5 368.29 PTS
-0.36 %
5 370.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 282.77
-0.43 %
DAX PTS
12 990.10
-0.41 %
Dowjones PTS
23 141.13
-0.07 %
6 078.54
-0.59 %
Nikkei PTS
21 448.52
+0.40 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Léotard/Karachi: la justice se prononcera le 14 novembre

| AFP | 145 | Aucun vote sur cette news
Combinaison réalisée le 13 janvier 2014 à Paris des portraits de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur et de François Léotard
Combinaison réalisée le 13 janvier 2014 à Paris des portraits de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur et de François Léotard ( JACQUES BRINON, PASCAL PAVANI / AFP/Archives )

La cour d'appel de Paris dira le 14 novembre si elle estime que François Léotard a menti sous serment lors de son témoignage en 2011 devant le juge d'instruction chargé d'enquêter sur l'attentat de Karachi, a appris mardi l'AFP de source proche du dossier.

L'enquête a été ouverte en 2013 à la suite d'une plainte déposée par des proches de victimes françaises de cet attentat dans lequel quinze personnes ont été tuées le 8 mai 2002, dont onze ouvriers de la Direction des constructions navales (DCN).

Selon les plaignants, représentés par Me Olivier Morice, François Léotard, 75 ans, ministre de la Défense de 1993 à 1995 sous le gouvernement d’Édouard Balladur, a "effectué un faux témoignage lors de son audition" par l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic "le 31 janvier 2011 alors même qu'il était entendu en qualité de témoin ayant prêté serment".

En juillet 2016, la juge d'instruction avait ordonné un non-lieu, estimant, d'après la source proche du dossier, que comme l'enquête "n'avait pas abouti à l'exercice de poursuites" contre François Léotard, on ne pouvait à ce stade l'accuser d'avoir menti. Les parties civiles avaient fait appel.

"Mais, depuis ce non-lieu, la donne a totalement changé", a relevé Me Morice puisque "François Léotard a été mis en examen début juillet" dans l'autre enquête Karachi, son volet dit financier, dans laquelle des juges s'interrogent sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995 via des rétrocommissions sur les contrats d'armement.

L'ex-responsable politique y est poursuivi, tout comme Edouard Balladur, pour "complicité d'abus de biens sociaux" par la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger des délits commis par des membres du gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions.

La justice travaille sur l'hypothèse selon laquelle l'attentat aurait été commis en représailles à l'arrêt par la France du paiement de commissions liées à des contrats de vente d'armes de la France à l'Arabie Saoudite (Sawari II) et au Pakistan (Agosta), signés sous le gouvernement Balladur.

C'est en creusant cette piste que les magistrats ont acquis la conviction que les comptes de campagne de M. Balladur avaient été en partie abondés par des rétrocommissions illégales.

- Intermédiaires "imposés"-

Les plaignants considèrent que François Léotard a menti au juge Trévidic à plusieurs reprises, en niant notamment que son cabinet ait imposé de nouveaux intermédiaires, Ziad Takieddine et Abdulrahmane Al-Assir, en toute fin de négociation des contrats d'armement.

Si l'ancien député du Var et maire de Fréjus avait assuré en 2011 au juge ne rien savoir sur ce point, un rapport d'information parlementaire de 2010 sur l'attentat avait conclu que les deux intermédiaires "ont été imposés au terme de la négociation à la demande de François Léotard quand il était ministre de la Défense".

Deuxième point souligné par les plaignants : le fait que François Léotard ait minimisé sa relation avec Ziad Takieddine et nié celle avec Abdulrahmane Al-Assir.

Les deux intermédiaires et quatre autres protagonistes, dont Nicolas Bazire, ex-directeur de la campagne, et Thierry Gaubert, alors membre du cabinet de Nicolas Sarkozy, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel. La date de leur procès n'a pas encore été fixée.

Quant à MM. Balladur et Léotard, il appartient désormais à la commission d'instruction de la Cour de justice de la République de les renvoyer ou non devant la formation de jugement de la CJR.

Dans l'autre enquête Karachi, le volet dit terroriste, aucune mise en examen n'a été prononcée à ce jour.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2017

D'une longueur d'environ 855 mètres, cette bretelle emprunte une section située à l'extrémité du tunnel Prado Sud

Publié le 19/10/2017

Au cours du 3e trimestre 2017, les revenus des accords de collaboration et de licence se composent essentiellement de prestations de recherche...

Publié le 19/10/2017

Des retours positifs témoignant de la fiabilité et performance de l'imprimante 3D ProMaker P1000...

Publié le 19/10/2017

Cesare Pozzo a décidé de s'appuyer sur l'expertise sans équivalent de BewellConnect pour entrer de plain-pied dans l'ère de l'e-santé...

Publié le 19/10/2017

SSI à l'American Association for the Study of Liver Diseases...

CONTENUS SPONSORISÉS