En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
-
5 436.50
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.00 %
DAX PTS
12 661.54
-
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 898.64
+0.89 %

Le sort de l'accord nucléaire iranien de nouveau entre les mains de Trump

| AFP | 426 | 5 par 1 internautes
Le président américain Donald Trump, le 10 janvier 2018 à la Maison Blanche, à Washington
Le président américain Donald Trump, le 10 janvier 2018 à la Maison Blanche, à Washington ( JIM WATSON / AFP )

Une nouvelle date-butoir se profile pour le dossier du nucléaire iranien et le monde se trouve à nouveau suspendu à une décision de Donald Trump: le président américain va-t-il, comme il l'a promis, "déchirer" l'accord international ?

Voici les enjeux de cette annonce très attendue.

- La date-butoir -

Le milliardaire républicain devrait annoncer, vendredi, que rester dans l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances n'est pas dans l'intérêt des Etats-Unis.

Il avait fait part de sa volonté en octobre dernier et, aux termes de la loi américaine sur l'accord nucléaire dite "INARA", doit informer le Congrès américain de sa position tous les 90 jours.

Une fois sa décision prise, le parlement peut décider de remettre en vigueur certaines sanctions ou modifier l'INARA pour briser la nécessité d'être informé tous les trois mois.

- Sanctions -

Une nouvelle salve de sanctions est-elle pour autant imminente ? Pas forcément.

Sur le papier, les sanctions visant la république islamique pour son programme nucléaire militaire supposé n'ont jamais été levées au Capitole. Sous l'administration Obama comme sous Donald Trump, elle ont été simplement suspendues par des clauses spécifiques.

Ces clauses, concernant notamment les points les plus importants des sanctions tel que le pétrole, doivent être renouvelées ce week-end et la semaine prochaine.

Si Donald Trump ne les renouvelle pas, les sanctions rentreront à nouveau en vigueur.

- Ce que veut Trump -

Le président américain ne s'en cache pas: il trouve que l'accord nucléaire est mauvais et il avait même promis, en campagne, de le "déchirer".

Mais les plus hauts responsables de son gouvernement, dont le ministre de la Défense Jim Mattis et celui des Affaires étrangères Rex Tillerson, lui demanderaient en coulisses de renouveler les clauses pour contourner les sanctions.

Ses alliés européens, dont la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, tous trois signataires de l'accord, mettent également tout leur poids dans la balance pour faire respecter le texte historique.

Plusieurs hauts responsables américains ont dit, mercredi à l'AFP, "s'attendre" à ce que M. Trump renouvelle les clauses à contre-coeur.

Il pourrait, en revanche, imposer de nouvelles sanctions pour les violations présumées de Téhéran en matière de droits de l'homme et de soutien à des groupes terroristes.

- Quel avenir pour l'accord -

Que se passera-t-il en cas de retour aux sanctions qui ont étouffé l'économie iranienne pendant des années ?

Les Européens, la Russie et la Chine, qui ont des liens économiques avec l'Iran, ont de leur côté affirmé qu'ils resteraient dans l'accord tant que Téhéran respecte ses engagements envers le développement d'un nucléaire strictement civil.

Les banques et les entreprises européennes, en revanche, souffriraient des sanctions américaines, qui leur fermeraient le marché américain en cas de commerce avec l'Iran.

Téhéran deviendrait ainsi une ligne de fracture entre Washington et ses alliés traditionnels.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Les associés de Mobago, holding détentrice de 62,24% d'Eurogerm ont procédé à une légère modification de leur répartition au sein du capital...

Publié le 18/07/2018

AwoX a conclu un accord commercial majeur en Allemagne avec Deutsche Telekom. A travers sa marque Magenta SmartHome, offre de solutions dédiée à la maison intelligente, l'opérateur télécoms…

Publié le 18/07/2018

Patrimoine et Commerce fait état de loyers bruts en hausse de +4,1% au premier semestre, à 21,4 ME...

Publié le 18/07/2018

Publicis, via sa branche Publicis Health, a annoncé l’acquisition de Payer Sciences. Il s’agit d’une agence de marketing spécialisée dans l’analyse des data afin d’aider les laboratoires…

Publié le 18/07/2018

Vinci a annoncé hier soir la nomination de Grégoire Thibault en tant que directeur des relations investisseurs du groupe à compter du 17 juillet 2018. Il était précédemment analyste financier…