En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
+0.00 %
4 858.5
-0.62 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.135
-0.09 %

Le Sénat vote le projet de budget de la Sécu avec un coup de pouce pour les retraités

| AFP | 527 | Aucun vote sur cette news
Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019 a été adopté par le Sénat
Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019 a été adopté par le Sénat ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019 a été adopté mardi par le Sénat à majorité de droite, qui s'est écarté du texte issu de l'Assemblée nationale pour favoriser le pouvoir d'achat des retraités.

Le texte a été adopté par 181 voix (LR, majorité des centristes) contre 125 (PS, CRCE à majorité communiste, LREM, une partie du RDSE à majorité radicale) et 40 abstentions (Indépendants, une partie des centristes et du RDSE).

La commission mixte paritaire réunie après le vote solennel du Sénat n'est pas parvenue à établir un texte commun aux deux assemblées, achoppant notamment sur la question des retraites. La navette parlementaire va en conséquence se poursuivre, avec une nouvelle lecture à l'Assemblée et au Sénat, le budget de la Sécu devant être adopté définitivement d'ici fin décembre.

Pour la première fois depuis 18 ans, ce budget, le deuxième du quinquennat d'Emmanuel Macron, est positif.

Mais pour atteindre les objectifs budgétaires, des économies de 5,7 milliards d'euros ont été demandées aux grandes branches de la Sécu.

Parmi les modifications apportées au texte transmis par l'Assemblée, les sénateurs ont rétabli l'indexation sur l'inflation des pensions de retraite et allocations familiales, alors que les députés avaient limité la revalorisation à 0,3%, pour économiser 1,8 milliard d'euros.

La droite sénatoriale a assorti cette mesure en faveur du pouvoir d'achat d'un relèvement de l'âge de départ à la retraite à 63 ans et d'une "participation exceptionnelle" demandée aux organismes complémentaires.

"Évidemment, le gouvernement ne partage pas tout à fait les options qui ont été prises par le Sénat", a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn. "Notamment, le gouvernement n'est pas favorable à reculer de façon assez brutale l'âge minimal de départ à la retraite à 63 ans."

"Et d'autre part, nous ne partageons pas la hausse très massive des taxes sur les mutuelles et les assurances complémentaires", a-t-elle poursuivi, estimant que "cette taxation augmenterait évidemment le coût des complémentaires".

- "Matraquage" -

"Le Sénat a pris ses responsabilités", a défendu le président de la commission des Affaires sociales Alain Milon (LR), dénonçant le "matraquage" par le gouvernement des retraités et des familles.

"Équilibrer un budget n'est pas si difficile, sauf pour le pouvoir d'achat des Français", a fait écho la rapporteure pour la branche famille, Élisabeth Doineau (centriste), pour qui les retraités "seront les plus gros contributeurs à l'équilibre du budget".

"L'acharnement contre les retraités est incompréhensible", a aussi estimé à gauche Yves Daudigny (PS), précisant toutefois que son groupe s'opposait "avec la même force au dispositif imaginé par la majorité sénatoriale" reculant l'âge de la retraite.

"La majorité sénatoriale, qui prétend défendre (les retraités, ndlr) a aggravé la note en repoussant l'âge de départ à la retraite", a accusé Laurence Cohen (CRCE).

"Reculer l'âge de la retraite, c'est pénaliser injustement les seniors", a estimé Michel Amiel, expliquant que son groupe LREM regrettait de devoir voter contre un texte "profondément modifié, voire dénaturé" par la majorité sénatoriale.

Pour répondre aux inquiétudes des producteurs de fruits et légumes, les sénateurs, droite et gauche unanimes, ont supprimé une disposition prévoyant la fin de l'exonération de cotisations pour l'emploi de travailleurs saisonniers.

Exit également le "forfait de réorientation" introduit à titre expérimental par l'Assemblée pour tenter de désengorger les urgences.

La Haute Assemblée a en revanche adopté, moyennant quelques ajustements, le "reste à charge zéro", qui prévoit un remboursement intégral par la Sécu et les complémentaires santé de certaines lunettes, prothèses dentaires et auditives.

Elle a également voté l'exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires à compter du 1er septembre 2019.

Concernant les outre-mer, le Sénat a validé une mesure de compromis présentée par le gouvernement étalant sur six ans l'alignement de la fiscalité du rhum sur la métropole.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

LVMH serait proche d'un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels de luxe Belmond, selon les informations du Wall Street Journal. Le groupe de luxe français proposerait 25 dollars par action…

Publié le 14/12/2018

Elis poursuit la consolidation du marché allemand avec l'acquisition de Curantex GmbH       Saint Cloud, le 14 décembre 2018 - Elis, un prestataire multi-services…