En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Le "Trump tchèque", anti-migrants et anti-euro, grand favori des législatives

| AFP | 372 | Aucun vote sur cette news
Le leader du mouvement populiste ANO, Andrej Babis le 3 octobre 2017 à Prague
Le leader du mouvement populiste ANO, Andrej Babis le 3 octobre 2017 à Prague ( MICHAL CIZEK / AFP/Archives )

Les Tchèques votent vendredi et samedi pour des élections législatives censées porter au pouvoir le parti du "Trump tchèque", qui a réaffirmé à la veille du scrutin son opposition à l'accueil des migrants et à la zone euro.

Mais la victoire d'Andrej Babis pourrait être moins décisive que prévu et même déboucher sur une période de "chaos", avertit un analyste indépendant, Jiri Pehe.

Quelque 8 millions d'électeurs doivent élire les 200 députés, lors d'un scrutin qui pourrait catapulter au parlement aussi le parti SPD, anti-UE et anti-immigration, porté par le même courant que celui observé dans d'autres pays d'Europe de l'Est.

Elections en République tchèque
Elections en République tchèque ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Fondateur du géant agro-alimentaire, chimique et médiatique Agrofert, M. Babis, 63 ans, également étiqueté "Berlusconi tchèque", pourrait obtenir avec son mouvement populiste ANO de 25 à 30% des voix selon différents sondages.

Critique à l'égard de la zone euro et des directives de Bruxelles auxquelles il reproche de limiter la souveraineté nationale, M. Babis n'est pour autant ni hostile à l'UE en tant que telle, ni partisan d'un "Tchéxit".

"Les Etats doivent être dirigés par les présidents et les Premiers ministres et non par (le président de la Commission européenne Jean-Claude) Juncker. Je ne veux pas d'intégration supplémentaire", a lancé M. Babis jeudi soir, lors de l'ultime débat en direct sur la télévision privée TV Nova qui l'opposait à la tête de liste du parti social-démocrate CSSD, le ministre des Affaires étrangères, Lubomir Zaoralek qui est lui pro-européen.

- Pas de quotas, pas de migrants -

"Nous ne voulons pas de quotas, nous ne voulons pas de migrants ici, nous voulons stopper la migration et voulons finalement avoir un Premier ministre qui dira à (la chancelière allemande Angela) Merkel et au (président français Emmanuel) Macron que la solution se trouve hors de l'Europe", a poursuivi le chef d'ANO.

M. Zaoralek était loin de dire le contraire. "Il n'y aura pas de quotas, je peux le garantir et le promettre", a-t-il affirmé. Et "personne ne nous oblige maintenant à entrer dans la zone euro".

Membre de l'UE depuis 2004, la République tchèque a conservé sa monnaie nationale, la couronne.

"Notre position (face à l'adoption de l'euro) est négative. La zone euro a été un projet économique qui est devenu un projet politique", a de son côté déclaré M. Babis, avant de se dire hostile à l'idée de "payer les dettes grecques".

Suite à une campagne inhabituellement terne, jusqu'à neuf partis pourraient franchir le seuil d'éligibilité de 5% ce qui risque d'ouvrir une période d'incertitude avant la constitution d'une coalition.

Le miliardaire tchèque Andrej Babis signe un autographe lors d'un débat pendant la campagne électorale, le 4 octobre 2017 à Vsetaty, près de Prague
Le miliardaire tchèque Andrej Babis signe un autographe lors d'un débat pendant la campagne électorale, le 4 octobre 2017 à Vsetaty, près de Prague ( MICHAL CIZEK / AFP/Archives )

Jiri Pehe prévoit une "situation post-électorale assez complexe, voire un chaos, car le résultat d'Andrej Babis ne sera vraisemblablement pas aussi éclatant que prévu, en raison des scandales" qui ternissent son image.

Selon lui, M. Babis sera obligé de négocier avec des formations, dont le CSSD, qui n'excluent pas une coalition avec ANO, mais sans son chef.

"Je peux voir ici des signes d'une grande instabilité", a averti M. Pehe, interrogé par l'AFP.

Andrej Babis a des ennuis avec la justice après une inculpation pour fraude aux fonds européens, ainsi qu'à des accusations de collaboration avec la police secrète communiste StB avant 1989.

"Si vous voulez être Premier ministre et en même temps être poursuivi en justice, personne à l'UE ne décrochera le téléphone pour vous parler", a lancé M. Zaoralek.

"Votre parti (CSSD) a une longue tradition de corruption", a rétorqué M. Babis.

Les bureaux de vote seront ouverts vendredi entre 14H00 et 22H00 (12H00 - 20H00 GMT) et samedi entre 8H00 et 14H00 (06H00 - 12H00 GMT). Les résultats devraient être connus samedi en fin de journée.

Le gouvernement issu de ces élections remplacera le cabinet de centre-gauche du social-démocrate Bohuslav Sobotka où Andrej Babis fut ministre des Finances entre janvier 2014 et mai 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/10/2018

De gauche à droite Jean-Hughes Anglade, Mathieu Almaric, Leila Bekhti et Gilles Lellouche lors de la promotion du film "Le grand bain" le 25 août 2018 à Angoulême ( Yohan BONNET / AFP/Archives…

Publié le 10/10/2018

Mogi Bayat, ici le 30 septembre 2018, à Bruxelles ( YORICK JANSENS / BELGA/AFP/Archives )Un entraîneur, des agents de joueurs et arbitres arrêtés, les sièges des plus grands clubs…

Publié le 07/10/2018

Le président nigérian Muhammadu Buhari (c) salue ses partisans après avoir été désigné par son parti APC pour le représenter à la présidentielle de février 2019, le 6 octobre 2018 à…

Publié le 04/10/2018

"La guerre est déclarée" peut-on lire sur les routes de Sarrance dans la vallée de l'Aspe, avant l'introduction d'une ourse dans les Pyrénées-Atlantique le 3 octobre 2018 ( IROZ GAIZKA /…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…