités israéliennes y ont investi des milliards de dollars. Aucun chiffre officiel global n'existe sur le montant de ces dépenses, mais le ministère des Finances, seule institution à publier chaque année le montant d'une partie des investissements, cite une somme de 3,5 milliards de dollars de 2003 à 2015 pour la Cisjordanie uniquement.

Ce calcul n'inclut pas le coût considérable des infrastructures comme les routes, destinées avant tout à la circulation des colons, ou celui de la sécurité des colonies.

Il ne prend pas en compte Jérusalem-Est, qu'Israël déclare sous sa souveraineté.

Plusieurs ONG favorables à la création d'un État palestinien indépendant estiment que la poursuite de la colonisation n'est pas une fatalité.

Gilad Sher, ancien collaborateur de l'ex-Premier ministre Ehud Barak et parmi les fondateurs de Blue White Future --ONG se proposant de défendre le "caractère juif et démocratique d'Israël"--, est persuadé que l'économie israélienne a les moyens de financer les 10 milliards de dollars que coûterait selon lui un déménagement de 100.000 Israéliens.

Ce chiffre correspond au nombre de colons installés dans des implantations isolées en Cisjordanie. Ces colonies sont, à des degrés divers, les plus susceptibles d'être évacuées dans le cadre d'un éventuel accord négocié avec les Palestiniens sur le partage de la terre.

En revanche, les grand blocs de colonisation font l'objet d'un large consensus politique en Israël quant à leur annexion.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Poxel annonce aujourd'hui avoir présenté, lors des 78e sessions scientifiques de l'American Diabetes Association (ADA), des données démontrant de...

Publié le 25/06/2018

Abivax fait part de la nomination du Professeur Ian McGowan en tant que Président de son Comité Scientifique, dont il était jusqu'ici membre régulier,...

Publié le 25/06/2018

Lexibook affiche une perte nette de 694 000 euros à l'issue de son exercice 2017/2018 clos fin mars. Elle était de plus de 4 millions d'euros à l'issue de l'exercice précédent. Le résultat…

Publié le 25/06/2018

Harvest reçoit l'agrément de l'ACPR, gage d'excellence en tant qu'agrégateur Harvest, leader français des éditeurs de logiciels sur le métier du...

Publié le 25/06/2018

Kalray, pionnier des processeurs dédiés aux nouveaux systèmes intelligents, va dévoiler ses solutions de traitement de données en ligne et d'intelligence artificielle au salon International…