En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 587.40 PTS
+0.16 %
5 588.00
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 403.08
+0.13 %
DAX PTS
12 384.78
-0.02 %
Dowjones PTS
27 359.16
+0.10 %
7 966.93
+0.00 %
1.122
-0.36 %

Le patron de LREM reconnaît un "fonctionnement trop vertical" du parti

| AFP | 219 | 2 par 2 internautes
Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, le
10 avril 2019 sur un plateau télévisé à Boulogne-Billancourt
Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, le 10 avril 2019 sur un plateau télévisé à Boulogne-Billancourt ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a considéré lundi que le mouvement avait "un fonctionnement trop vertical", en appelant à ce que la réforme des statuts "renforce la démocratie locale" interne, dans un entretien au Monde.

"Nous avons un fonctionnement trop vertical dans lequel tout doit remonter à Paris, chargé de régler tous les conflits, y compris locaux", déplore le délégué général du mouvement présidentiel, qui appelle à ce que "les comités politiques départementaux (puissent) avoir davantage la main là-dessus".

"Pour la préparation des élections, je souhaite également qu'ils puissent détenir un pouvoir statutaire dans les commissions départementales d'investiture", poursuit M. Guerini, qui propose également "une sorte d'assemblée locale des marcheurs qui désignerait en son sein les membres qui composent le Conseil national".

Stanislas Guerini suggère encore de décentraliser les moyens financiers et d'ouvrir davantage de permanences en province.

"Récemment, nous avons invité les marcheurs à participer à une consultation en ligne, qui se terminera à la fin du mois, pour qu'ils contribuent à construire la prochaine réforme des statuts du mouvement", fait-il encore valoir, en revendiquant "plus de 2.000 contributions".

Les statuts de LREM doivent être révisés à la rentrée.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2019

Après la signature de l'accord inter-gouvernemental CaMo (Capacité Motorisée) entre la France et la Belgique fin 2018, Thales a débuté les travaux sur...

Publié le 16/07/2019

Au total Microwave Vision Group (MVG) a enregistré 70,5 millions d’euros de prises de commandes sur le 1er semestre 2019, ce qui représente quasiment 1 an de chiffre d’affaires et une hausse de…

Publié le 16/07/2019

Peugeot campe sur les 22 euros ce mardi, alors que le groupe a fait part de ventes mondiales (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) en recul...

Publié le 16/07/2019

Après PSA hier, le groupe Renault (-1,13% à 51,82 euros) a présenté ce matin ses résultats commerciaux pour le premier semestre. La firme au Losange a vendu 1 938 579 véhicules, ce qui…

Publié le 16/07/2019

Le calme reprend le dessus...