5 289.86 PTS
+0.00 %
5 275.0
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 239.49
+0.00 %
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le père du journaliste détenu en Turquie attend une "mobilisation politique"

| AFP | 375 | Aucun vote sur cette news
Le père du journaliste français Loup Bureau, Loïc Bureau, le 17 août 2017 à Orvault
Le père du journaliste français Loup Bureau, Loïc Bureau, le 17 août 2017 à Orvault ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives )

Le père du journaliste français Loup Bureau, détenu en Turquie depuis un mois, espère que le rassemblement organisé jeudi à Paris en son soutien marquera "le début d'une véritable mobilisation politique" pour la libération de son fils.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) et le comité de soutien pour Loup Bureau ont dévoilé une banderole sur le parvis de la mairie du IVe arrondissement montrant une photo du jeune homme accompagnée du slogan "Libérez Loup Bureau".

"Il s'agit d'une arrestation politique et c'est donc au politique de régler cette situation. Dans ce rapport de force nous en appelons aux bonnes volontés, quelles qu'elles soient", a déclaré le maire de l'arrondissement, Christophe Girard.

Loïc Bureau, reçu par le maire, s'est interrogé sur le "silence" général de la classe politique française "en dehors du président de la République".

Emmanuel Macron a fait part le 15 août, lors d'un entretien téléphonique, de sa "préoccupation" à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, avec lequel il avait convenu de s'entretenir à nouveau cette semaine à ce sujet.

"J'attends une nouvelle prise de parole de M. Macron", confie Loïc Bureau, qui regrette de ne recevoir "aucune information de la part du Quai d'Orsay".

Le maire du IVe arrondissement a assuré que la présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée, Marielle de Sarnez, lui avait "confirmé son soutien".

Parmi les personnalités venues soutenir Loup Bureau jeudi, le journaliste Pierre Haski, porte-parole de son comité de soutien et président de RSF, ainsi que Mathias Depardon, photojournaliste détenu en Turquie pendant un mois, dont le portrait avait également été déployé sur la mairie du IVe.

"Les autorités turques doivent savoir qu'elles prennent des risques pour leur image et nous aimerions ne jamais avoir à appeler à un boycott de la Turquie, des entreprises turques, des plages turques ... mais il faudra en venir là si la situation s'empire encore", a estimé le secrétaire général de RSF Christophe Deloire.

Martin Pradel, avocat de Loup Bureau en France, a rappelé qu'une pétition demandant la libération du journaliste avait recueilli plus de 27.000 signatures et souhaité que "le mouvement citoyen s'amplifie".

Loïc Bureau se rend jeudi soir en Belgique afin de rencontrer le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, son fils étant encore étudiant à l'Institut des hautes études des communications sociales (IHECS) de Bruxelles, tout en exerçant déjà le métier de journaliste.

Il ne reçoit de ses nouvelles que par l'intermédiaire de l'avocat turc qui lui rend visite deux fois par semaine à la prison de Sirnak (sud-est de la Turquie), et par des appels téléphoniques que son fils est autorisé à passer toutes les deux semaines.

Il avait été frappé, le 12 août, par la "voix atone" du jeune homme: "Sa petite sœur ne l'a pas reconnu. Il doit passer comme nous par des hauts et des bas".

Ses conditions de détention se sont depuis légèrement améliorées. Des agents consulaires français ont pu remettre à Loup Bureau des magazines et livres -- dont "Crimes et condiments" de Frédéric Lenormand et une biographie de Louis de Funès --. Les services pénitentiaires ont passé leur contenu au peigne fin avant de les lui transmettre.

Loup Bureau, 27 ans, qui a notamment collaboré avec les chaînes TV5 Monde, Arte et le site Slate, a été interpellé le 26 juillet à la frontière entre l'Irak et la Turquie, après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (un mouvement considéré comme une organisation "terroriste" par Ankara) ont été trouvées en sa possession.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

Le fonds souverain de Singapour vend ses 10,4% au moyen d'un placement privé...

Publié le 21/02/2018

Stentys annonce ce jour le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS) pour un montant brut…

Publié le 21/02/2018

Atos a enregistré une croissance de 11% de son résultat net part du groupe en 2017, à 601 millions d’euros, et une progression de 17,6% de sa marge opérationnelle à 1,29 milliard d’euros.…

Publié le 21/02/2018

Mercialys a placé avec succès hier une émission obligataire à 8 ans d'un montant de 300 millions d'euros. Cette opération s'inscrit dans le cadre des besoins généraux de la société et permet…

Publié le 21/02/2018

thierry Ehrmann :"À l'heure où la notoriété d'une marque se mesure désormais par son activité sur les réseaux sociaux et son empreinte digitale, Artprice…

CONTENUS SPONSORISÉS