5 294.99 PTS
+0.25 %
5 287.0
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 238.37
+0.16 %
DAX PTS
12 497.80
+0.37 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Pen ne conduira pas la liste du FN aux européennes, annonce Bay

| AFP | 209 | Aucun vote sur cette news
Le vice-président du FN et député européen Nicolas Bay (d) et la présidente du FN Marine Le Pen (g), le 5 avril 2017 à Strasbourg
Le vice-président du FN et député européen Nicolas Bay (d) et la présidente du FN Marine Le Pen (g), le 5 avril 2017 à Strasbourg ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

La présidente du Front national Marine Le Pen ne conduira pas la liste de son parti aux élections européennes de 2019, a annoncé vendredi le vice-président du FN et député européen Nicolas Bay.

Mme Le Pen "a dit elle-même qu'elle ne le souhaitait pas (être tête de liste, NDLR) parce que maintenant elle est élue à l'Assemblée nationale où elle mène en première ligne le combat pour la défense des Français dans cet hémicycle-là", a déclaré sur franceinfo le dirigeant frontiste en charge des Affaires européennes.

Marine Le Pen est mise en examen depuis le 30 juin pour "abus de confiance" et "complicité d'abus de confiance" dans une enquête sur les assistants parlementaires de députés européens de son parti.

Dix-sept élus FN européens sont visés par l'enquête en France, ouverte en 2015, qui porte sur au moins une quarantaine d'assistants.

Les européennes de 2019, première élection intermédiaire d'Emmanuel Macron, s'annoncent comme un test électoral après deux ans de mandat.

Lors des dernières élections européennes de 2014, le parti d'extrême droite était arrivé pour la première fois en tête à une élection française, décrochant 24 des 74 sièges dévolus à la France, devant l'UMP (20) et le PS (13).

Pour l'échéance de 2019, l'exécutif va proposer le retour à un mode de scrutin par liste nationale, abandonnant le système des circonscriptions multirégionales jugé illisible, avec l'assentiment des principaux partis politiques dont le FN.

Le vice-président du FN n'a pas clarifié vendredi la position de sa formation politique à propos de la sortie de l'euro. Cette position, défendue par l'ancien conseiller démissionnaire de Mme Le Pen, Florian Philippot, est contestée en interne.

"Le but c'est de retrouver une monnaie qui serve l'économie et de retrouver une souveraineté monétaire. Il y a différents moyens d'y parvenir. A la fois en gardant l'euro et peut-être aussi en en sortant", a affirmé M. Bay.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

L'analyste a relevé sa recommandation...

Publié le 19/02/2018

Hybrigenics s'adjuge 4,4% à 0,56 euro en ce début de semaine...

Publié le 19/02/2018

L'analyste passe négatif sur le dossier...

Publié le 19/02/2018

Air France KLM tente un rebond...

Publié le 19/02/2018

Credit Agricole et Citi ont fait leur entrée au capital de SETL, le spécialiste de la blockchain financière, a annoncé ce dernier. Les deux banques rejoignent ainsi Computershare, Deloitte et…

CONTENUS SPONSORISÉS