En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Les associations étudiantes en alerte après l'immolation d'un étudiant à Lyon

| AFP | 306 | 1 par 1 internautes
Des étudiants manifestent devant le CROUS à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019
Des étudiants manifestent devant le CROUS à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

"Ce geste ne fait que révéler la précarité très importante des étudiants": quatre jours après l'immolation d'un étudiant à Lyon, les associations alertent sur l'urgence d'une refonte de l'aide sociale étudiante.

Ce jeune de 22 ans s'est immolé devant le siège du Crous (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires). Brûlé à 90%, il est toujours "entre la vie et la mort" à l'hôpital.

En difficulté financière - il avait perdu sa bourse en "triplant" sa deuxième année de licence à l'université Lyon 2 - le jeune homme a expliqué son geste dans un message lu mardi par une camarade lors d'un rassemblement sur le lieu de son acte. "Cette année (...) je n'avais pas de bourse mais même quand j'en avais, 450 euros par mois, est-ce suffisant pour vivre ?", demandait l'étudiant avant de passer à l'acte.

Manifestation d'étudiants devant le Crous de Lyon le 12 novembre 2019
Manifestation d'étudiants devant le Crous de Lyon le 12 novembre 2019 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Comme lui, Imane Ouelhadj, étudiante en deuxième année de licence en sciences du langage n'a plus de bourse. "J'ai touché 100 euros par mois durant deux ans en vivant chez mes parents mais comme je suis en rupture avec eux, je n'ai plus accès à leur feuilles d'imposition et donc je ne touche plus rien", regrette cette étudiante affiliée au syndicat étudiant Unef.

"Après la débrouille, c'est le stress à chaque fin de mois, j'ai la boule au ventre et c'est vraiment éprouvant psychologiquement", témoigne la jeune femme qui bénéficie de "l'aide d'amis".

Pour Mélanie Luce, présidente de l'Unef, l'immolation du jeune homme "ne fait que révéler la précarité très importante des étudiants". "Le problème, c'est qu'on enchaine les réformes (baisse des aides sociales, aides au logement gelées...) qui précarisent les étudiants mais parallèlement, les postes de dépenses telles que la nourriture, le logement, augmentent", dénonce-t-elle.

"Le système est à bout de souffle", résume-t-elle. "Nous demandons un plan de réformes des aides sociales. Nous alertons le gouvernement sur le sujet et attendons une réaction, il y a urgence", ajoute Mme Luce.

Des étudiants manifestent à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019
Des étudiants manifestent à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Mardi, des rassemblements à l'appel du syndicat Solidaires se tenaient à Lyon, Paris et d'autres villes de France.

"On est nombreux à se sentir en situation de précarité avec des aides qui ne sont pas accessibles à tous ceux qui en ont besoin", déplore Bérangère Poncet, présidente de l'association des étudiants de Paris.

"Antidépresseurs"

Selon elle, "de nombreux étudiants cumulent leurs études avec un travail et même pour ceux qui vivent chez leurs parents, c'est très difficile de tout concilier".

Des étudiants manifestent devant le CROUS à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019
Des étudiants manifestent devant le CROUS à Lyon, quatre jours après l'immolation d'un étudiant, le 12 novembre 2019 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

"Près de quatre étudiants sur dix perçoivent une aide, c'est beaucoup", précise Monique Ronzeau, présidente de l'Observatoire national de la vie étudiante (OVE).

Le gouvernement assure qu'il travaille à améliorer les conditions de vie étudiante.

Depuis le 1er septembre, tous les étudiants encore affiliés à une mutuelle sont automatiquement rattachés au régime général de l'Assurance maladie, signant ainsi la fin d'une Sécu étudiante créée après-guerre et longtemps restée dans le giron des mutuelles.

Par ailleurs, depuis la rentrée, les bourses dispensées par les Crous ont augmenté de 1,1 %, soit 46 millions d'euros supplémentaires.

Pas suffisant pour les associations. "Il faut réformer en profondeur l'aide sociale étudiante, une hausse des montants", demande Orlane François, présidente de la Fage, premier syndicat étudiant.

Selon elle, "20% des jeunes de 18 à 24 ans vivent sous le seuil de pauvreté. Les bourses varient entre 100 et 570 euros par mois; ça ne suffit pas. Ces bourses s'adressent à des publics très précaires qui doivent tout payer (loyer, nourriture, transports)", ajoute-t-elle.

"Crises d'angoisse, antidépresseurs...": une autre étudiante en sciences politiques de 22 ans, qui souhaite garder l'anonymat, raconte "son parcours du combattant".

"J'ai perdu ma bourse car je me suis réorientée et j'ai aussi redoublé deux fois. Mes parents n'ont pas pu continuer à m'aider. Heureusement, des amis m'aident pour manger notamment, mais c'est dur et surtout je suis très endettée à seulement 22 ans", lance-t-elle.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 06/12/2019

L'étudiant et blogueur russe Egor Joukov près du tribunal moscovite qui l'a condamné à 3 ans de prison avec sursis, le 6 décembre 2019 ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP )La justice russe a condamné…

Publié le 29/11/2019

Stentys informe ses actionnaires de la décision du conseil d'administration d'ajourner son assemblée générale du 29 novembre qui était appelée à se...

Publié le 27/11/2019

Des bénévoles des Restos du coeur se préparent le 26 novembre 2019 à Paris pour le lancement de la campagne d'hiver ( Philippe LOPEZ / AFP )Les Restos du cœur lancent mardi leur campagne…

Publié le 21/11/2019

Emmanuel Macron à l'université Jules-Verne d'Amiens le 21 novembre 2019 ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP )"Ne me dites pas, vous, qu'on est foutus en 2050", a lancé Emmanuel Macron à des…

Publié le 21/11/2019

Sanofi prend la tête du CAC40 en matinée à Paris(+0,5% à 83,3 euros), dopé par de nouveaux bruits de marché...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…